“JOVIC FAIT DES RÊVES, NIVEAU PLUS ÉLEVÉ. IGOR GRANDIRA PLUS”

Radio FirenzeAlto vient de naître, mais peut déjà se targuer d’avoir accueilli en studio l’un des meilleurs entraîneurs des dernières saisons de la Serie A : le Florentin Léonard Semplicic. L’entraîneur, qui est actuellement sans équipe après sa dernière expérience avec Cagliariétait invité dans les studios de RFV pour une longue conversation pendant le spectacle”Violet mon amour“Effectuée par Lorenzo Marucci. Voici ses principales déclarations : “La Fiorentina a élevé le niveau avec ces précieux ajouts, nous avons donc déjà toutes les conditions pour bien faire cette année.”

À quel point est-il important pour un manager d’avoir de nouveaux joueurs tout de suite ?
“Absolument important. L’entraîneur a montré beaucoup d’enthousiasme et il y avait une crainte que le club ne le suive pas et à la place vous voyez tout le désir et la volonté de bien faire, ainsi que l’entraîneur et les joueurs clés sont déjà arrivés, surtout Jovic Je pense que la liste doit être reconstituée compte tenu des nombreux matches d’ici la Coupe du monde, mais elle a déjà bien bougé, maintenant qu’elle est de retour en Europe, elle veut faire tout ce qu’elle peut pour y rester comme le méritent la place et la ville. “

Comment récupérer Jovic ?
“Le joueur est arrivé avec une grande motivation, après les saisons extraordinaires à l’Eintracht, il a attiré l’attention d’un grand club comme le Real. A Florence, il voudra se rendre disponible et avec l’italien c’est une bonne combinaison car le Jovic a des qualités ha. La Fiorentina montre qu’elle peut compenser l’absence de Vlahovic, mais l’ajout de ce joueur pourrait faire rêver quelque chose de plus.”

Qu’est-ce qui est frappant dans l’italien ?
“Il a ramené l’enthousiasme avec la performance, avec une équipe qui a joué ouvertement, de bonne qualité mais pas excellente, mais qui a apporté une mentalité et une volonté d’interpréter pour faire la course et avec les greffes j’espère que nous verrons une meilleure qualité”.

Contre-mesures des autres ?
“Chaque entraîneur essaie toujours de s’améliorer année après année, tout comme l’Italien et avec les greffes, la qualité peut croître et les matchs individuels peuvent améliorer le jeu d’équipe, avec des solutions encore meilleures”.

Que penses-tu de la croissance d’Igor qui t’a coaché ​​à Ferrare en SPAL ?
“Le garçon avait besoin de temps comme d’habitude, mais avec l’italien, il a fait un saut qualitatif, par exemple dans le tête-à-tête parce qu’il a du physique, alors que le contrôle du ballon et la personnalité les ont toujours eus. Il continuera à grandir, avec Milenkovic il a formé quelques niveaux. Si le Serbe part, le sentiment qu’il avait créé se retrouvera chez un autre coéquipier”.

Deux gauchers avec Acerbi ?
“Je ne veux pas d’eux, mais ça doit être bien pour l’Italien. C’est plus facile d’avoir deux droitiers que deux gauchers. Acerbi est un joueur de l’équipe nationale qui a mûri et qui a de la personnalité et qui signerait une belle signature “.

Quelle sera votre prochaine banque ?
“J’aimerais aussi le savoir. Le métier d’entraîneur comprend aussi des moments comme celui-ci où il faut attendre le bon coup de téléphone. Pendant cette période, il faut rester informé. J’ai aussi beaucoup voyagé avec mon staff, également à l’étranger. “.

Cagliari?
“Cela me brûle, oui, après un arrêt extraordinaire avec une moyenne de la Ligue Europa. Mais il n’y avait pas de conditions et ça s’est mal passé compte tenu de la situation créée. La vérité est celle du terrain”.

Gollini ?
“Il est parti deux ans avant mon arrivée. Je l’ai rencontré à Ferrara puisqu’il vit là-bas. Puis considéré comme un adversaire. C’est un gardien de qualité qui peut faire grandir toute l’équipe.”

Comment gérez-vous les duels internes dans le jeu en duo d’équipe ?
“L’entraîneur a montré qu’il utilisait toute l’équipe en gardant tout le monde impliqué et avec les cinq changements, vous pouvez faire fonctionner toute l’équipe, il y a aussi beaucoup de courses et cela peut être un avantage. Les joueurs doivent être conscients de cela parce que le doublage peut être dans n’importe quelle position”.

Sont-ils venus ?
“J’espérais que sa croissance année après année était importante, il a joué beaucoup de matchs l’année dernière. L’entraîneur ne le considère peut-être pas comme immobile, mais il a toujours bien fait. Venuti est un Florentin, il a un grand attachement, mais déclare ensuite il l’expose à trop de critiques. Au lieu de cela, nous devons les soutenir en tant que joueurs comme celui-ci, nous sommes proches de ces gars qui viennent du secteur des jeunes”.

Que s’est-il passé à Cagliari ?
“Il y avait la voix, mais je n’avais aucun contact. Entraîner Cagliari, c’est entraîner toute une région et ce fut une expérience formidable. Et jour après jour, même sans supporters, la compréhension et le sentiment se sont renforcés. Puis à la fin du match… année, il n’y avait pas d’unité de but, il n’y avait plus l’estime et la confiance qu’il devrait y avoir quand une nouvelle saison commence et à la place il n’y avait pas d’échange en tant que marché et idées ».

Avec son absence, une bonne technicienne se retrouve sans canapé…
“Je suis désolé mais je suis convaincu de mes idées et le passé ne compte pas, mais c’est important de grandir, de s’améliorer et de se remettre en question et souvent de trouver une opportunité”.

Comment la Viola change-t-elle le milieu de terrain?
“Torreira a connu une année extraordinaire car, aux côtés du réalisateur, il a joué le jeu de l’entraîneur de manière exemplaire et a marqué des buts importants. Désolé de le perdre, mais la Fiorentina a vu Amrabat énormément grandir et peut même jouer ce rôle avec des qualités différentes.” “.

Mandragora peut-il devenir réalisateur ?
“Je dirais oui, même s’il a joué avec deux joueurs à Turin. Je pense qu’il pourrait y avoir une intention de jouer mezzala”.

Ducan ?
“Le mérite de l’avoir relancé lui revenait après l’année à la Fiorentina au cours de laquelle il n’avait pas trouvé de continuité. Je l’ai embauché comme réalisateur parce que j’avais besoin d’un joueur intelligent. Il n’est pas réalisateur, mais il peut le faire.” , adapter”.

Comment évaluez-vous les extérieurs violets?
“Ces gars-là doivent s’immerger dans le football italien, connaître l’entraîneur et la ligue, connaître la langue, des choses qui s’apprennent aussi à travers des expériences négatives.

Vous attendiez-vous à plus de Sottil ?
“Je l’ai entraîné pendant trois mois, mais il a toujours été blessé, je ne peux pas l’évaluer à 100%. Joueur de qualité, bon en un contre un, le premier homme saute toujours, il doit améliorer les choix finaux, mais je pense qu’il a grandi et il doit trouver une continuité. Il ne faut pas penser au réseautage, il faut analyser les situations et accepter les critiques pour s’améliorer et avancer avec conviction”.

Où peut aller cette Fiorentina ?
Je pense qu’il part d’une bonne base et ajoute des joueurs clés, donc les attentes et le rêve des fans sont un peu plus élevés que l’an dernier. Ensuite, c’est difficile parce que les autres devant sont aussi de plus en plus forts. Et puis il y a cette inconnue de la Coupe du monde et des nombreux matches avec la récupération entre un match et la maîtrise de la mi-temps. Tous les moments doivent donc être bien gérés.”

Bonne attitude?
“C’est bien d’être ambitieux, l’entraîneur était déjà ambitieux et je pense qu’il y a tout espoir de réaliser quelque chose de plus, mais ce serait positif si je pouvais déjà être confirmé au niveau de l’an dernier.”

Quels ont été les meilleurs succès des marchés ?
“L’Inter a ramené Lukaku et il était déjà fort, et la Juve avec Bremer et Di Maria est plus compétitive. Les grands noms seront toujours les mêmes.”

La Ligue Europa est-elle un objectif réalisable ?
“A mon avis, oui et c’est juste d’avoir un objectif important, une amélioration d’une ou deux positions serait un excellent résultat. J’espère que cela fera monter des positions et enlèvera la satisfaction que les fans méritent aussi.”

Leave a Comment