Caltanissetta, les représentants du peuple et le gouvernement de la ville ne font que vaciller d’amour pour la ville – il Fatto Nisseno

Chers maire, échevins et échevins. Ces dernières années, vous avez traité de beaucoup de choses, mais certaines, peut-être les plus importantes, du moins pour nous citoyens, sont restées dans une sorte de limbes, c’est-à-dire dans cet espace-temps où tout est indéterminé, dans un état suspendu et indéfini situation, mais qui, cependant, laisse les problèmes ouverts pour les ré-imaginer, bien sûr sans jamais les résoudre définitivement, probablement pour montrer et montrer l’amour classique pour la ville. Il existe de nombreux exemples, mais le premier qui vient à l’esprit est l’antenne. Un matin, vous êtes tous partis, c’était comme un pèlerinage à la montagne, après que quelqu’un du conseil ait crié “ils vont le jeter par terre” la nuit précédente…. et puis à ce jour rien, sinon une limitation qui, si d’une part le boguey de la démolition est supprimé, du moins pour le moment, ne résout certainement pas le problème majeur, la sécurité, en fait aucun entretien, pas même “le dépoussiérage “, malgré certains rapports parlent d’un entretien extraordinaire nécessaire d’environ un million d’euros.

D’autres problèmes sont également abordés depuis longtemps, non résolus et, pire que tout, loin de l’être. Nous entendons parler des inefficacités de Sant’Elia depuis des années. La question a été portée à votre attention à plusieurs reprises par des citoyens qui très souvent, tant sur les réseaux sociaux que par le biais des médias et je pense à vous directement, dénoncent et se plaignent des nuisances. Pour certains d’entre vous le problème n’existe pas, certains élus parlent d’autre chose mais le problème sanitaire local n’est jamais évoqué. Par contre, ceux qui le font, et j’espère que vous me pardonnerez cette sincérité, alors que vous déclarez le faire avec diligence et rigueur, n’ont en fait rien résolu, malgré les nombreux comités que vous avez fait, où vous avez des gestionnaires contrôlés et administrateurs. Il semble que vous ayez envoyé des lettres à la direction générale, ce que nous ne savons pas, mais si rien n’a changé, il y a deux choses, ou ils vous disent des mensonges, et vous faites semblant d’y croire, dans l’espoir que nous le faisons trop le faire, ou votre action n’est pas très efficace. , fait “pi ucchiu di munnu”. Vous avez également soulevé la question de la clinique externe, avec un conseil municipal à enjeu unique. A ce jour, tous les arguments ont été oubliés. Vous avez également fait ou échappé que vous ne saviez pas ou n’aviez pas lu ce qui s’est passé au Cefpas, grâce à l’enquête courageuse du FP CGIL de Caltanissetta et admirablement arrêté par le journaliste de Catane Mario Barresi. En fait, je vous comprends, c’était vraiment gênant pour tout le monde d’expliquer quelque chose qui, même si ça n’avait l’air de rien, était moralement une claque à tout le monde, de montrer que “tout change pour que rien ne change”. Vous en avez traité beaucoup plus, régimes, crucifix, escaliers etc..

Mais il y a un sujet, un autre tabou en plus de la question de la santé, qui dure depuis des décennies, un sujet qui a traversé différentes législatures et a eu des points de vue et des interprétations différents, qui nous a également coûté environ dix millions de citoyens, pas des bruscolini, qu’à ce jour, nous Nisséniens, bien qu’ayant payé la dette avec le paiement, n’avons pas la satisfaction de savoir pourquoi, quand et comment tout cela s’est passé et, plus grave, parce que nous sommes endettés depuis 30 ans, malgré cela nous on s’est raconté pendant des années l’histoire de la fameuse provision annuelle et que l’argent, on pouvait en être sûr, était là. Pourriez-vous nous expliquer tout, s’il vous plaît, et peut-être nous laisser lire la diligence raisonnable, qui coûte trente mille euros ? Cependant, certaines sources montrent la plus grande volonté de le faire, mais les mêmes sources rapportent que tout semble bloqué par un rapport que la commission VII°, ou son président, doit faire sur la Due Diligence. Puisque les mauvaises pensées se devinent souvent, nous ne voudrions pas penser que ce regain de responsabilité est une bonne occasion de prendre le temps en espérant que tout s’effondrera dans l’oubli. Je me demande pourquoi l’opposition et les forces politiques qui ne font plus partie du conseil auraient menacé de mener des guerres extrêmes s’il était payé, maintenant ils proposent des sujets de discussion très différents. Malheureusement, et je suis désolé pour vous, nous ne l’oublions pas, nous aimerions voir que, peut-être après les vacances d’été, un joli conseil municipal ouvert serait organisé pour que tout soit clair pour les citoyens. Franchement, nous ne voudrions pas recourir à une autre réunion municipale, également parce que nous sommes sûrs que s’il manquait beaucoup la première fois, je suis sûr que vous en auriez à peine une. Messieurs, rappelez-vous que vous êtes nos représentants et que cela vous plaise ou non, vous devez écouter les demandes des citoyens, alors il est de votre responsabilité de savoir y répondre ou les résoudre. Ne pensez pas que nous sommes stupides et que nous ne nous rendons pas compte que certains sujets, qui nous sont chers, le sont moins pour vous à cause de cette “logique politique”, qui vous fait parler de sujets plus doux et moins épineux et qui, surtout à certains niveaux, ne sont pas gênants. Les élections sont plus proches que vous ne pouvez l’imaginer et en plus, le web a une mémoire illimitée, prête à rappeler à ceux qui prétendent avoir oublié vos bons et mauvais comportements. à Maiora

Leave a Comment