Napoléon, entre son dernier amour et les pensées de l’exil : trois soirées avec l’empereur à Lucca

Une plongée dans l’histoire, les coutumes et les sentiments de l’époque napoléonienne, sur les traces de l’empereur qui a laissé une marque indélébile sur notre ville, Lucca.

Reviens cette année Trois soirées avec Napoléonle calendrier des rendez-vous estivaux pour le cinéma, le théâtre et les rencontres intellectuelles du projet De Paris à Lucques : un avant-goût de la vie au temps de Napoléon et Elisa, invités pour la deuxième fois consécutive au Monastère de Santa Caterina du Real Collegio de Lucca.

Le rendez-vous est Lundi 22, mardi 23 et mercredi 24 août à 21h de Le dernier amour. La fin du rêveun voyage théâtral en 7 épisodes sur les sentiments de la famille corse ; Quatre Anglais rendent visite à Napoléon sur l’île d’Elbe, la rencontre avec le professeur des universités et responsable des relations internationales de la Fondation Napoléon à Paris, Peter Hicks ; La projection de quelques scènes du film Kolberg, la citadelle des hérosaccompagné du réalisateur Pier Dario Marzi qui racontera la genèse du film.

Né en 2008, l’initiative est incluse dans le calendrier Vivi Lucca de la municipalité, qui a accueilli aujourd’hui (mercredi 20 juillet) la présentation des trois soirées consacrées à Napoléon au Palazzo Orsetti. Étaient présents le maire nouvellement élu de Lucca Mario Pardini, Mia Pisano, conseillère pour la culture, Francesco Franceschini, président du Collège royal de Lucca, Raffaele Domenici, vice-président de la Fondation Cassa di Risparmio di Lucca et Roberta Martinelli, créatrice de la événement et président de l’association napoléonienne et Elisa : de Paris à la Toscane.

“Le but de ces trois rencontres – a expliqué Roberta Martinelli – est de permettre au public de redécouvrir une période historique fondamentale pour Lucca, la période gouvernée par Napoléon avec Elisa Baciocchi: neuf années au cours desquelles le cyclone napoléonien a balayé toute l’Europe, ce qui a également entraîné des changements majeurs dans le domaine de l’hygiène ».

Comme l’a rappelé le vice-président de la Fondation Cassa di Risparmio di Lucca, Raffaele Domenici : « S’il faut parler de l’importance de la période d’Elisa Bonaparte à Lucca, on ne peut que la date de 1806 lorsque la Principauté de Lucca et Piombino acquit une primauté dans l’histoire de la médecine : ce fut le premier État à promulguer la vaccination obligatoire contre la variole ».

« La fondation soutient toujours les initiatives susceptibles de promouvoir le territoire, tant d’un point de vue culturel que touristique. Pour cette raison, nous avons choisi d’être d’une grande valeur aux côtés de cet événement. Les trois soirées napoléoniennes – a conclu le président – font référence à une période importante de l’histoire de Lucca, qu’il faut connaître. Si on veut planifier quelque chose de positif pour l’avenir, il faut d’abord penser à ce qui est passé : ce qui est derrière nous doit être compris et analysé ».

Le maire a également parlé de l’importance de comprendre notre histoire Mario Pardini : « Pour affronter l’avenir, il faut connaître le passé. je suis content que Trois soirées avec Napoléon sera répété cette année. Un rendez-vous régulier depuis 2008, toujours bien fréquenté et d’une importance fondamentale, qui aura également lieu cette année dans un lieu magnifique : celui du Real Collegio ».

“En organisant cet événement au Monastère de Santa Caterina, le Real Collegio – a déclaré son président, Francesco Franceschini – veut contribuer à améliorer l’offre culturelle de la ville de Lucques”.

“Roberta Martinelli, créatrice de” Trois soirées avec Napoléon, est une femme d’une grande profondeur culturelle. J’ai été très heureux d’accepter votre proposition de tenir ce rendez-vous dans notre établissement. Pour cela, je vous remercie et J’espère continuer à animer ces soirées à l’avenir.”

Des soirées qui, comme le soulignentConseillère pour la culture Mia Pisanoont été menées grâce à “une consultation attentive des sources nationales et internationales. Il s’agit de rassemblements d’un grand sérieux scientifique”.

Le sérieux scientifique se retrouve également dans les noms impliqués cette année dans le projet de l’association Napoléon et Elisa : de Paris à la Toscane : le professeur Peter Hicks, professeur d’histoire et responsable des relations internationales à la Fondation Napoléon à Paris, le professeur Pier Dario Marzi, expert du cinéma, grâce à la collaboration avec Cineforum Cinit Ezechiele 25,17 et, après le succès de l’année dernière, également le réalisateur italien, cours d’adoption, Orlando Forioso, avec un autre titre de ses émissions sur la famille Bonaparte, cette fois dédié à la Toscane, l’Italie, la musique et l’amour.

Trois soirées avec Napoléon, c’est réalisé avec la contribution de la Fondation Cassa di Risparmio di Lucca et en collaboration avec Le Souvenir Napoléonien, association internationale dont Roberta Martinelli est correspondante pour la Toscane occidentale.

Le programme

Lundi (22 août) à 21h30 est le TeatrEurope de Corsecette fois avec le spectacle Le dernier amour. La fin du rêve, dramaturgie et mise en scène d’Orlando Forioso avec les conseils scientifiques de Jean-Marc Olivesi. Ce titre fait également partie de la saga théâtrale épisodique écrite par le réalisateur lui-même intitulée Les Bonaparte. Une famille a marché, conçu et construit pour faire connaître la dynamique et les mécanismes de la famille napoléonienne. “Ce spectacle est dédié à la Toscane, à l’Italie, à la musique et à l’amour – explique le dramaturge et metteur en scène Orlando Forioso -. Il entremêle la vie de trois générations : Paolina plus de 40 ans, Letizia presque 80 ans et Giovanni 25 ans, plus connu sous le nom de Nino. Et l’ombre de Napoléon plane sur tout.”
Le spectacle est une production ThéâtreEurope de Corse à la demande de la Maison Bonaparte (Ajaccio) / Scn Musée Malmaison (Paris) et de la Municipalité d’Ajaccio, avec le soutien de la Collectivité de Corse.

Mardi (23 août) à 21h30 Peter Hicks, professeur d’histoire, historien et responsable des relations internationales à la Fondation Napoléon à Paristiendra une réunion intitulée Quatre Anglais rendent visite à Napoléon sur l’île d’Elbe, 1814.
« A la fin de sa carrière (1814-1815), Napoléon doit rencontrer un nombre croissant d’Anglais – anticipe Peter Hicks -. Politiciens, marins, médecins, militaires, administrateurs… la liste est longue. Seulement sur l’île d’Elbe 61 sont venus le voir, tous les envoyés de la couronne anglaise. La figure de l’un d’entre eux, propriétaire terrien du comté de Northumberland, éclaire d’un jour nouveau le prétendu “retrait politique” de Napoléon, son attitude, sa pensée, sa manipulation des visiteurs britanniques, sa capacité inépuisable à imaginer des possibilités futures.”

Les rencontres se terminent le mercredi 24 août à 21h30 en collaboration avec le Cineforum Cinit Ezechiele 25.27 : Pier Dario Marzi parle de Kolberg, la citadelle des hérosun film de Veit Harlan sorti en 1945 et la dernière production de film de propagande nazie, un film à succès inspiré d’un épisode des guerres napoléoniennes avec des milliers de figurants, réalisé par un régime au bord de l’effondrement, pour remonter le moral du peuple allemand maintenant à la fin.

Entrée gratuite et sans réservation, sous réserve de disponibilité. L’accès au Real Collegio se fait via della Cavallerizza.

Infos sur le site Napoléon et son époque et sur la page Facebook Napoleonidi.

Leave a Comment