Entre Norvège, sonorités celtiques et amour de la musique, voici le nouvel album de Giulia Natalucci

5′ de lecture
18/07/2022 – Intitulée “Runes”, elle sera présentée le samedi 23 juillet à Monterubbiano au Monastère de San Francesco. Après le premier album ‘Fragments and Reflections’, l’artiste de Fermana a voulu expérimenter un nouveau genre, un mélange de médiéval, folk et celtique. “Ce sont mes sons préférés. Avec le nouveau disque, tu connais la vraie Giulia ». De la passion pour la culture norvégienne au désir de vivre une vie pleine de musique. « En fait, je me sens seul quand je chante. Avec cet album j’ai fait sortir mon âme ».

Consacrez-vous corps et âme à la musique, écrit des chansons depuis l’âge de 16 ans et sensibilise le public à son art par la diffusion émotions et sensations. C’est peut-être la meilleure description à présenter Julia Natalucci, jeune artiste de Fermo, originaire de Sainte Vittoria, qui a choisi de faire de la musique sa raison de vivre.

Vous vous souvenez peut-être d’elle lors d’une interview l’année dernière, où elle a présenté son premier travail, l’album “Fremsti e Rifi”. utilitaires Giulia il y prit goût et décida d’un Nouvel album. est intitulé “rune” et est officiellement présenté Samedi 23 juillet à Monterubbiano, au Monastère de San Francesco.

Un titre un peu inhabituel. Le sens? “Runes signifie runes, ce sont des symboles très anciens que les Norvégiens avaient trouvés dans les fjords et les considérait comme des dieux messages laissés par les dieux. Ils ont presque la valeur des lettres de l’alphabet et portent une grande charge spirituelle – explique Giulia – chaque rune a sa propre histoire et guide le chemin de l’homme. De ce concept de Runa j’ai trouvé l’inspiration pour mon nouvel album. J’ai été particulièrement inspiré par les runes qui sont liées à la lune, au pouvoir lunaire ».

Un disque qui se penche beaucoup sur les croyances des anciens Norvégiens et sur ces histoires, entre mythe et légende, qui ont accompagné la religion et la spiritualité des régions d’Europe du Nord pendant des siècles. Un album innovant et avec des thèmes plutôt particuliers et profonds. Qu’est-ce qui vous a poussé à écrire un disque avec ces caractéristiques ? “J’ai toujours été connecté à la culture norvégienne, c’était presque naturel pour moi de composer des pièces traitant de ces questions – Giulia fait confiance – depuis que je suis enfant, j’ai été fasciné par les légendes et les mythes de ces peuples et en grandissant Je voulais en savoir plus, approfondir les croyances, les histoires et les mythes. J’ai aussi de la famille là-bas, en Finlande pour être précis et j’ai visité ces endroits plusieurs fois. Je trouve beaucoup la Giulia d’aujourd’hui dans la culture norvégienne et je crois qu’il y a beaucoup de points de contact avec notre spiritualité ».

Des chansons aux significations profondes qui se mêlent aux anciens mythes et légendes. Bref, un album bien différent de votre premier travail, non ? “Oui, exactement. Les runes sont totalement différentes de “Fragments and Reflections”. L’album précédent est un travail dont je suis fier, mais il aurait pu être meilleur à certains égards. Ce travail est né d’un besoin intérieur dicté par le moment que j’avais vécu, je voulais faire ressortir tout ce que je ressentais à l’intérieur, je devais les jeter sur un morceau de papier et les écrire. À la place de, Runes est née de ma passion sans bornes pour le monde médiéval celtique, de mon amour pour ces cultures et du désir de créer quelque chose qui me représente pleinement. je veux être honnête c’est avec Runes que vous rencontrerez la vraie Giulia ».

9 titres inédits accompagnés de sons qui sortent de l’ordinaire ? “Corriger. Si je devais cataloguer les Runes dans un genre je dirais que c’est Médiéval/Folk/Celtique, peut-être quelque chose qui n’a jamais été vu dans la scène musicale aujourd’hui. Tout est rendu encore plus particulier par le fait que le groupe est orienté rock – souligne Giulia – avec ces sons je devais forcément écrire en anglais, car la langue italienne ne s’y prêtait pas bien et, en plus des instruments traditionnels, on utilisait aussi, par exemple, la nychelharpa pour obtenir les sons typiques de ces pays. A cet égard, pour la réalisation de la chanson Je tiens à remercier mon partenaire Diego Mercuri, Cicconi Cristiano, Lucia Solferino, Luciano Monceri et Alfredo Mercuri de tout mon cœur. Ils étaient extrêmement précieux et fondamentaux ».

Un album innovant qui fera certainement parler de lui. Ne pensez-vous pas que cela peut être considéré comme un lecteur trop spécialisé? Pensez-vous que le public peut pleinement l’apprécier ? « Bien sûr, pendant que je l’écrivais, je savais que la musique commerciale pop est beaucoup plus populaire en Italie en ce moment, mais cela ne m’a pas découragé. Au contraire, J’étais encore plus convaincu du travail que je faisais, je voulais faire connaître à tout le monde la vraie Giulia et c’était la meilleure façon. Franchement, Je crois que le public d’aujourd’hui a aussi besoin de sons nouveaux et raffinés ainsi que de thèmes variés et profonds et Runes peut fournir tout cela à ceux qui auront le plaisir de l’écouter. Je suis convaincu que ces nouvelles chansons seront appréciées et pourront également impliquer ceux qui n’ont pas l’habitude d’écouter ce type de genre.”

La présentation officielle à Monterubbiano samedi, suivie d’une visite guidée ? « Nous nous organisons là-dedans aussi. Pendant ce temps, nous terminons les préparatifs du monastère de San Francesco à Monterubbiano, où nous plongerons le public dans l’atmosphère de la Norvège médiévale. – Giulia fait confiance – ensuite nous définirons tous les détails pour les prochaines dates. Nous sommes également en train d’organiser une étape à l’étranger ».

Alors y aura-t-il d’autres dates autour des Marches ? “Ouais exactement. Avec le groupe, le but est de promouvoir l’album autant que possible et en même temps nous voulons le faire dans les nombreux villages suggestifs des Marches, qui méritent d’être relancés et améliorés. Nous voulons aussi nous y engager et nous le ferons à travers notre musique ». Runes, un album à ne pas manquer.

Sur la chaîne youtube “Giulietta Natalucci”, il est déjà possible d’écouter “lunes”, la première plage du nouveau disque. Cliquez sur ICI.

Leave a Comment