Bebe Vio, ambassadrice Italie révèle les 5 endroits préférés : “L’île d’Elbe a une place dans mon cœur”

Bébé Vio est devenu ambassadeur, avec Roberto Bolle, Stefano Boeri et Renzo Rosso, de la campagne internationale LiveItalian créée parn’importe quel, Office National du Tourisme promouvoir l’Italie dans le monde. Sur le portail officiel Italia.it. l’athlète raconte “son Italie” en choisissant ses 5 endroits préférés pour recharger votre énergie.

Bebe Vio et son coucher de soleil préféré : celui de l’île d’Elbe

L’histoire d’amour entre Bebe Vio et l’île d’Elbe

“L’Italie est les Italiens sont un spectacle. Il suffit de se donner le plaisir de le retourner un peu pour comprendre qu’il n’y a pas de rhétorique pour le dire, mais seulement le privilège l’avoir comme maison », c’est ainsi que commence l’histoire de Bebe Vio. “Quand je suis en vacances, je m’enfuis toujours”île d’Elbe, Quand puis-je. Je viens ici avec ma famille depuis que je suis petit et j’ai mes endroits préférés : la plage de Cavoli, Fetovaia ou S. Andrea in Marciana pour la baignade et l’ancienne forteresse de Volterraio pour Instagram un coucher de soleil ardent. Bref, pour moi c’est le ‘lieu d’être‘, l’endroit où je peux toujours me détendre et trouver la paix”, dit l’athlète.

Citoyen d’honneur de Portoferraio

L'”histoire d’amour” entre Bebe Vio et l’île d’Elbe remonte à loin. Le champion est aussi citoyen d’honneur de Portoferraioun honneur qu’il a reçu en juillet 2022. Dans la salle du conseil du premier, l’athlète a reçu le parchemin symbolique, “l’emblème” de la municipalité qui représente l’ancien Cosmopoli en reconnaissance de sa haute sens civique ainsi que son engagement social et sportif en faveur des personnes en situation de handicap et son rôle actif dans la lutte contre les phénomènes d’intolérance et dans la recherche de solutions concrètes pour surmonter les obstacles qui pourraient entraver la réalisation de leurs objectifs pour les personnes handicapées. “Merci beaucoup pour tout cela. Pour moi, c’est vraiment chez moi ici. J’ai toujours été à Elbe. Je suis né en mars et j’étais déjà ici en juin.Enfant, je prenais probablement plus de bains à la mer qu’à la maison. Parce que j’ai toujours beaucoup voyagé, pour moi lela seule maison a toujours été celle d’Elbe. Entre les courses et autres choses, c’est le seul moment où je peux et je peux être avec toute ma famille. C’est beau », étaient les mots de Bebe Vio à cette occasion.

Bebe Vio en a également promu un dans le passé campagne de nettoyage des plages de l’île d’Elbe, qui l’a vue personnellement impliquée dans le ‘plogging‘ ou la collecte des déchets. L’initiative faisait partie des activités de Sorgenia pour nettoyer certaines plages italiennes à l’appui du projet MARE, né de la collaboration entre le Centro Velico Caprera et One Ocean Foundation, qui a voyagé le long des côtes italiennes avec le catamaran à voile One à l’état pour étudier la santé de 23 aires marines protégées de la mer Tyrrhénienne.

Bebe Vio pendant l’activité ‘plogging’ sur l’île d’Elbe

Académie, histoire et pizza les raisons de la vie de l’athlète

Parmi les 5 destinations préférées du champion paralympique, il y a : Venise, où il est né, avec les émotions qu’il procure. Pour être précis Mogliano Vénétie, où vit la famille : mère Teresa, père Ruggero et frère aîné Nicolò. “J’ai les meilleurs souvenirs ici, c’est là que tout a commencé et où tout semble toujours en bon état”. Mais Bebe est aussi “fou” avec Milanqui a une place spéciale dans son cœur : « Cette ville est le début de beaucoup de choses pour moi, le lieu où tout devient possibledonc j’ai tout de suite senti que c’était le bon point de départ pour Académie Bebe Vio” explique.
Et alors Rome“Le bon endroit. Il y a de la beauté, de la culture, de l’ambiance, de la nature. J’aime me plonger dans ses parcs à ciel ouvert, au moins autant que me sentir entouré de merveilles artistiques tout en Je traverse littéralement l’histoire. Et puis les Romains sont spéciaux, ils ont un cœur qui bat à toute allure ». Une ville qui lui rappelle un tourbillon aligné avec l’énergie inépuisable de l’athlète, mais ce qu’elle aime le plus, c’est que “est capable de m’arrêter. Personne d’autre ne le peut. Moi qui roule toujours à cent à l’heure, je dois m’empêcher d’essayer de comprendre comment aller d’une partie de la ville à une autre. Pour certains, c’est juste une nuisance, j’aime ça.” Final Naples, une beauté récemment découverte. « Je m’y rends facilement depuis Rome, donc je m’autorise souvent une journée sur la côte napolitaine : une balade et une pizza, que demander de plus ? Tome profiter de la vie simplecomme une marguerite, que j’aime manger, même au petit-déjeuner.”

Leave a Comment