Gaudioso : “Je ne crains pas la polémique, je vais continuer mon programme”

Une conversation à trois cent soixante degrés avec Dionigi Gaudioso. Des interventions sur le territoire et des travaux neufs au système de santé de l’île, à l’été 2022, sur lequel pèse encore la peur des infections. Des problèmes qui doivent être résolus non seulement en tant que maire de Barano, mais aussi en tant que conseiller municipal.

– Sept millions pour la sécurité de nos côtes, une première intervention de la ville métropolitaine qui voit Dionigi Gaudioso comme protagoniste. Une intervention qui s’étalera sur trois ans, mais démontrant la proximité de l’organisme métropolitain avec quels que soient les besoins territoriaux de l’île d’Ischia …

« C’est une intervention que j’avais déjà demandée au maire Manfredi lors de la première session du Conseil métropolitain, qui s’est engagé à l’approuver. Et à partir de ce moment j’ai compris que le cours allait s’inverser, car je ne me souviens pas d’une intervention de cette ampleur pour l’île dans le passé. Les deux interventions sont importantes car elles peuvent déterminer définitivement l’histoire de la crête après l’hôtel Vittorio et aussi le grave danger de Cava Grado dans la municipalité de Serrara Fontana. Il faut dire qu’un certain temps sera nécessaire car fin juillet, le budget de la ville métropolitaine doit être approuvé une deuxième fois, puis l’appel d’offres pour la conception doit commencer et le processus avec toutes les approbations commencé. Ils ne seront pas prêts dans peu de temps, mais c’est quand même un départ car le chiffre est fixé. D’ici quelques années, le problème de ces deux dorsales sera définitivement résolu ».

SOMME URGENCE

– Il y a eu beaucoup de commentaires et beaucoup de controverses avant et pendant l’intervention nutritionnelle, bien qu’à mon avis il ne soit pas tout à fait correct de le définir de cette façon. Aujourd’hui, il permet d’agrandir la plage du côté Petrelle de Sant’Angelo jusqu’à l’Olmitello. Il me semble une intervention qui procède selon ce qu’étaient les diktats et que nous ne créons pas d’interruptions. Était-ce juste de la controverse et de la politique ?

« Je ne m’inquiète pas des controverses. Si je suis convaincu que je fais quelque chose, je le ferai et je passerai à autre chose. J’avais pris un engagement avec le chef de la Défense civile régionale, le vice-président Bonavitacola et la conseillère Bruna Fiola car cette intervention était nécessaire. Et il a été décidé de le faire maintenant car ce n’était pas possible avant, car les tempêtes auraient pu déplacer le sable alimenté. Nous savons que la falaise n’a pas encore été modifiée. Et puis nous sommes aussi intervenus car il convient d’augmenter le sable au niveau de la crête, pour essayer d’éloigner la mer de la crête elle-même. Cela ne veut pas dire que les baigneurs peuvent désormais bronzer sous leurs maillots de bain, au contraire, il y a une interdiction et nous avons remis la signalisation. Il y a une ordonnance, donc vous ne pouvez pas y aller, mais nous devons essayer d’éloigner la mer le plus possible de la crête pour ne pas avoir d’ennuis. Cela justifie également l’extrême urgence et la raison pour laquelle des mesures sont prises maintenant. Nous savons que lorsqu’un chiffre extrêmement urgent est établi, nous ne pouvons pas dévier, mais nous devons intervenir immédiatement ».

– Vous avez une opposition active, il vous a pressé sur plusieurs sujets : celui de la transparence, du protocole et même les critiques qui vous viennent à l’esprit sur le système de collecte des déchets.

“Comme je l’ai dit, je ne commence certainement pas à suivre la polémique, si quelque chose ne va pas, comme pour le site Web, nous analysons où il y avait des problèmes. Et en fait, ils sont en train de le réparer maintenant. Pour le reste j’ai mon programme et j’ai l’intention de l’exécuter. Je ne regarde pas l’émission qui a amené la minorité, mais je ne me dispute jamais avec l’opposition. Pendant les 5 prochaines années, je réaliserai le programme que j’ai signé lors du dépôt de ma candidature et de ma liste ».

DÉFIS DE SANTÉ

– Le 11 juillet, nous avons eu une journée importante. La première pierre du nouvel hôpital de Rizzoli a été posée. Un signe important qui ouvre vers un avenir plus serein.

“C’était certainement un jour important, même si je me souviens que le président De Luca, avec Antonio D’Amore, avait déjà promis il y a deux ans, je crois en juillet 2020, que l’élargissement était proche. Nous rappelons que la Région a quitté le Commissaire. Pendant ce temps, l’ASL a procédé à l’achat du terrain près de l’hôpital Rizzoli, même s’il avait toujours été évoqué dans le passé et affirmait être sur le point d’acheter. Mais au final, l’achat est signé par D’Amore et De Luca. Ensuite, le financement de l’agrandissement de l’hôpital a été débloqué. Je pense que les travaux devraient être prêts d’ici la mi-2024, du moins ce sont les dates. Ensuite, il y a le problème de trouver du personnel, car nous avons du mal à trouver du personnel médical et parasanitaire sur l’île. Ce seront donc les futurs défis. Aussi parce que nous savons maintenant Antonio D’Amore qu’il ne sera pas là ».

– Avez-vous déjà rencontré le nouveau directeur de l’ASL ? Je sais qu’il est de la zone Pd, il devrait être un ami au moins de votre orientation politique…

« Je ne le connais vraiment pas, je n’ai pas encore eu l’occasion de le connaître. Il n’était pas Ischia hier. Au-delà des tendances politiques, je pense que quand on s’engage, il faut être super partes et essayer le plus possible ».

– Barano est revenu au centre de santé psychiatrique. avec l’inauguration de la Casa del Sole, une attention qui revient à cette municipalité.

“Ils ont fait un très bon travail, à la fois l’Opera Pia qui a acheté le bâtiment l’a rénové – et nous, en tant que municipalité, avons donné toutes les autorisations. puis à l’ASL, qui a emballé le loyer. Aujourd’hui, nous avons suffisamment d’espace pour les personnes qui ont des difficultés et des problèmes et qui pourront certainement vivre dans de meilleures conditions et recevoir de meilleurs soins ».

PAS D’ÉVÉNEMENTS GOURMANDS

– Barano s’est distingué ces dernières années, du moins en pré-Covid, pour la programmation estivale des événements : de grands noms et on se souvient des soirées de Fiaiano, mais aussi de celles de Buonopane. Qu’est-ce qui mijote cette année ?

« Je pense que c’est prématuré pour ces événements, car ils étaient associés à la gastronomie. Disons que le taux de contamination est encore élevé et je pense que c’est un peu dangereux de faire de la gastronomie et d’organiser des événements qui peuvent attirer trop de monde. Parce que la combinaison des repas en plein air et des événements conduit à des pics de 3000 personnes et je pense que ce serait délicat. J’attendrais encore un peu avec ces événements importants ».

– 2022 sera-t-il un été plus calme ?

« Sur le plan touristique, ça se passe bien, mais comme mentionné, certaines initiatives ne peuvent pas encore être organisées. Au moins, je pense qu’à Barano, il n’y aura pas ce genre d’événements que nous avons organisés avant 2019. Pour manger, il faut être sans masque. Et ma crainte est qu’une autre ordonnance puisse arriver prochainement, donc obligation de porter un masque ».

– Êtes-vous suffisamment inquiet à ce sujet?

‘Ce n’est pas que je m’inquiète. Le nombre d’infections est élevé, mais heureusement la situation à l’hôpital est calme et même dans les maisons elle est plutôt bien gérée. Mais ce n’est pas qu’en tant que maire je peux promouvoir ou créer une épidémie, je dois faire attention à cela. Pour le reste, la situation semble sous contrôle ».

LA GUERRE

– Un aspect qui a caractérisé votre premier mandat et qui caractérisera certainement ce second est la grande saison des travaux publics. Où est la nouvelle mairie ? Et qu’en est-il des autres chantiers navals ?

« Les travaux avancent bien. Pour la mairie c’est une question de peu. Aujourd’hui, je suis allé sur le chantier et les travaux de plomberie sont en cours d’achèvement, tandis que la peinture est terminée. Les derniers détails manquent encore et nous arriverons à la conclusion. Le complexe Baldino progresse également bien. Quant à la méthanisation, nous nous sommes maintenant arrêtés sur la route principale. Ce matin, j’ai eu une réunion avec Italgas et nous continuerons après l’été, même si c’est pour un certain temps. Au Maronti nous sommes encore mais l’année prochaine nous compléterons.

Ce que je veux préciser, c’est que les chantiers qui ont été ouverts, certains sont terminés tandis que d’autres sont en voie d’achèvement. Nous ne nous sommes donc pas limités à ouvrir un chantier, mais avons terminé les travaux et créé de nouveaux ouvrages ».

– Nous avons vu plusieurs tronçons de route délimités dans la zone, sécurisés par des panneaux et des rubans rouges et blancs. Je parle de Molara, le virage à l’extérieur du jardin d’enfants de Barano où vous vous êtes garé juste dans le virage. Une attention à la sécurité routière que je semble également partager avec les autres communes et avec la police. Comment évolue cette histoire ?

“C’est un problème qui intéresse davantage le commandement de la police locale. Je sais que la sécurité a été demandée à certains endroits. De toute évidence, nous avons des problèmes dans certaines zones car les citoyens ont vraiment du mal à se garer. Dans d’autres domaines, il est possible d’y remédier et nous espérons concilier les différents besoins ».

– De nouvelles places de parking sont en préparation, avec le PNRR vous avez présenté le projet pour la Molara. Il y a plus?

« Quant à Molara, nous avons présenté le projet, mais pour le moment nous n’avons pas encore reçu de réponses, donc nous ne pouvons pas dire qu’il est terminé. C’est un projet très beau et important qui pourrait enfin résoudre un problème, mais je n’ai pas envie de faire de promesses à moins que l’approbation finale ne passe avant ».

– Nous fermons avec la politique. Nous avons assisté à la réaffirmation de l’exécutif, alors est-ce une promotion pour tout le monde ?

« Je ne pense pas que nous devrions simplement regarder mes résultats électoraux personnels, la liste ou les individus. Mais disons que l’indication que les gens m’ont donnée était claire. Ils voulaient cette confirmation de tout le monde, pas seulement du maire, mais aussi de ceux qui travaillaient étroitement ensemble ».

Côtes en toute sécurité

« Ils ne seront pas terminés de sitôt, mais c’est quand même un départ car le chiffre est fixé. D’ici quelques années, le problème de ces deux crêtes sera définitivement résolu”

Leave a Comment