Enfin, le rapport annuel 2021 a présenté : Les opportunités du PNRR pour améliorer la protection des travailleurs et travailleuses

(Teleborsa) – Les fonds alloués par l’Union européenne dans le cadre du Programme européen de nouvelle génération représentent une opportunité indispensable pour l’Italie de renforcer le processus de modernisation et de simplification de l’administration publique, de renforcer les infrastructures et les chaînes de production et d’améliorer la protection des travailleurs et travailleuses, en mettant l’accent sur la formation et la culture de la sécurité ». C’est ce qu’a déclaré ce matin à Rome le président de‘Inail’, Franco Bettonicà l’occasion de la présentation du Rapport annuel 2021.

En guise d’illustration à la présidence de la Chambre des députés, au ministre du Travail et de la Politique sociale, Andrea Orlando, et aux autres autorités, ils présentent l’évolution des accidents et des maladies professionnelles découlant de la Les données de l’Institut, les activités réalisées, les résultats économiques obtenus et les objectifs stratégiques pour l’avenir, Bettoni a appelé le chef d’étatqui a mentionné à plusieurs reprises la nécessité de morts au travailet a souligné que « l’Inail est prête à faire sa part en investissant davantage dans sécurité et profitant des avancées de la recherche scientifique ces dernières années ».

“La reprise de activités productives l’après-pandémie doit se poursuivre conformément au besoin primordial d’assurer Santé et la sécurité dans lieux de travail – a-t-il ajouté – L’initiative la plus importante dans ce sens concerne le lancement de collaborations structurées et permanentes entre l’Inail et les entreprises o grands groupes industriels du pays, impliqué dans la mise en œuvre des interventions individuelles envisagées par le PNRR. Les travaux publics à réaliser dans le domaine des infrastructures etmodernisation des processus de productionEn effet, pour atteindre les nouvelles frontières de la durabilité énergétique, technologique et sociale, il faut multiplier les actions de prévention pour un contrôle efficace du phénomène accidentel ».

Concernant letendance des accidentsun peu plus en 2021 564 000 accidents du travail, soit une baisse de 1,4 % par rapport à l’année précédente. Cependant, cette baisse est uniquement due à la contraction des infections professionnelles de Covid-19, qui sont passées de près de 150 000 en 2020 à environ 50 000 en 2021. En 2020, en particulier, l’incidence moyenne des nouveaux rapports de coronavirus sur le total des accidents signalés était d’un sur quatre, tandis qu’en 2021, elle est tombée à un sur douze. rapports d’accident “traditionnels”, hors cas de Covid-19, ils ont enregistré une hausse d’environ 20 % en 2021 par rapport à 2020. Le nombre d’accidents du travail reconnus était de 349 643, dont 17,5 % « hors entreprise », c’est-à-dire « à l’occasion du travail au moyen de transport » ou « in itinere », sur le trajet aller-retour entre le domicile et le travail. Les taux de reconnaissance de la composante Covid-19 sont élevés, équivalant à environ 88 % en 2020 et 70 % en 2021, mais il est important de garder à l’esprit que pour la définition définitive des conséquences d’une blessure en termes de déficience, et plus cause d’infections professionnelles, il faut un temps suffisant pour que les séquelles se stabilisent.

LA des morts Ils étaient 685, 43,5% ont eu lieu “hors de l’entreprise”. Il y a eu 1 361 rapports d’accidents mortels, soit une diminution de 19,2% par rapport à 2020. En termes d’accidents en général, dans ce cas également, la contraction est entièrement liée aux décès causés par l’infection par Covid-19 , passé d’environ 600 en 2020 à environ 200 en 2021. En 2020 en particulier, l’incidence moyenne des décès dus au Covid-19 sur le total de tous les décès signalés était d’un décès signalé sur trois, tandis qu’en 2021, elle est tombée à un sur six. les plaintes de accidents mortels “traditionnels”au contraire, ils ont augmenté de près de 10 % par rapport à 2020, tant dans la composante « on the job » que dans la composante « in itinere ». 685 accidents du travail mortels ont été recensés, dont 298, soit 43,5 % du total, sont survenus « hors site » (57 cas sont encore en cours d’instruction).

La maladies professionnelle fait état d’une augmentation de 22,8 %. L’analyse des données de 2021 montre également une augmentation significative des plaintes de maladies professionnelles par rapport à 2020, année où le phénomène techopathique a été fortement influencé par l’urgence épidémiologique. Les pathologies liées au travail déclarées à l’Institut s’élèvent à un peu plus de 55 000, soit une augmentation de 22,8 % par rapport à 2020. La cause professionnelle a été reconnue à 37,2 % (5,6 % sont toujours en cours d’investigation). La plaintes concerne la maladies et non les travailleurs malades, qui sont plus de 38 000, dont 40,3 % pour une cause professionnelle reconnue (ceux qui ont des maladies causées par une exposition à l’amiante sont 948). LA ouvriers décédé en 2021 avec reconnaissance de maladie professionnelle, il y en avait 820, soit 23,6% de moins qu’en 2020, dont 154 pour silicose/amiante.

(Teleborsa) 25-07-2022 14:53

Leave a Comment