10 livres toscans pour l’été : thrillers, histoires d’amour et aventures sous le parapluie

Les vacances d’été approchent, que vous ayez choisi la mer, la montagne ou une ville d’art pour vos vacances, il n’y a pas de meilleur compagnon qu’un bon livre pour se détendre : pour unété de bien lire, nous recommandons dix romans d’auteurs toscans sorti cette année à ne pas manquer.

Enquêtes, jeunesse et amours en crise

Pour les amoureux du jaune il y a Sans dire au revoir (Sellerio), le nouveau roman de Giampaolo Simi avec lequel l’écrivain revient de Viareggio pour raconter les aventures du journaliste policier Dario Corbo, cette fois impliqué dans une enquête impliquant sa famille. L’ex-femme Giulia est décédée submergée par un délit de fuite, et face à la colère de son fils Luca, qui blâme le nouveau partenaire de sa mère, Corbo décide d’aller au fond de ce qui semble être plus qu’un accident de voiture. un vrai meurtre.

Une histoire d’amour en crise est au cœur de un naufrage (Sem) de Daniele Pasquini. Valentina et Tommaso sont deux trentenaires normaux, comme beaucoup d’autres, qui se retrouvent face à un événement hors du commun : au retour d’une lune de miel désastreuse aux Seychelles, après laquelle ils envisagent sérieusement de se séparer, ils ont un accident d’avion et ils tombent sur une île déserte. Indemnes par miracle, les deux naufragés devront également se battre pour leur mariage dans leur lutte pour la survie.

Erosion (éditions E/O) de Lorenza Pieri au lieu de cela, il se déroule dans la baie de Chesapeake, sur la côte atlantique des États-Unis, dans une région où la Terre a toujours eu affaire à l’océan. Trois frères, Anna, Geoff et Bruno, travaillent sur le dernier quitter le domicile parental: Ils viennent de réussir à vendre la villa familiale de plus en plus menacée chaque année par la montée des eaux, et maintenant ils doivent composer avec le divorce, avec la relation complexe qui les unit et avec un avenir incertain.

Veronica Galletta dans Nina sur la digue (fax minimum), finaliste au Premio Strega, utilise son passé d’ingénieur pour raconter l’histoire de Caterina, également jeune ingénieur d’origine sicilienne, qui est en charge d’un important chantier dans la vallée du Pô : ici, à Fulchré, il devra construire une digue sur le fleuve pour éviter qu’il ne déborde et devra composer avec la misogynie de son patron et la fin de la relation avec son partenaire Pietro.

Histoires de la province toscane

Simona Baldanzi avec Quand les grenouilles reviennent (Alegre) revient à dire au la classe ouvrière de la province toscane, l’importance des liens de classe et de la solidarité entre les générations. Le personnage principal est Giorgia, qui est soudainement licenciée et obligée de passer l’été avec ses parents avec sa fille Camilla. Revenir sur les lieux où elle a passé son enfance l’oblige à faire le point et à redécouvrir son passé : d’abord un engagement politique dans ce quartier puis le travail aliénant dans la grande ville.

Dans nos absences (éditions E/O), Sacha Naspinic roman et autobiographie s’entremêlent pour raconter une histoire familiale troublée et la délicate transition entre l’adolescence et l’âge adulte. Tout commence par la découverte d’une tombe étrusque et de deux enfants qui décident de la creuser en secret : mais avec les anciens, de nombreux secrets du passé et des événements impliquant trois générations sont découverts.

L’année à l’envers (Atlantide) de Simone Innocenti raconte l’histoire d’un groupe d’amis entre trente et quarante ans qui se connaissent depuis la puberté sur les plages de la Versilia et qui se retrouvent le soir du Nouvel An dans la somptueuse villa balnéaire de Giulio et Francesca : en l’espace d’une nuit , le révèlent l’intrigue, l’envie, la dette et les secrets que chacun d’eux porte avec eux toute leur vie.

Entre recherches existentielles, dystopies et voyages littéraires

C’est un roman au souffle existentiel et philosophique La vérité sur tout (Mondadori) de Vanni Santoni, finaliste du Prix Viareggio. Le personnage principal et moteur de toute l’histoire est Cleopatra Mancini, une sociologue qui mène une vie très normale jusqu’à ce qu’elle tombe sur une vidéo pornographique dans laquelle elle pense reconnaître son ex-petite amie Emma et est convaincue que la fin qu’elle a faite était de sa faute .. parce qu’elle l’a trahie et abandonnée il y a des années. De là, elle commencera ses recherches sur la question du Mal qui l’amèneront à découvrir les communautés spirituelles les plus bizarres et finiront par devenir Shakti Devi et trouver la sienne.

L’os du coeur (Edizioni E/O) est plutôt le début de l’auteur de la Maremme Valentina Santini, se déroule dans une Italie dystopique de 1976 où un régime militaire très strict s’est imposé. Casa Libertà est le lieu où la dictature enferme les personnes dont elle veut se débarrasser, manifestants et enfants en difficulté : ici les histoires d’Asma, huit ans, qui n’a jamais quitté la commune, se rencontrent et s’entremêlent, Exodus et Laura. kidnappé le fils.

et enfin un voyage littéraire sur les traces de l’écrivain chilien À Mexico avec Bolaño (Giulio Perrone) d’Alessandro Raveggi, un voyage à travers la mégalopole construite sur les vestiges d’un magnifique lac au cœur de l’Amérique, où il est impossible de s’orienter, aimé et raconté par Roberto Bolaño dans ses chefs-d’œuvre.

Piste bonus : Arcanes et oracles

A la fin de cette riche liste d’astuces de lecture, comme un titre bonus en bas d’album, nous vous proposons deux petits tomes pour ceux qui veulent découvrir la divination comme un outil pour mieux se connaître.
Il s’agit de Philosophical Arcana (D Publisher) de Francesco D’Isa et Alessia Dulbecco, un projet philosophique et artistique qui réinterprète les cartes de tarot classiques avec un manuel et un jeu de vingt-cinq arcanes à utiliser pour réfléchir sur soi-même.
L’Oracle des animaux sacrés (Vivida) de Francesca Matteoni à la place, il présente un jeu de cinquante cartes avec des animaux de la terre, de l’eau, de l’air et du feu, considérés comme sacrés dans différentes cultures et à travers les âges, pour nous reconnecter avec nous-mêmes à travers la nature.

Leave a Comment