Des vies en fuite unies par l’amour des particules et des molécules

Lancement officiel, à la Casa del Quartiere di San Salvario, à Turin, “Scienza Migrante”, un projet d’engagement public d’UniTo. Michela Chiosso, du Département de physique, est la responsable scientifique du projet. Son idée. “J’ai pensé qu’il était temps de raconter les histoires souvent compliquées de ceux qui, malgré un haut niveau d’éducation, sont contraints d’émigrer dans un pays autre que leur pays d’origine”. D’où l’idée de créer l’opportunité concrète de réseauter, d’aider à “se sentir chez soi”.

Mercredi 6 juillet, premier rendez-vous : un apéro, le premier d’une série qui va durer au moins un an. Quatre histoires racontées, deux hommes et deux femmes. Fabiano Fonzeca, né en 1976 : il est né musicien, mais aujourd’hui il est graphiste et s’occupe de communication visuelle. Ce qui l’a poussé à venir en Italie, c’est la situation difficile dans laquelle le Brésil est tombé culturellement, après le gouvernement de Lula et l’arrivée de Bolzonaro.

Faiza Bourhaleb, originaire du Maroc mais à Turin depuis 1999. Après une licence et un master en physique des particules au Maroc, Faiza arrive en Italie grâce à une collaboration entre l’Université d’Oujda et l’Université de Turin, pour mener une thèse sur le doctorat en physique médicale. “J’ai ce que beaucoup appellent ‘tous les défauts possibles’ : je suis une femme, arabe, musulmane et africaine, mais ce sont les choses dont je suis la plus fière”, dit-elle.

Dan Jatziri Mota Gutierrez et Souleymane Coly. Le premier a 34 ans et vient du Mexique, de Cuernavaca. Souleymane est sénégalais. Jatziri est titulaire d’une licence en nutrition humaine du Mexique, d’une maîtrise en nutrition moléculaire des Pays-Bas et d’un doctorat en microbiologie alimentaire de l’Université de Turin. Jatziri a beaucoup voyagé « par curiosité pour connaître d’autres endroits. Au Mexique, je vivais dans un petit village mais j’ai pu aller plus loin petit à petit : au-delà de mon village, de mon pays, de mon continent ».

Souleymane a étudié à l’Université de Dakar dans le département d’économie et de gestion puis est allé à l’école secondaire d’économie appliquée où il est devenu ingénieur en planification économique. Au cours de sa thèse, il a participé à un projet financé par l’Union européenne, à travers le CISV, une ONG italienne active au Sénégal. Dans le cadre de son travail pour le CISV, il a collaboré avec certains professeurs de l’Université de Turin, dont celle qui deviendra plus tard son épouse.

La “science des migrants”, “science” au sens large, se concentre donc sur le patrimoine culturel des immigrés et des immigrés en Italie. Ce ne sont pas forcément des histoires tragiques, de famine ou de traversées en bateau le long de la Méditerranée. Mais ce sont des histoires de vie, de changement fort, des histoires de force et de ténacité. Et les raconter aide avant tout ceux qui les écoutent, et ouvre des fenêtres sur de nouveaux mondes et de nouvelles cultures. De nombreux départements impliqués dans le projet : outre la Physique, Département Principal et INFN, Sciences Cliniques et Biologiques, Cultures Politiques et Société, Langues et Littératures Etrangères et Cultures Modernes, Philosophie et Sciences de l’Education, Informatique, Mathématiques, Sciences de la Vie et Systèmes biologiques, agriculture, foresterie et sciences de la nutrition.

Parmi les partenaires et collaborateurs également, Centroscienza, RKH studio, Asai, une association en titre et le réseau des maisons du district de Turin. En soutien du projet, en véritables colonnes de soutien, Ilaria Chiesa et Youssou Ndiaye. Ilaria s’occupe du site du projet, du web et de la partie sociale. Youssou, un linguiste d’origine sénégalaise, en Italie depuis quatre ans, recueille les histoires, mène les entretiens et prépare le contenu. « Chaque fois que je termine un entretien – confie Youssou – on me demande de raconter mon histoire. Si ce n’est pas du réseautage et un désir de partager, alors qu’est-ce que c’est ?”.

Le prochain rendez-vous avec « Migrant Science » est en septembre, à l’occasion de la Research Night.

Pour plus d’informations www.scienzamigrante.unito.it

Sur la photo Souleymane Coly, Jatziri Mota Gutierrez, Faiza Bourhaleb et Fabiano Fonzeca (RKH Studio)

Leave a Comment