LA CONFERENCE DE PRESSE DE PRESENTATION DE PAULO DYBALA | Nouvelles

Série A TIM

C’est le jour de Dybala. A 14h30, le champion argentin a répondu aux questions des journalistes de Trigoria. A 21 heures, les Romains l’embrasseront : le rendez-vous est au siège de Fendi, au Palazzo della Civiltà Italiana, au Quadrato della Concordia 3.

Paulo a été présenté par le directeur général du terrain de sport, Tiago Pinto. C’est ce qu’a déclaré le réalisateur lors de la conférence de presse.

« Si je peux plaisanter en italien, c’est un plaisir d’avoir le Joja. Faire venir un joueur comme Paulo à Rome a demandé un gros travail d’équipe et pour cela je voudrais tout d’abord remercier les propriétaires pour leur implication dans ces négociations, le Coach qui a été très important mais aussi tous les salariés de Paulo qui je crois ont contribué à la création de ce partenariat. Quant à Paulo, il n’a pas besoin de mes mots pour parler de ses qualités. Ces jours-ci, j’ai été ravi de voir son implication et son empathie avec l’équipe. Cela, en plus d’être un grand joueur qu’il est, montre son désir de bien faire avec la Roma. C’est une grande joie pour nous d’avoir un joueur de sa force ici à Rome. Et cela montre la crédibilité et l’ambition du projet”.

Ici à Rome, vous trouverez une propriété très solide, un entraîneur qu’on ne présente plus, un groupe qui commence à gagner. Est-il juste d’élever le niveau d’ambition, de commencer à parler de la course Scudetto ?

“Je pense qu’il est trop tôt pour parler du Scudetto maintenant. Il y a un grand désir de tout le monde. La Roma a remporté un trophée très important, pour avoir plus d’ambition à l’avenir. années même avec les joueurs qui sont arrivés avec le coach Il y a des objectifs importants Tout le monde aime gagner et je pense que cela devrait être notre objectif : gagner match après match Ensuite, nous verrons plus tard où nous en sommes pour viser des objectifs plus importants. le Scudetto, je crois qu’il y a des équipes devant nous en ce moment. Cependant, nous devons travailler avec sérénité et penser match après match.”.

Vous êtes-vous senti trahi par l’Inter ?

“Non pas du tout. Depuis la fin de mon contrat avec la Juventus, mes agents ont parlé avec de nombreuses équipes et vous avez parlé de beaucoup plus d’équipes. J’ai une très bonne relation avec Marotta. De nombreuses équipes ont été approchées. Puis, à un moment donné. moment, le réalisateur est arrivé à Turin et a beaucoup changé “.

D’un point de vue tactique, vous voyez-vous comme un deuxième attaquant ou un meneur de jeu ? Et puis : quelle influence la conversation avec Mourinho a-t-elle eue pour vous convaincre d’épouser Roma ?

« Quant à la première question, je réponds que ce sera le travail de l’entraîneur. En fonction des matchs, il trouvera certainement les meilleures solutions pour moi et pour l’équipe. Je suis ouvert aux deux postes, pour jouer où il veut. Quant à l’appel du monsieur, ce fut un grand plaisir. La première fois, c’est arrivé avec le réalisateur. Un jour, il m’a soudainement écrit et nous avons reparlé. J’ai eu la chance et le plaisir de rencontrer le président et son fils, j’ai parlé au directeur, je connaissais des gars. Je crois que l’appel de chacun, sa marque d’affection, était très important pour moi ».

Quelles sont les garanties que le Club vous a transmises ?

“La première question que j’ai posée à l’entraîneur était ce que nous visions. J’aime gagner, il aime aussi gagner et voici beaucoup de gars qui ont remporté des titres importants. Au cours de la conversation, l’entraîneur et le club m’ont donné des indices que vous avez déjà vus : le sérieux avec lequel le club travaille et l’enthousiasme qui s’est développé parmi les joueurs et les personnes qui travaillent autour d’eux. . La prise de conscience de l’Entraîneur et la confiance que les garçons ont sont très importantes pour avancer et continuer avec ces objectifs. J’essaierai toujours de faire de mon mieux et de transmettre l’expérience que j’ai acquise au fil des ans, pour continuer à gagner”.

Qu’est-ce qui vous a le plus marqué chez les supporters de la Roma ? Et lors du match contre la Juventus, serez-vous heureux si vous marquez ?

« Je pense que la réponse viendra naturellement : bien sûr que non. Je suis très curieux de savoir ce qui va se passer ce soir. Grâce aux réseaux sociaux nous sommes en contact étroit, nous sommes plus proches des gens et montrer de l’affection ne manquait pas avant même notre arrivée. Je sais que c’est une place très chaude et que les gens sont toujours à proximité. Donc j’ai vraiment hâte de les voir et de les serrer dans mes bras ce soir”.

Dans un football de plus en plus physique, vous êtes l’exception, c’est vous qui faites appel à l’imagination. Pensez-vous que Rome est la place idéale pour mettre en valeur vos caractéristiques ?

« C’est vrai, le football a beaucoup changé à cet égard : maintenant on voit plus de joueurs physiques, plus rapides, on voit moins de dribbles, moins de bon jeu. Mais ce qui compte c’est le résultat final. Je veux gagner, nous voulons tous gagner, et cela doit être le premier objectif. Ensuite, j’aurai des traits avec lesquels j’ai fait toute ma carrière et je travaillerai pour faire ce que l’entraîneur me demande. Cependant, je jouerai mon jeu pour aider mes coéquipiers.”.

Quelles sont les principales différences que vous avez remarquées entre la Roma et la Juventus ? Les mots de Totti vous ont-ils aidé à faire ce choix ?

« Je suis venu ici récemment, je rencontre beaucoup de nouvelles personnes : je n’ai pas encore appris tous les noms de ceux qui travaillent autour de nous, et ils sont nombreux. Mais je vois un club très organisé à tous points de vue, ils m’aident en tout – moi et ma famille – et c’est pourquoi je suis très content de la façon dont ils me traitent. Nous avons rencontré Francesco au match Eto’o. On a un peu parlé là-bas, dans le vestiaire, mais il n’y avait pas de certitudes qui étaient là juste avant qu’on arrive ici. Il m’a parlé en bien de Rome. Alors nous ne détestons pas ces jours-ci”.

Est-il possible que le meilleur Dybala que nous verrons ici ?

« Bien sûr, je travaille pour ça. Toujours. Tous les jours. Je l’espère. J’essaie de me mettre dans les meilleures conditions physiques pour le faire. Il y aura de nombreux matchs jusqu’à l’arrêt pour la Coupe du monde. J’essaie donc de prendre soin de tous les détails possibles. J’ai de nombreuses années d’expérience à la Juventus, dans une équipe qui a l’habitude de gagner et je vous l’ai transmise dès le premier jour. Dus ik zal proberen mijn best te doen, zelfs in de kleedkamer met mijn teamgenoten, aangezien we een jonge groep zijn: ik zal proberen ervaring mee te nemen om te helpen winnen en om positief te blijven op de moeilijke momenten die zeker zullen gebeuren gedurende het année “.

Se sont-ils un peu trompés en jugeant la saison de Dybala ?

“C’est normal qu’il y ait des critiques. Lorsque vous jouez pour une équipe comme la Juventus, bien sûr, vous en demandez toujours plus. Bien sûr, j’aurais aimé marquer beaucoup plus de buts, beaucoup plus de minutes sur le terrain et à cause de plusieurs blessures, cela n’a pas été possible. Je crois qu’à la fin de l’année, mes chiffres étaient excellents à plusieurs égards, pas seulement en termes de buts et de passes décisives. Je répète : tant que je me taisais, mes chansons étaient parmi les premières’.

Pouvez-vous nous dire pourquoi votre relation avec la Juventus a pris fin ?

“Je pense que le manager Arrivabene a été très clair dans ses déclarations. Nous avions un accord à signer en octobre, puis l’entreprise nous a demandé d’attendre. Et en mars, nous avons appris de l’entreprise que je ne faisais pas partie du futur projet. Donc ce n’était pas un problème économique, comme beaucoup l’ont dit. Le club, avec l’entraîneur, a pris d’autres décisions. C’est comme ça que ça s’est passé. Je leur ai dit que si c’était leur choix, ce n’était pas un problème pour moi “.

Beaucoup ont dit que Rome était le bon endroit pour vous : pourquoi ?

“J’ai beaucoup parlé avec le directeur, avec l’entraîneur, même avec le président. Et ils m’ont donné beaucoup de confiance dans le projet. Et sachant comment la Roma est construite, je n’avais pas beaucoup de doutes.”

On a beaucoup parlé de la clause. Est-ce en quelque sorte un acte de confiance mutuelle, dans le sens où si ça se passe bien, on avance ensemble ? Y a-t-il un désir d’avoir une longue relation avec les Roms ?

“Je pense au terrain, pour bien faire les choses. Je pense que c’est plus une question pour le directeur, pour mes procureurs. Je ne pense qu’à l’entraînement et au jeu. Tout le monde sera content.”

Qu’est ce que tu pense deZaniolo? Est-ce important de le garder aussi pour le Scudetto ?

“Nous connaissons tous Zaniolo, ses qualités, ce qu’il peut donner. Je lui ai parlé pendant un moment et c’est son choix. Bien sûr, nous voulons tous avoir les meilleurs joueurs avec nous. Nous savons ce qu’il peut donner, mais je ne “Je ne veux pas que son avenir le gêne. Il doit s’en occuper.”

Vous avez signé pour trois ans : aspirez-vous au maillot numéro 10 dans ces trois ans ?

“Le dernier qui l’a porté, on sait qui il est. Il y a beaucoup de respect de ma part. Je pense que c’est aussi un maillot très important pour les fans. Pour moi, le numéro 21 est très important : pour l’équipe nationale et pour ce que j’ai gagné avec la Juventus. Et j’espère que ce sera la chanson que je vais gagner avec Roma. Dans le futur on ne sait pas, mais pour l’instant je suis content du 21”.

(Photo AS Roma)

www.asroma.com

#
Série A TIM –

|

Rome –

|

dybala –

Leave a Comment