le rapport du parlement européen

Le 21 juin, la commission de l’emploi et des affaires sociales du Parlement européen a présenté les données du rapport sur la santé mentale dans le monde du travail dans l’UE.

Le rapport accompagne le résolution 279/2022 de la 5 juillet (texte ci-dessous) par lequel les eurodéputés demandent plus de protections dans le domaine de la santé mentale pour éviter une nouvelle crise sanitaire.

Définition de la santé mentale

Selon la définition deOMSLa santé mentale est cet état de bien-être mental dans lequel l’individu est capable de faire face aux difficultés normales de la vie, est consciente de ses capacités et est capable d’apprendre à travailler de manière utile et productive et à contribuer à sa communauté .

La santé mentale est un droit humain fondamental ainsi que la dignité et le droit à l’intégrité de la personne.

Le rapport du Parlement européen

Le rapport du Parlement européen, qui analyse une série d’études menées à la suite de la pandémie covide 19, témoigne du changement radical dans les conditions de travail qui se sont produites au cours de ces deux années, en particulier en ce qui concerne les heures, le bien-être et l’environnement physique de travail et décrit l’impact psychologique et les conséquences sur la santé mentale des Européens. Les premiers touchés de plein fouet par la pandémie sont inévitablement les agents de santé, qui sont soumis à une augmentation importante de la quantité de travail, sans protection adéquate et avec de nombreuses peurs.

La pandémie a accru la responsabilité des femmes qui ont dû ajouter à leur travail un engagement fort pour suivre leurs enfants à distance et aider les personnes âgées, accentuant ainsi le niveau de stress.

Le télétravail, généralisé à grande échelle, tout en améliorant la flexibilité et l’autonomie, y compris dans la recherche d’un meilleur équilibre travail-vie personnelle, a provoqué le phénomène d’hyperconnexion en réduisant la distinction entre vie professionnelle et vie privée, avec une relative détérioration de la état de santé mentale.

Selon leUE-OSHA» rapporte le Parlement européen “Les risques psychosociaux (du télétravail) peuvent entraîner des conséquences psychologiques, physiques et sociales négatives telles que l’anxiété, l’épuisement professionnel ou la dépression liée au travail (…) propre rôle, manque d’implication dans les décisions affectant les employés eux-mêmes, manque d’impact sur la façon de travailler se fait, changements organisationnels mal gérés, incertitudejusqu’à travail, communication inefficace, manque de soutien de la part des managers ou des collègues, harcèlement psychologique et sexuel et violence de tiers »

Droit et pratique du travail, par AA. VV., Édition IPSOA, Périodique. Un magazine hebdomadaire avec des informations et des mises à jour dans les domaines du droit du travail, de l’administration du personnel, de la sécurité sociale, des impôts, de la négociation collective, de la sécurité et des inspections du travail.
Télécharger une chanson gratuite

Dans ce nouveau contexte, le monde du travail est confronté à de nouveaux défis, tels que ceux qui découlent de la gestion algorithmique des employés via des outils numériques tels que des applications, des logiciels et l’IA, qui surveillent leurs progrès, leurs performances et leurs heures de travail. Environ 40 % des départements des ressources humaines des entreprises mondiales déclarent utiliser des applications d’IA et 70 % les considèrent comme une priorité absolue dans la nouvelle organisation.

Des données alarmantes décrivant l’état du monde des jeunes, où 9 millions d’adolescents âgés de 10 à 19 ans souffrent de troubles mentaux, et la moitié des cas sont attribuables à l’anxiété et à la dépression. La santé mentale des jeunes s’est considérablement détériorée pendant la pandémie, avec de graves conséquences en termes d’emploi, de pertes d’emplois et de baisse des revenus.

Selon les données recueillies par l’OMS en 2021, plus de 300 millions de personnes dans le monde souffrent de troubles de santé mentale liés au travail, notamment l’épuisement, l’anxiété, la dépression ou le stress post-traumatique. Un travailleur sur quatre en Europe pense que le travail a un impact négatif sur sa santé. Le coût des maladies mentales, estimé à 4 % du PIB dans tous les États membres de l’UE en 2015, est en augmentation.

Le coût de l’invalidité due à la dépression liée au travail est de 620 milliards d’euros par an, 240 milliards d’euros représentent la perte en termes de production économique, les cas de maux de tête dans l’UE valent 110 milliards d’euros par an, dont 50 milliards d’euros uniquement pour migraines.

Une mauvaise santé mentale affecte le bien-être des travailleurs et génère des coûts pour les systèmes de sécurité sociale, ajoutant des coûts supplémentaires aux soins de santé et à la sécurité sociale ».

Master en ligne en droit du travail


La résolution du Parlement européen

À la lumière des données recueillies, la nouvelle résolution du Parlement européen exhorte la Commission et les États membres à mettre en œuvre des politiques trans-sectorielles et intégrées, dans le cadre d’une stratégie complète de l’UE pour la santé mentale et les soins, ainsi que les plans d’action nationale. La protection de la santé mentale des travailleurs devrait faire partie intégrante des plans de prévention des futures crises sanitaires, selon les députés.

Cependant, la santé mentale n’a jusqu’à présent pas été traitée avec la même priorité que la santé physique, tant en termes de fonds mis à disposition qu’en termes de formation de personnel qualifié. L’Eurocamera appelle à une régulation du monde numérique du travail, menée en concertation avec les représentants syndicaux et les employeurs, en vue de prévenir les problèmes de santé mentale.

Le Parlement européen prévoit que : la prochaine crise sanitaire concerne la santé mentale, et demande à la Commission de prendre des mesures dès maintenant pour faire face à tous les risques possibles. Une stratégie de l’UE en matière de santé mentale devrait, selon les députés, viser à obliger les États membres à compléter les soins de santé mentale par des soins de santé physique, à fournir des soins efficaces, à augmenter le nombre de services offerts pour s’étendre aux soins.

La Commission et les États membres devront préparer des propositions législatives pour améliorer l’utilisation desIntelligence artificielle sur le lieu de travail, protection des droits fondamentaux des travailleurs, télétravail, droit à la déconnexion, modernisation de l’ensemble de la législation sur la sécurité au travail. À ce jour, seuls 60 % des États membres disposent d’une législation spécifique sur : intimidation et la violence au travail, et les députés proposent des mesures obligatoires pour protéger toutes les victimes.

Les pays de l’UE qui ne l’ont pas encore fait doivent adopter la convention n° 190 de l’Organisation internationale du travail sur l’élimination de la violence et du harcèlement dans le monde du travail et la recommandation n° 206 sur la violence et le harcèlement et adopter les lois et mesures politiques nécessaires. , prévenir et lutter contre la violence et le harcèlement dans le monde du travail.

L’Eurokamer demande une amélioration de la directive 2019/1158 sur l’équilibre des activitésjusqu’à vie professionnelle et familiale des parents et aidants, en invitant les États membres à aller au-delà des exigences de la directive, à augmenter le nombre de jours autorisés pour le congé des aidants et à prévoir une compensation pour les aidants en congé.

Les États membres, les parlementaires écrivent, ils doivent être déterminés à protéger l’équilibre du temps et des activités de la famillejusqu’à la vie professionnelle et privée des travailleurs, favorisant un partage équitable des responsabilitésjusqu’à l’entraide entre les femmes et les hommes par le biais de congés payés non transférables entre les parents.

Enfin, l’Eurocaméra appelle à la promotion d’initiatives d’éducation et de sensibilisation à la santé mentale, à la formation des employeurs et à l’approche des services d’accompagnement sur le lieu de travail.

A JURIDIQUE | Experta TRAVAIL La solution complète de Wolters Kluwer pour se tenir au courant de l’actualité réglementaire et jurisprudentielle et mieux gérer chaque étape de l’entreprise, de la constitution à la résiliation, en passant par la gestion des relations syndicales.

Leave a Comment