Aimez-vous, comment faites-vous cela? Signes et remèdes pour s’aimer à nouveau

Apprendre à s’aimer, comment faire ?

Nous croyons souvent que notre bien-être intérieur dépend des relations que nous entretenons avec les autres, mais la première étape pour comprendre si nous sommes heureux est de voir quelle relation nous avons avec nous-mêmes. « La relation que chacun entretient avec soi-même est fondamentale, car elle nous accompagne tout au long de notre vie. Pensons-y comme à une vraie relation, comme celle que nous mesurons aux autres. La cultiver au mieux est important pour bien vivre et faire ressortir la meilleure version de nous-mêmes », explique Nicoletta Suppa, psychologue et psychothérapeute. « Il faut une prise de conscience pour cela, car il n’est jamais acquis que cela existe dans la vision que nous avons de nous. Il y a certains aspects dont nous ne sommes pas conscients et nous avons donc tendance à les ignorer. Pourtant, ces faces cachées influencent notre regard sur nous-mêmes et donc notre façon de traiter les autres. Cette ignorance a un prix, qui se traduit par une souffrance relationnelle. L’aspect qui souffre le plus est la confiance en soi. Avoir une bonne relation avec soi-même signifie accueillir toutes les parties de soi et ainsi augmenter son estime de soi.

Que signifie avoir une relation toxique avec soi-même ?

Parfois, nous ne le remarquons même pas, mais nous avons tendance à nous boycotter, à nous juger sans pitié et à ne pas nous apprécier. Le résultat? Faible estime de soi, peu de respect et manque d’amour pour soi. “Avoir une relation toxique avec soi-même signifie ‘ne pas se donner de chance’, c’est-à-dire ne pas voir la possibilité d’être différent de ce que l’on pense. Ceux qui sont dans une telle relation ont tendance à répéter les mêmes schémas encore et encore, d’abord dans la dynamique avec eux-mêmes et ensuite avec les autres. Il s’agit de rejouer constamment des attitudes dysfonctionnelles, comme se juger, se critiquer et se dévaloriser », explique l’expert. « Toutes ces attitudes toxiques reposent sur un dialogue interne négatif permanent. C’est une communication entre des parties conflictuelles de vous-même qui entrent en conflit et aspirent une grande partie de l’énergie psychique. C’est une conversation sans solution, caractérisée par la redondance et provoquant un sentiment de frustration. Toute pensée qui peut prédire un mouvement évolutif et positif s’oppose à une autre pensée destructrice qui confirme une image de soi inadéquate ».

Non seulement c’est ce dialogue interne négatif constant qui montre que vous êtes dans une relation toxique avec vous-même, mais il y a d’autres signes, des drapeaux rouges à surveiller, que le psychothérapeute a suggérés.

Relation toxique avec soi-même : voici 5 indices pour comprendre qu’on ne s’aime pas

  • Se critiquer constamment. L’autocritique répétée est l’un des signes les plus évidents d’une relation négative avec nous-mêmes. Celui qui se critique à chaque fois, ne se donne aucune possibilité de guérison ou d’amélioration. Les pensées ou les actions sont filtrées et passent immédiatement le test. Il s’agit de toujours s’examiner soi-même. Il faut s’entraîner à se demander pourquoi on se réserve un tel comportement qu’on ne mettra jamais sur le terrain avec un ami ou un inconnu.
  • Ignorez vos propres besoins et limites. Sans limites, nous pouvons nous sentir épuisés et frustrés. Et surtout si nous ne respectons pas nos limites, comment pouvons-nous attendre des autres qu’ils le fassent ? Ceux qui n’ont pas une bonne relation avec eux-mêmes n’en tiennent souvent pas compte et n’apprécient même pas leurs propres besoins, oui souvent ils ne les connaissent même pas. Le résultat? Nous nous écartons pour répondre aux besoins des autres et essayons de répondre à leurs attentes, plutôt que de faire place à leurs propres désirs.
  • Auto-sabotage. Elle consiste à détruire inconsciemment toute tentative d’apporter quelque chose de bien dans sa vie. Il s’agit d’un nouveau travail, d’une relation qui peut être plus saine, d’un changement individuel qui implique de nouvelles habitudes, ou simplement de prendre soin de soi d’un point de vue psychologique ou émotionnel. Tous ces mouvements proactifs sont entravés par l’auto-boycott, les amenant à chercher inconsciemment des alibis pour ne pas évoluer.
  • Pensez toujours au pire. Les mécanismes mentaux de la prophétie auto-réalisatrice sont activés, basés sur une faible estime de soi, donc nous ne pensons pas pouvoir le faire pour améliorer les choses. “Ça va mal tourner” devient un mantra qui ne laisse aucune issue et nous plonge dans une éternelle négativité. Cette attitude détermine inconsciemment nos choix et notre façon de faire face à des problèmes qui échoueront inévitablement.
  • être jaloux. L’envie est basée sur l’hypothèse que vous vivez votre condition avec une grande frustration. L’insatisfaction est peut-être normale, mais c’est ce qui suit qui peut devenir dysfonctionnel pour vous-même. L’un peut s’inspirer de l’autre pour tenter de s’améliorer, ou développer l’envie, mais de cette façon un gouffre se creuse entre ce que nous voulons pour nous et la façon dont nous nous percevons. La raison en est que la solution n’est pas recherchée en nous-mêmes, mais dans un changement extérieur.

S’aimer, voici comment transformer votre relation avec vous-même pour le mieux

Transformer cette relation malsaine en une relation saine et heureuse est possible, décidez et agissez pour changer. Le psychologue suggère ces 5 conseils pour le faire :

1. Écoutez vos besoins. Tout d’abord, vous devez faire de la place à vos besoins et apprendre à les connaître. La meilleure façon est de vous écouter lorsque quelque chose ne va pas, comme lorsque vous êtes en colère. “Qu’est-ce qui me met en colère à propos de cette situation?”, “Pourquoi cela me rend-il si nerveux?”, “Qu’est-ce que mon souhait n’est pas réalisé?”. Ces questions peuvent nous aider.

Leave a Comment