la véritable histoire de la relation Scotten, à la base du film avec Miriam Leone

Découvrons la véritable histoire d’In War for Love, le film de Pif de 2016 avec Miriam Leone !

En guerre pour l’amour est un film de Pif sorti en salles en 2016 avec Miriam Leone. Les événements représentés à l’écran sont issus du rapport Scotten, qui confirme la thèse, critiquée par plusieurs critiques, selon laquelle la mafia aurait apporté un soutien logistique aux Américains lors de leur débarquement en Sicile pour libérer l’Italie. Voyons en quoi consiste précisément le rapport Scotten et certaines des controverses qui ont éclaté à propos du long métrage.

En guerre par amour : le lien obscur entre la libération de la Sicile et l’armée américaine

9 juillet 1943 les américains débarquent en Sicile dans le but de libérer l’Italie et l’Europe de l’oppression nazie. Selon certains historiens, ils auraient demandé de l’aide à la mafia immigrée aux États-Unis pour rejoindre l’île. Plus précisément, ils auraient exploité le pouvoir de Lucky Luciano, le patron détenu dans les prisons américaines. La contribution présumée des organisations criminelles aurait joué un rôle crucial dans l’opération des troupes qui ont pu libérer la Sicile en deux mois. En guerre pour l’amour adopte cette thèse basée sur : Rapport Scottenainsi nommé d’après l’officier américain WE Scotten.

A la fin du film, le réalisateur Pierfrancesco Diliberto (alias Pif) montre le document en question, avec pour objet “Le problème de la mafia en Sicile”, ou le problème de la mafia en Sicile. Le rapport, remis le 29 octobre 1943, quelques mois après le débarquement dans la région, contient quelques réflexions du capitaine W. E. Scotten sur le mafiaconsidéré comme un phénomène destiné à conséquences sérieuses pour la situation politique d’alors et de demain, tant pour l’île que pour toute l’Italie. À la lumière de cela, les militaires, qui ont commencé le film En guerre pour l’amouril a suggéré aux supérieurs trois solutions.

La première impliquait uneaction rapide et décisive sur une période de plusieurs jours ou au plus de semaines. Une arrestation simultanée et conjointe de 500 ou 600 chefs de famille sans évaluer leurs personnalités et liens politiques, de sorte qu’ils ont été déportés, sans aucune trace de procès, pendant tout le déroulement du conflit de guerre.

La deuxième option était une trêve négociée avec les patrons dont le succès aurait dépendu d’un secret extrême envers les Siciliens et l’état-major du gouvernement militaire allié.

Enfin, la troisième voie était celle des’abstenir de toute tentative de contrôle à la mafia dans toute l’Italie et le repli sur de petits centres stratégiques autour desquels se formaient des cordons de protection et au sein desquels un pouvoir militaire absolu pouvait s’exercer. Selon Scotten, cette dernière aurait entraîné pendant longtemps la remise de la Sicile aux puissances criminelles.

Une scène de En guerre pour l'amour

De l’avis de l’auteur de En guerre pour l’amouret certains historiens, le document confirme l’objectif du gouvernement américain de être d’accord avec les gangs mafieux pour prendre le contrôle de la Sicile. Ils voulaient éviter l’ouverture d’une nouvelle chaîne qui pourrait potentiellement retarder la libération de l’Italie et du vieux continent du fascisme nazi.

La théorie défendue par Pif repose sur un fait : la alliés ils n’ont jamais déporté une mafia. De plus, immédiatement après la libération de l’île, les Américains ont fait pression pour les chefs de la mafia de l’époque, Don Genco Russo Et Calò Vizziniont été nommés maires de leurs pays respectifs, Mussomeli et Villalba.

Les intérêts financiers entre soldats siciliens et américains étaient pris en charge par le banquier Michèle Sindona. Enfin, le 3 janvier, Lucky Lucianocondamné à 30 ans de prison, a été gracié par le gouverneur de l’État de New York pour services rendus à la marine tant qu’il a quitté les États-Unis pour s’installer en Italie.

Lire aussi Padre Pio, le film d’Abel Ferrara sera en compétition à Venise 79

Leave a Comment