Elisa Isoardi : “Je serai de retour à la télé en septembre : il y aura de la tension”

Après deux ans d’arrêt, il présente sur Rai2 “J’aimerais vous dire que…”, une émission qui mêle plats et sensations


Antonelle Silvestri
18 juillet 2022 à 08:34

Chaque fois que nous nous rencontrons, nous nous souvenons du jour où nous nous sommes rencontrés. Elisa Isoardic il avait 22 ans et commençait à faire ses premiers pas en Rai en tant que correspondant de l’émission “Regarde la Lune”. Touché par la beauté et la simplicité d’une jeune femme déterminée à faire de la télévision, je lui ai dit qu’elle irait très loin.

«En 2005, j’ai signé mon premier contrat. Aujourd’hui, à l’âge de 40 ans (qui aura lieu le 27 décembre, éd) Je signe le contrat de diplôme d’études secondaires. J’ai l’impression d’être la fille de “mamma Rai”, je suis contente d’être de retour”, confie la présentatrice qui, à partir du 11 septembre, il sera aux manettes de “Je voudrais vous dire que…”une émission diffusée sur Rai2 le dimanche après-midi.

Elisa, que verra-t-on dans le nouveau programme ?
« Je le décris en trois mots : cœur, territoire et cuisine. C’est la synthèse de mon histoire humaine et professionnelle. Je traverserai les terres de notre belle Italie pour assister à des histoires où des gens ordinaires veulent s’excuser ou remercier un proche. Le prétexte est un déjeuner préparé avec tous les ingrédients locaux. Un petit-fils qui remercie son grand-père, un fils qui s’excuse auprès de sa mère… L’effet de surprise ne manquera pas, car s’ils entendent Elisa Isoardi au téléphone, ils risquent de commencer à s’inquiéter ! J’entrerai chez eux, il y aura de l’effervescence. Et puis je suis content de pouvoir tenir compagnie aux téléspectateurs car le dimanche après-midi est une journée chargée surtout pour ceux qui sont seuls. On fait la télé pour ceux qui la regardent et il ne faut jamais l’oublier ».

Comment avez-vous vécu deux ans sans votre propre programme ?
« Au début, c’était difficile, parce que les gens comme moi qui font ce travail ont l’habitude de travailler 24 heures sur 24. Avec le recul, je dois admettre que c’était juste. Si vous courez trop, il est difficile d’établir des paramètres pour comprendre les bons choix. C’était aussi agréable de pouvoir observer. Aujourd’hui, je suis heureux de me replonger dans une émission du type “j’aimerais vous dire que…” et d’expérimenter le montage, de participer à l’écriture ».

Mère Irma sera également ravie de vouloir un nouveau spot pour vous…
“Maman a d’abord été avertie par Stefano Coletta (Rai directeur du divertissement aux heures de grande écoute, ed): elle était ravie. C’est quelqu’un qui n’a pas arrêté de travailler un seul jour. Elle m’a élevé seule. Elle était plus désolée de me voir à la pause télé que moi ! Mais elle avait vraiment peur que je reste immobile parce qu’elle m’a toujours regardé occupé depuis que j’avais 16 ans. Je suis content que tu sois serein ».

Durant ces deux années, vous avez été très présent sur les réseaux sociaux. Une curiosité : Tante Gabriella, avec vous dans de nombreuses vidéos sur Instagram, que lui est-il arrivé ?
“Ce n’est en fait pas ma tante, mais une gentille dame que j’ai connue pendant le confinement. J’ai aimé l’idée d’un changement de génération : nos rideaux ont réussi. J’aime beaucoup communiquer avec les followers, je suis très direct tout en payant le prix de la liberté. Le vrai courage montre les côtés vulnérables de son caractère, y compris les défauts, et pas seulement les côtés positifs. Et “Tante Gabriella” est bonne quand même ! ».

En décembre, vous fêtez vos 40 ans. La famille vous demandera quand vous décidez de vous marier…
“Non ! En 2022, être une femme ne veut pas dire avoir des enfants et avoir quelqu’un à côté de soi. Le plus important est de se sentir épanouie et d’être sereine. Ma mère m’a toujours dit de privilégier le travail, pas le mariage.”

Vous avez profité de l’arrêt du petit écran pour vous concentrer sur votre vie amoureuse, non ?
“(Il sourit). Je ne comprends pas la question, c’est-à-dire le lien entre le travail et la vie amoureuse. Pendant cette période j’ai continué à tout faire exactement, en effet l’arrêt m’a aussi aidé car j’ai appris à lire l’heure. La vérité? Avant j’étais seul et maintenant je suis seul. Si vous deviez rencontrer un homme avec qui il existe un respect mutuel en termes de liberté et d’honnêteté intellectuelle, qu’il en soit ainsi. Mais quand même je vis bien ».

Quelles sont vos expériences en tant que participant à “Danse avec les stars” en 2020 et en tant que naufragé dans “L’île des célèbres” en 2021 ?
« Les gens sont souvent étiquetés pour ce qu’ils font : le chef d’orchestre est le chef d’orchestre, le concurrent reste cela. Ce n’est pas courant qu’un présentateur fasse autre chose, mais je pense que toute nouveauté en général est un enrichissement. Milly Carlucci m’a fait “goûter” à des aspects que je ne connaissais pas de moi, l’expression corporelle, la danse. “The Island” était une expérience plutôt intime, bien que rapide. Lorsqu’une personne n’est pas au travail, elle s’enferme dans la maison et fait son truc ou va à l’abbaye pour prier. Je voulais introduire d’autres aspects de ma personnalité et je pense que le public a apprécié cela. Et j’ai découvert avec étonnement deux traits de caractère que j’ignorais avoir : la maîtrise de soi et la patience ».

Pour en revenir au planning de septembre, pour qui prépareriez-vous un déjeuner « pacificateur » ?
« En fait, je n’ai jamais vraiment discuté avec les gens parce que j’ai toujours dit les choses telles qu’elles sont. La vérité ne s’en va pas, mais nous rapproche. En tout cas, je préparerais des spaghettis sauce anchois pour toute la famille, car c’est l’été et c’est parfait ».

À quoi vous fait penser le mot été ?
« La montagne me vient tout de suite à l’esprit et maman cuisine ».

Leave a Comment