Réduction exclusive : “Rome, objectif minimum des Champions”

ALBUFEIRA – Le jardin de bananes et de palmiers surplombant l’océan est une barrière verte qui garantit l’intimité des joueurs roms. Un peu plus loin, la plage de Sao Rafael regorge de baigneurs venus de toute l’Europe du Nord. Le tourisme y est populaire, avec des centaines de vols pas chers qui débarquent chaque jour des milliers de vacanciers, ainsi que de riches retraités passionnés de golf. Mourinho a de nouveau amené la Roma dans son pays cette année. Dans son équipe Chris Smalling est l’un des leaders, il a disputé les premiers matchs de la saison en tant que capitaine. Dans cette interview exclusive, la première depuis son arrivée en Italie, il évoque son caractère très anglo-romain.

Chris, on repart de cette coupe levée au ciel la nuit de Tirana
« Il suffisait de voir les célébrations pour comprendre ce que cela signifiait pour les fans. Maintenant, il est important de donner une continuité à cette victoire et de construire une base pour recommencer ».

Une saison au plus haut niveau, au point d’être désigné meilleur joueur de la finale de Conference League
«La première année où j’ai vécu à Rome, j’étais prêté et je n’ai eu aucune blessure, mais la seconde, peu de temps après la signature du contrat avec le déménagement définitif à Rome, j’ai arrêté. Pendant l’entraînement, j’ai mal atterri après une opération. Une blessure petite mais gênante et je l’ai traînée pendant plusieurs mois. La deuxième saison a été mauvaise, mais j’ai réussi à résoudre les problèmes physiques sans aucun soin particulier. Ça a pris du temps, au contraire j’ai essayé d’anticiper le temps de récupération pour aider l’équipe, j’ai poussé fort pour me remettre et j’ai aggravé la situation. Au final, le secret était de travailler dur et de respecter les temps de récupération ».

Vous connaissez Mourinho depuis Manchester. Avez-vous trouvé qu’il a changé des années plus tard?
“L’entraîneur est toujours le même, c’est un leader avec un caractère si fort qu’il s’est forgé au fil des années avec ses succès. C’est difficile pour lui de changer. C’était facile de reprendre le discours qui a été prononcé à Manchester a commencé “. Le coach m’a donné confiance, on a gagné beaucoup de matchs ensemble. Je connaissais le staff, c’est presque pareil, il y a la confiance. Un grand coach comme Mourinho qui est très apprécié dans le monde entier, c’est le profil parfait pour la Roma, ce n’est pas coïncidence qu’il ait gagné immédiatement, dès la première saison ».

Defender avec de grandes performances et très correct. Pas même un avertissement la saison dernière. Faire des erreurs ne fait-il pas partie de votre façon de jouer ?
« J’essaie de faire attention, quand tu vas sur le terrain c’est une bataille que tu veux gagner à tout prix, mais à la fin tu serres la main de ton adversaire. J’essaie d’être le plus correct possible, j’essaie d’être aussi fort et agressif que possible, je veux dominer l’adversaire, essayer d’être physiquement plus fort et plus rapide. Si je peux quitter le terrain sans prendre de cartes, tant mieux ».

Les fans s’attendent à gagner à nouveau, la Roma est-elle compétitive ?
“J’adore cette équipe, c’est normal que les attentes montent et que la barre soit relevée. On a retrouvé une belle continuité en fin de saison dernière, qu’on avait ratée plus tôt et pour laquelle on a laissé des points sur la route. La colonne vertébrale de l’équipe est bonne, le groupe est uni, on connaît le coach, qui est avec nous depuis un an. Toutes les équipes peuvent s’améliorer, celui qui vient serait un ajout important. Le groupe est bon, nous serons plus forts et plus réguliers que la saison dernière ».

En ces premiers jours de retraite, vous êtes souvent avec Matic, qui a joué avec vous à Manchester. Allez-vous l’aider à s’intégrer ?
«Je connais bien Nemanja, j’ai toujours eu une bonne relation avec lui. C’est agréable de revoir un visage familier. C’est un joueur tellement expérimenté, un gagnant né avec tant d’expériences qu’il n’a pas besoin de mon aide. C’est un renfort très important en vue de la nouvelle saison. Je me sens bien avec lui, mais aussi avec les autres coéquipiers. L’équipe a le bon mélange entre jeunes et expérimentés. Je me sens proche des autres défenseurs. Ce qui est bien avec cette équipe, ce groupe, c’est qu’à mon arrivée, seul joueur anglais, c’était facile de s’intégrer. Vous pouvez voir à quel point nous sommes bons sur le terrain. Je pensais que c’était plus difficile. C’est pourquoi j’ai insisté pour rester ».

voir la vidéo

Rome, en route pour le rallye : Matic et Smalling quittent les fans

Votre contrat expirera à la fin de la saison, mais il y a une clause pour le renouveler automatiquement. Envisagez-vous de terminer votre carrière à Rome ?

“La priorité pour moi est de jouer et d’aider l’équipe et ensuite cela viendra naturellement. Je pense que je peux encore être utile, tu ne peux pas échapper à ton âge, mais tu as les années que tu ressens. J’ai toujours essayé de ne pas avoir de regrets, je joue chaque match comme si c’était le dernier, je vais toujours sur le terrain pour tout donner, pour ne rien négliger. Je n’ai pas changé aujourd’hui que j’ai trente-deux ans, j’ai toujours joué un match à la fois. Dans le football, les carrières sont courtes et les blessures peuvent toujours être au coin de la rue. J’essaie de tirer le meilleur parti de chaque entraînement, de chaque match pour faire évoluer ma carrière en prenant soin de moi ».

Depuis plusieurs années vous avez changé votre alimentation, vous avez opté pour le régime végétalien. Cela vous aide-t-il à rester en forme ?

« Il y a quelques années, alors que je traversais cette phase de transition, j’essayais de découvrir différentes façons de prendre soin de mon corps, l’aspect nutritionnel n’est pas le seul. Il est important de récupérer, de bien dormir. Prendre soin de la nutrition est important pour se sentir à cent pour cent en forme. Il existe de nombreux exemples de footballeurs professionnels qui ont largement dépassé les trente ans : Ronaldo, Dzeko, Ibrahimovic, Totti. Edin était mon partenaire, j’ai été frappé de voir comment il gérait tous ces facteurs qui contribuent à rester en forme et en bonne santé ».

Dans l’état actuel des choses, en attendant les renforts souhaités par Mourinho, la Roma peut-elle se battre pour revenir en Ligue des champions ?

“Je pense que oui, nous avons un bon groupe, je pense que cela devrait être l’objectif minimum pour la Roma. Ce club est absent de la grande compétition européenne depuis trop longtemps. Il doit être dans le top quatre pour participer à la Ligue des champions. puis essayer de gagner un autre trophée ».

Rome est une ville riche en œuvres d’art, en histoire et en culture, mais les Romains se plaignent du trafic et de la saleté. Quelle idée aviez-vous après trois ans ?

“J’ai vécu la plus grande partie de ma vie en Angleterre, surtout à Manchester. Je n’étais jamais allé à Rome, pas même en vacances. Je ne vois pas ces problèmes insurmontables. Il y a du trafic partout, même à Manchester. Ce qui me frappe à Rome, c’est la beauté de celui-ci, maintenant que je reçois plus de visites d’Angleterre après avoir passé le blocus pour Covid, c’est un plaisir pour moi de pouvoir visiter ces lieux avec ma famille et mes amis, parler de Rome, montrer la beauté de cette ville.Avec mon famille, qui fait des promenades que je peux faire quotidiennement, nous nous sentons heureux de vivre dans une ville qui est admirée dans le monde entier. C’est une expérience que nous apprécions chaque jour au maximum ».

Habituellement, les footballeurs anglais en Italie ne se reposaient pas facilement. Des modes de vie différents, un football plus tactique. Ce n’était pas comme ça pour toi.

“Quand je suis arrivé, j’avais aussi une autre idée, je m’attendais à un football tactique, mais moins intense. En revanche, en Serie A, le football offensif se joue à vive allure, de nombreux buts sont marqués. L’Italien est l’un des meilleurs championnats du monde. Les champions qui arrivent aident à monter en niveau et à ouvrir la voie aux autres joueurs, je me suis bien intégré ».

Votre compatriote Abraham a fait une belle saison. Sera-t-il capable de se répéter ?
« Tammy a de grandes qualités, c’est un garçon ambitieux, il aura envie de se surpasser, d’améliorer ses notes. En tant qu’équipe, nous l’espérons et ferons tout notre possible pour l’aider. L’année dernière, il a commencé très fort. Il faut qu’il aille à fond, il va faire une belle saison et peut concourir pour le titre de meilleur buteur ».

Garde-t-il son origine jamaïcaine ?
« Je suis en vacances là-bas depuis des années. Mon père était jamaïcain, je l’ai perdu quand j’avais 4 ans. Je n’ai pas de relation étroite avec ma famille d’origine. Mais ma femme et moi aimons beaucoup le pays, nous avons beaucoup d’amis et de parents, nous aimons beaucoup la musique, la culture et j’ai l’impression que ce pays fait partie de ma vie ».

Qu’est-ce que l’expérience en Italie vous a apporté personnellement ?
« Je suis sûr que cette expérience m’a amélioré en tant qu’homme. Je suis venu ici presque par accident. J’étais à Manchester et l’opportunité de venir à Rome s’est concrétisée à la fermeture du mercato. Mon fils est né récemment et il aurait été plus simple de ne pas bouger. J’avais 48 heures pour me décider. Je suis content du choix, c’est un enrichissement pour moi et ma famille ».

Vous avez été absent de l’équipe nationale pendant 5 ans. Est-il fermé l’année de la Coupe du monde ?
« Je pense que oui, il semble difficile de rouvrir avec cet entraîneur. Si l’occasion se présente, j’essaierai d’aider l’équipe. Un coup de fil serait inattendu, mais j’en serais ravi ».

Rome, voici la formation de rêve avec Dybala

Regardez dans la galerie

Rome, voici la formation de rêve avec Dybala

Pull Abraham : découvrez l’offre

Leave a Comment