Paolo Nutini en concert en Italie : « Submergé par ton amour, un privilège de rejouer ici »

La beauté de la musique de l’auteur-compositeur-interprète italo-écossais est contenue dans ces mots prononcés peu après le début de son premier rendez-vous en Italie, dans l’amphithéâtre du Vittoriale à Gardone Riviera, pour le Festival Tener-a-mente. Un scénario magique qui a rendu son retour live encore plus beau, captivant et presque enchanteur, telle était l’énergie qui se dégageait de la scène. Voici notre histoire

Inscrivez-vous à notre newsletter pour rester informé de l’actualité du salon

Attendu, peut-être attendu depuis longtemps. A tel point que les billets pour cette première date italienne ont tous été vendus en seulement six minutes. Et c’est précisément à ces attentes qu’il a répondu de la meilleure des manières. Paolo Nutini est enfin de retour. Mais c’est comme s’il n’avait jamais quitté la scène depuis sept ans. Non, car à Gardone Riviera, dans un lieu intime et magique comme l’Amphithéâtre du Vittoriale degli Italiani pour le Festival Tener-a-mente, il semblait que quelques jours s’étaient écoulés. Niet alleen een artiest, maar bijna een vriend om met zijn liedjes momenten van geluk te delen: dit is het gevoel dat de hele show van de Schotse singer-songwriter inademde, ja, maar met een Italiaanse afkomst die hij nooit mist een kans om te ne pas oublier.

Guitare, chant, un groupe de six musiciens et une belle lune rouge

Paolo Nutini et son sourire, mais aussi Paolo Nutini et son dernier album, La nuit dernière dans le doux-amer, dans lequel il expérimente de nouvelles musiques, apparemment loin de ce à quoi son public était habitué dans les trois premiers disques, mais dans un style qui le distingue dans un monde où nous sommes tous entourés, parfois déconcertés, par les sons. Nutini reste lui-même, et peut-être que ces sept années de pause lui ont servi justement à recréer sa signature sonore. Son concert en est le parfait exemple : guitare, voix, un groupe de 6 musiciens qui l’accompagnent sur environ deux heures de concert, une scénographie minimaliste, c’est tout. Car ce qui compte, c’est la musique que Nutini amène sur scène, ainsi que son sourire et son enthousiasme à l’idée d’être enfin de retour.

Sept ans plus tard (ce qui semble être un jour)

sol



Paolo Nutini, Last Night in the Bittersweet est un voyage sentimental

Une tournée annoncée en mars dernier, ainsi que l’arrivée d’un nouvel album, sorti le 1er juillet 2022, après tant d’années de silence, et Paolo Nutini revient en Italie : quand il s’apprête à monter sur scène, à l’Amphithéâtre Vittoriale , il y a un peu de tension dans ses yeux, qui par instants est remplacée par la joie de se tenir devant tant de gens impatients à l’idée de le voir chanter à nouveau. Et Paolo – souvent salué par le public – ne déçoit personne. Son concert est l’amalgame parfait de ce qui s’est passé ces dernières années, depuis ses débuts avec l’album Les rues de 2006, jusqu’à sa dernière création, La nuit dernière dans le doux-ameravec qui il choisit d’ouvrir son premier spectacle italien. par la suite Et Le perdre sont en effet inclus dans son dernier album et, malgré le peu de temps séparant ce concert de la sortie du disque, l’accueil du public a été formidable.

Un concert qui réunit les quatre albums de Nutini

“C’est mon premier concert en Italie après sept ans, j’espère qu’il vous plaira et merci d’avoir écouté mon album”: Paolo Nutini libère une certaine tension avec ces premiers mots, prononcés en anglais, après avoir donné à son public accueilli par “Hello !” .

Après les deux premiers morceaux, il est temps de remonter le temps et de mélanger les mélodies récentes avec celles des albums précédents, de amour mordant au tout premier ces rueségalement en transit Côté ensoleillé vers le hautdont il interprète la chanson qui donne le titre à cet album de 2009 et l’incontournable Bonbons. Mais ce n’est qu’une toute petite partie d’un concert où Nutini et ses musiciens se donnent totalement au public, sans perdre un seul instant.

Submergé d’amour, un privilège d’être ici

sol



Paolo Nutini, le nouvel album est Last Night In The Bittersweet

Je suis submergé d’amour, dit Nutini aux personnes présentes : je suis submergé, submergé d’amour, ajoutant que “c’est un privilège d’être ici”, jouant avec une fleur et sirotant du limoncello entre une chanson et l’autre, toujours accompagné de son sourire qui raconte, sans trop beaucoup de mots, le bonheur et la joie qu’il éprouve sur scène. Mille nuances de Nutini, toutes réunies, avec des paysages à couper le souffle et une lune rouge qui rend encore plus beau son premier concert italien : Nutini se souvient que sa mère lui disait toujours : “Tu es un bischero, fils !” (tu es un imbécile, tu es terrible), mais il dit aussi à tout le monde avant le début de la chanson “Shine a Light” que “si tu vois quelqu’un en difficulté, tu peux essayer de l’aider”.

Regarde cette lune, Paolo !

La dernière chanson est un hommage à l’Italie et à sa musique, mais aussi à la belle lune qui accompagnait Nutini et son groupe : silence, guitare, people under the stage et Paolo entonne regarde la lune avec le public, par une belle et magique soirée d’été.

Paolo Nutini est enfin de retour. Et il l’est toujours. Au contraire : c’est encore mieux qu’avant.

L’échelle

sol



Paolo Nutini revient en Italie, les dates des concerts

par la suite

Le perdre

pousser un cri

yeux aigres

mots échoués

Radio

Dream A Little Dream Of Me + Last Request (version acoustique)

Montée facile

fleur de cerisier

Pétrifié

Jenny ne sois pas pressée – Nouvelles chaussures

Crayon

Bonbons

Partout

——

fait écho

Air de fer

Faire briller une lumière

regarde la lune

Leave a Comment