Aise.it – ​​​​​​​​Agence internationale de presse étrangère

ROME \ aise \ – Elle est la première des 18 élus à l’étranger, qui ne seront que 12 au prochain parlement, à annoncer qu’elle ne participera pas aux élections politiques de septembre. Francesca Aldérissénateur élu en 2018 avec Allez l’Italie dans la division étrangère de l’Amérique du Nord et centrale, il a révélé à: Ricky Philosa lors d’un entretien avec le directeur de L’Italie appelle l’Italie.
Avant d’entrer dans Palazzo Madama, “le visage le plus populaire de Rai International, aujourd’hui Rai Italia”, Alderisi explique qu’il s’agit “d’une décision mûrie après une profonde réflexion”. Puis il ajoute : « Je suis un artiste prêté à la politique. Mon vrai métier, auquel j’ai consacré près de trente ans de ma vie, est celui d’auteur et d’animateur télé. Quand j’ai décidé de me présenter en 2018 – pardonnez-moi qui voit une certaine méfiance dans ma déclaration – j’étais sûr que je gagnerais. Cette idée est née en moi d’un fort sentiment de revanche sur une dynamique Rai qui avait de nouveau conduit à l’arrêt de l’émission télévisée que je dirigeais à l’époque. Postuler, quelques mois après la clôture de “Chère Francesca”, signifiait pour moi, ainsi qu’un défi pour tous ceux qui ne croyaient pas que je pouvais être choisi (y compris les collègues), le seul moyen de réaliser concrètement le grand et fort lien d’ « amour créé entre moi et les Italiens du monde ».
Sur les polémiques autour de sa candidature dans la circonscription étrangère malgré son séjour en Italie, Alderisi répond :
“Ma plus grande fierté était d’avoir reçu le plus de voix aux élections politiques de 2018 en Amérique du Nord et centrale, en particulier aux États-Unis et au Canada, où le résultat a été saisissant, faisant de Forza Italia le premier parti à s’effondrer. Le résultat était encore plus surprenant. quand vous considérez que j’ai eu quelques semaines de campagne en Italie et que je n’ai pas choisi de participer aux tours électoraux habituels des “sept églises” pour recueillir quelques votes ici et là. m’a voté, me connaissait depuis longtemps et l’a fait précisément à cause de ce lien qui s’est construit jour après jour à travers des milliers d’épisodes de “Sportello Italia”, l’émission télévisée que j’ai faite et qui a donné une vraie voix à de nombreux compatriotes dans le monde”.
Celle de la politique a été “une expérience merveilleuse qui m’a énormément enrichi”, mais maintenant, note Alderisi, “il est temps de reprendre la route principale” et pas seulement parce qu’il n’y a pas eu beaucoup de “résultats importants” pour une série de raisons qui soulignent le faible poids effectif des élus étrangers au Parlement italien.Je suis de plus en plus convaincu que malheureusement, malgré leurs efforts, les élus étrangers jouent un rôle marginal dans la politique italienne et avec la baisse du nombre de députés, cela deviendra encore plus difficile pour eux d’exercer une influence », explique-t-elle.
A propos de ses collègues élus à l’étranger, Alderisi avoue n’avoir « eu aucun lien avec nombre d’entre eux ». Et il insistait : « les slogans démagogiques de « l’union fait la force » sont beaux mais faux s’ils ne se reflètent pas dans la réalité quotidienne. En effet, ce sont souvent les vulgarisateurs de cette phrase, en les répétant comme un mantra, qui sont les plus compétitifs, parfois même injuste”.
Quant aux sénateurs Forza Italia, “ils ont été exceptionnels et mes remerciements particuliers vont à la présidente Anna Maria Bernini, chef du groupe Forza Italia au Sénat, à qui je suis associée avec une affection et une profonde estime qui n’ont cessé de grandir au fil du temps. exister. Au cours des derniers jours, j’ai eu des moments intenses avec eux au Sénat. Le souvenir de ces années restera à jamais et je les remercie d’avoir tout de suite compris ma façon différente d’être politique. Ils ont tous été très spéciaux pour moi.
Francesca Alderisi ne sait pas qui sera son successeur, mais elle est sûre que “cela devra être quelqu’un qui aura du courage et qui ne sera pas satisfait. Quelqu’un qui, en plus de l’objectif d’être choisi, a aussi le caractère et la force d’affronter la confrontation. Au lieu de cela, elle se consacrera à «l’amour, l’amour de la vie. Pour les choses que j’aime faire. Pour la tendresse. Pour les personnes qui sont vraiment spéciales pour moi. Pour mes nombreuses passions”. Et à l’avenir, pourquoi pas, à celle “pour la télé”. (aise)

Leave a Comment