Vinicio Capossela revient à Veleia avec Bestiaire de l’amour

C’est un retour à Vinicio Capossela entre les colonnes romaines du théâtre antique de Veleia. Tout compris juillet 2016 était monté sur scène avec le spectacle de conférences et de chansons « Sur les chemins des mythes… » ; le soir de samedi 23 juillet l’auteur-compositeur-interprète se produira dans le concert”Bestiaire de l’amour” au Festival de théâtre antique de Veleiaà partir de 21h30.

Aedo Contemporary, quadruple lauréat du prix Tenco, défini comme le “meilleur auteur-compositeur-interprète italien de sa génération”, Vinicio Capossela revient à Veleia avec un concert intimiste et narratif, confronté à l’un des plus grands mystères de la nature humaine : l’amour. Pour plonger dans un thème aussi complexe, Capossela s’inspire de la composition littéraire d’un érudit de la fin du Moyen Âge qui crée son bestiaire de l’amour à travers une combinaison très originale et brillante des fabuleuses descriptions naturalistes des bestiaires médiévaux et de la phénoménologie du comportement amoureux. En plus de Capossela, trois musiciens extraordinaires sont sur scène : Alessandro Asso Stefana, Raffaele Tiseo et Vincenzo Vasi.

Dernières places disponiblesajouté pour la possibilité de répondre aux nombreuses demandes, en appelant le numéro 324 9297592 (aujourd’hui 23 juillet de 10h à 14h) ou directement à l’entrée de la zone archéologique selon disponibilité.

Vinicio Capossela reçoit le prix du Festival de théâtre antique de Veleia, une précieuse lithographie en édition limitée du Maestro Gianfranco Asveri, créée exclusivement pour l’édition 2022 du festival. Après le concert, dégustation de vins de Piacenza et salami.

Informations: www.veleiateatro.com

Vinicio Capossela
Auteur-compositeur-interprète, re-troubadour, imaginateur, Vinicio Capossela (Hanovre, 1965) fait ses débuts en 1990 sous les auspices de Renzo Fantini avec l’album All’una e trente-cinq environ, qui lui vaut la Targa Tenco, prix qui sera décerné quatre autres fois dans les années à venir. Après ses premiers disques “pré-biographiques”, comme Modì (1992) et Camera a sud (1994), qui confirment son talent en Italie et à l’étranger, arrive Il ballo di San Vito (1996). En 1998, pour la première fois en direct avec Kocani Orkesta : Liveinvolvo. 2000 “Canzoni a Manovella album sur l’histoire, la géographie et la science. En 2004, il publie chez Feltrinelli “On ne meurt pas tous les matins”.

Les enregistrements suivants, Ovunque Proteggi (2006), Alone (2008) et Marinai Profeti e Balene (2011), se développent autour du mythe, du rituel, du masque, de la solitude, de l’épopée, du destin, thèmes qui ont pris leur envol dans des spectacles à succès.
Rebetiko Gymnastas de 2012, une sorte de club social méditerranéen à la musique de l’absence, enregistré à Athènes avec des musiciens rebetiko. Le rebetiko comme forme de résistance culturelle à la crise est aussi le sujet de Tefteri (le Saggiatore) et Indebito, un documentaire réalisé avec Andrea Segre.

En 2013 naissance de Sponz Fest et production de Primo ballo avec Banda della posta, travaillant sur la musique de danse populaire. Du monde rural d’origine “la terre des coppoloni”, candidat pour Feltrinelli allo Strega (2015) et Canzoni della Cupa (2016), avec la participation de Giovanna Marini, Antonio Infantino, Los Lobos, Calexico, Flaco Jimenez suivi de deux des représentations théâtrales sur les thèmes de l’Ombre et de l’Hiver, une tournée estivale à forte vocation folklorique et une série de publications et de concerts dans différents pays du monde. L’artiste a remporté le prestigieux prix Tenco 2017. En 2018, il part en tournée avec l’orchestre symphonique « nell’Orcaestra » et enregistre une nouvelle œuvre. de longue date, avec des collaborations inédites, une sorte de chroniques post-médiévales, intitulées Ballades pour hommes et bêtes.

Le single Il povero Cristo sortira en avril 2019, ce qui anticipe la sortie du nouvel album. Le single était accompagné de la vidéo réalisée à Riace réalisée par Daniele Ciprì et de la participation extraordinaire d’Enrique Irazoqui et Marcello Fonte.
En mai 2019, Capossela participe à la tournée américaine Ballads for the Poor Christs qui frappe les villes de Washington, Chicago et Detroit. Le vendredi 17 mai 2019 sortira Ballads for men and beasts (La Cùpa / Warner Music), son nouveau projet d’enregistrement, le onzième travail en studio. Défini par l’auteur “Une chanson pour tous les êtres, pour la pluralité, pour la rupture entre les espèces et entre l’homme et la nature”, l’album a été enregistré à Milan, Montecanto (Irpinia) et Sofia (Bulgarie) par Taketo Gohara et Niccolò Fornabaio, Alessandro Asso Stefana et Giuseppe De Angelis et s’appuie sur la collaboration de musiciens prestigieux tels que Raffaele Tiseo, Stefano Nanni, Massimo Zamboni, Teho Teardo, Marc Ribot, Daniele Sepe, Jim White, Georgos Xylouris et l’Orchestre National de la Radio Bulgare.

Capossela a reçu de nombreux prix pour Ballades pour hommes et bêtes, dont le Targa Tenco 2019 pour Ballades pour hommes et bêtes dans la catégorie Meilleur disque de toutes les Rockol Awards et le prix de l’Album de l’année aux Rockol Awards. Le 14 février 2020, l’année du trentième anniversaire de sa carrière, le nouveau projet d’enregistrement de Vinicio Capossela Bestiario d’amore (La Cupa / Warner Music Italy), présenté le 14 février à l’Union Chapel, sorti en CD et EP 10″. de Londres.

Après l’interruption de la tournée Bestiary of Love en raison de la crise sanitaire, Vinicio Capossela a tenu une chronique quotidienne publiée sur ses réseaux sociaux, intitulée Pandemonium, pendant la période de quarantaine. Au cours des mois d’été 2020, Capossela est parti en tournée avec le projet Pandemonium. Narrations, piano voix et instruments pandémoniques accompagnés de Vincenzo Vasi.

Photo: Simone Cecchetti

Leave a Comment