communications électroniques à 27,8 milliards, une valeur divisée par deux en 10 ans

Le marché des communications électroniques continue d’échouer. En 2021, il a enregistré une nouvelle érosion de -2,8% en glissement annuel à 27,84 milliards, avec une baisse concomitante de l’investissement (-0,7%) à 7,55 milliards. Cela ressort du rapport annuel 2022 deagcom, illustré à l’auditoire par le Président de l’Autorité Giacomo Lasorelle. Il faut dire que la taille du marché a plus que divisé par deux par rapport à il y a 10 ans : en 2012, le secteur des communications s’élevait à 61 milliards d’euros.

Le marché reste dynamique

Cependant, la dynamique concurrentielle du secteur reste élevée “A la fois grâce aux processus de consolidation entre opérateurs de taille moyenne (Qcom-Intred, Brennercom-Retelit, Linkem-Tiscali), et grâce à l’entrée sur le réseau fixe de nouveaux acteurs au poids économique significatif tels que PostePay, Iliad et Sky dit Lasorelle.

Actifs mobiles à 12,44 milliards (-4,6%) et actifs fixes à 15,44 milliards (-1,3%)

“La baisse est principalement due à la baisse des ressources du réseau mobile, dont la valeur – aujourd’hui équivalente à 12,44 milliards d’euros – semble avoir diminué de 4,6%, tandis que les services du réseau fixe – avec une valeur totale de 15,4 milliards d’euros – une plus grande réduction contenue (-1,3%)”, c’est dans le rapport annuel.

Abonnés haut débit en hausse : 18,7 millions fin 2021

Le nombre d’abonnés au réseau fixe haut débit a augmenté de plus de 500 000 unités (18,7 millions à la fin de l’année), tandis que l’accès via les technologies VDSL, FTTH et FWA a augmenté de plus de 1,9 million d’unités (14,6 millions de lignes). La croissance du trafic data se poursuit également tant sur le réseau fixe (+19%) que sur le réseau mobile (+30%). Dans le domaine de la téléphonie mobile, la tendance des utilisateurs à recourir aux offres low-cost semble se consolider, favorisant notamment la croissance de la clientèle des opérateurs mobiles virtuels, dont les revenus ont sensiblement augmenté.

Haut débit, l’écart entre le nord et le sud demeure

Si l’on considère la situation actuelle de la distribution des services haut débit sur le territoire italien, les accès haut débit et ultra haut débit résidentiels et professionnels ont atteint 18,7 millions d’unités à la fin de 2021, ce qui correspond à 31,7 lignes pour 100 habitants. Plus précisément, le ratio concerné est égal à 24,4 lignes pour 100 habitants pour les raccordements mis sur le marché d’une capacité supérieure à 30 Mbit/s (20,4% en 2020), et 19,5 lignes pour 100 habitants pour les lignes dont les débits sont supérieurs à supérieur à 100 Mbit/s (15,6 % en 2020). “Comme souligné dans les rapports annuels précédents, des disparités territoriales importantes dans la pénétration de ces services persistent”est en cours de lecture.

De manière générale, il existe un décalage structurel entre les différentes macro-régions considérées avec le Nord-Ouest et le Centre dans lesquelles la diffusion des accès à des débits supérieurs à 100 Mbit/s est supérieure à la moyenne nationale, par rapport aux zones du Sud et du Centre. les îles placées à des valeurs beaucoup plus basses. Si l’on ne tient compte que de la diffusion de technologies de meilleure qualité en termes de vitesse de connexion (lignes VDSL, FTTH et FWA), cet écart se creuse encore davantage.

Tlc : Agcomle marché du mobile reste très concentré

Tim, Vodafone et Wind Tre bon pour un peu moins de 90%. « Le marché de la téléphonie mobile reste très concentré d’un point de vue concurrentiel. trois opérateurs, Tim, Vodafone et Wind Tre, avec des parts relativement similaires, environ 30 %, représentent un peu moins de 90 % du marché. Cependant, il convient de noter que Vodafone et Wind Tre ont perdu 2,2% de points de pourcentage au profit de .au cours de 2021 Iliade et les soi-disant MVNO, les opérateurs mobiles virtuels, qui ont enregistré une augmentation totale des revenus de 8,3% par rapport à 2020 ″est en cours de lecture.

Trafic data mobile + 26% en 2021

Sur le marché du mobile, note l’Autorité, le recours aux solutions à forte consommation de données se confirme (+26,6% par rapport à 2020 avec un trafic unitaire moyen d’environ 12,5 Go gigaoctet/mois par Sim), déterminé par l’enseignement et le télétravail, la vidéo le streaming et l’utilisation accrue des applications de communication en ligne pour remplacer les services vocaux traditionnels, qui ont diminué de 3,3 % par rapport à 2020.

Croissance du trafic data fixe en 2021 + 15,9%

“Sur le marché des réseaux fixes, la tendance à la croissance du trafic data se confirme, avec un enregistrement de +15,9% par rapport à 2020” toutefois « Il subsiste des différences structurelles entre les différentes macro-zones du pays. Dans le nord-ouest et dans le centre, la répartition des accès avec des débits supérieurs à 100 Mbit/s est supérieure à la moyenne nationale, tandis que dans le sud et sur les îles les valeurs sont nettement inférieures ».

Sim M2M toujours en croissance en 2021

La croissance de Sim machine to machine se poursuit, bien qu’à un rythme moindre que par le passé, atteignant plus de 28 millions d’unités d’ici la fin de 2021, avec des applications principalement concentrées dans les secteurs de la mobilité et des services publics. “L’année dernière”, lasorelle a dit, « L’Autorité, dans le cadre de ses attributions, a joué un rôle proactif et pertinent dans la mise en œuvre du PNR ». “Ajouté à cela – il a continué – importante production de régulation et de supervision dans les différents domaines des communications électroniques. La procédure la plus importante était celle liée à l’offre de co-investissement de Tim pour la construction d’un nouveau réseau à haute capacité ».

Tim, Agcom: avec une nouvelle offre, redémarrage rapide du processus de co-investissement

Timo “A amendé unilatéralement la proposition d’engagements de co-investissement” pour FibreCop, Obligant l’Autorité à retirer le projet de disposition transmis à la Commission européenne et à engager de nouvelles investigations et de nouvelles discussions avec tous les opérateurs concernés. Une fois l’offre de Tim reçue, l’Autorité relancera immédiatement le processus de co-investissement.”

Tlc : Agcomles litiges entre opérateurs et usagers diminuent, -9%

En ce qui concerne le règlement des différends – se référer à la décision de l’Autorité et de la Co.re.com. avec un résultat négatif de la tentative de médiation – le nombre total de demandes reçues en 2021 était de 11 476, soit une baisse de 9 % par rapport à l’année précédente. Ceci est indiqué dans le rapport annuel 2022 deAgcom.

En ne prenant en compte que les médiations menées (après déduction de celles jugées irrecevables, égales à 9.520), les données relatives à l’effectivité des négociations menées directement par les parties à travers conciliWebqui, grâce aux nouveautés de la version 2.0 de la plateforme, a conduit à la conclusion de 18 969 procédures, soit 18 % du total, avec un accord transactionnel, avant même l’intervention du médiateur.

Agcom et les revenus des grandes technologies montent en flèche : 1 100 milliards en 2021 (+ 24%)

« La valeur des revenus générés par les principales plateformes dans le monde continue de croître. En 2021, les revenus des cinq premiers opérateurs ont augmenté de 24 %, à plus de 1 100 milliards d’euros, et ceux-ci consolident les premières places dans tous les secteurs d’activité où ils sont présents ». C’est ce qu’a dit le président AgcomGiacomo Lasorella, rappelant que “Le marché des plateformes a enregistré un taux de croissance annuel moyen et une marge nette d’environ 16 % à l’échelle mondiale entre 2012 et 2021, ainsi qu’une croissance significative des revenus au cours de l’année écoulée qui a dépassé celle de 2019.”

Agcom est prêt, si le Parlement et le Gouvernement le jugent opportun, à relever le défi de devenir Coordinateur des Services Numériques, c’est-à-dire la personne identifiée parmi les autorités nationales compétentes, chargée de la mission de Commission de parler de l’application coordonnée des règles du loi sur les services numériques dans chaque État membre ».

Élections, Fico : rôle Agcom fondamental dans les semaines à venir

Le rôle de l’Agcom sera fondamental pour assurer le pluralisme dans les semaines à venir de la campagne électorale. Cela a été souligné par le président de la Chambre des députés, Roberto Ficodans son discours de bienvenue lors de la présentation du rapport annuel de laAgcomsuspendu dans la chambre. « Je conclus par une réflexion institutionnelle sur l’importance du rôle de l’Autorité pour les semaines à venir : la garantie du pluralisme, pour protéger tous les citoyens, sera fondamentale et il faudra un engagement des gestionnaires de l’information, ainsi que des mêmes représentants politiques », a déclaré Fico. rea

Média : Lasorella (Agcom), “la télé gratuite adore, les géants du streaming séduits par la publicité”

Rejeter “Avec des traits d’irréversibilité” du secteur de l’édition classique en général “Maintenance du secteur de la radio et de la télévision” contraction des revenus de la télévision payante par satellite en clair, croissance des revenus et de l’offre des plates-formes de vidéo à la demande, tirée par les pandémies et les confinements, et la tentation de se retrouver dans la saturation du marché publicitaire des principaux géants du streaming tendance de l’audience d’abonnés. Ce sont les lignes directrices des tendances actuelles du marché des médias indiquées par le président Lasorella.

“Il est évident – dit Lasorella – le déclin irréversible du secteur de l’édition classique depuis plus de quinze ans avec perte d’exemplaires, de publicités et par conséquent de chiffre d’affaires et de valeur, tant dans le secteur des journaux que (dans une plus large mesure) dans celui des magazines. La stabilité globale, en termes de valeur économique et d’audience, du secteur de la radio et de la télévision en clair, largement sur la plateforme numérique terrestre, se confirme, tandis qu’une baisse des revenus de la télévision payante sur la plateforme satellitaire est enregistrée, ce qui pourrait également être le premier signal d’une tendance mûrie de la plate-forme elle-même. Presque spéculatif – également en raison de la crise pandémique et de la clôture de la période de deux ans 2020/21, ainsi que de l’attractivité spécifique du contenu le plus précieux – il y a eu une croissance significative des revenus, de l’offre de contenu et du nombre d’abonnés via le Services VoD proposés sur la plateforme internet. Parallèlement, d’une part, elle souligne le poids croissant de la publicité en ligne (notamment au profit des grandes plateformes) par rapport à une baisse continue des revenus des médias traditionnels, et d’autre part, l’émergence d’une offre gratuite également sur la plateforme Internet , qui sera assez structurée et étoffée à l’ avenir à l’ instar du bouquet Pluto proposé en novembre dernier par ViacomCBS“, a souligné le président d’Agcom.

“Enfin, comme indicateur de perspective, il y a une refonte possible et progressive du modèle économique par les grands acteurs du streaming, leurrés par l’atterrissage sur le marché publicitaire, face à une tendance à la saturation des abonnés et à la détérioration de la tension sur le marché de référence, d’où une pression sur la rentabilité”, Lasorella a conclu.

Leave a Comment