“Derrière moi plus d’échecs que de bons choix, mais je ne changerais rien” – Corriere.it

de Barbara Visentin

Le rappeur : « Je suis un papa heureux (un peu anxieux) et je me sens épanoui. La dernière bière que j’ai bue le jour de mon anniversaire il y a quatre ans”

“Quand j’étais gosse, un homme de 30 ans me paraissait vieux. A 50 ans, c’était juste un grand-père.” J-Ax n’a pas perdu l’enfant, mais la carte d’identité est claire : Alessandro Aleottil’un des premiers en Italie à rapper avec Articolo 31, puis renaît en tant que soliste, il écrit le jour de sa naissance le 5 août 1972.

Est-ce que 50 ans vous affectent ?

“C’est effrayant d’y penser, mais heureusement, l’âge est un chiffre. Autrefois, nous avions vraiment des grands-parents de 50 ans, maintenant le quinquagénaire est un père. Nous sommes la première génération qui a tellement ralenti tout, mais je ne me sens pas si différent dans ma tête, peut-être que j’ai atteint une certaine maturité avant, peut-être que je réfléchis un peu plus avant d’agir et je suis devenu moins exubérant ».

Que voyez-vous derrière vous ?

« Plus d’erreurs et d’échecs que de bons choix, mais heureusement je ne regrette rien. J’ai atteint le summum de la réalisation ces dernières années et étant donné qu’en changeant chaque erreur je changerais le résultat, je ne change rien ».

De quelles erreurs parles-tu ?

« Mauvais choix, mauvais disques, mauvaises expériences, par exemple je pense à “souris vertes” (émission télévisée qu’il a animée en 2015, rouge.). En guise de regret personnel, j’ai perdu du temps en tant que jeune homme derrière des clichés : drogue, s’enivrer, faire la fête. En les évitant, j’aurais peut-être eu plus de temps pour m’améliorer ».

“Droghine” ne fait pas référence au cannabis, n’est-ce pas ?

« Je vais m’en débarrasser, même si je n’ai pas fumé depuis des années. La drogue de transition qui mène à la cocaïne est l’alcool, cela peut vous rendre fou, vous faites des choix que vous ne feriez pas si vous étiez sobre. Je vais légaliser le cannabis ou interdire l’alcool, tu le feras.”

Vous ne buvez toujours pas ?

“Pas même une bière, la dernière fois, je pense, c’était mon anniversaire il y a quatre ans. Je considère l’alcool comme le père de tous les maux, mais comme en toute chose, la modération et l’équilibre sont la voie gagnante ».

La paix avec Fedez, également célébrée lors du concert LoveMi à Milan, a suscité beaucoup d’enthousiasme.

“Les gens nous aiment plus qu’avant. Le temps nous a donné l’occasion de regarder ce qui s’est passé à travers les yeux de l’autre, ce qu’on ne peut pas faire dans un moment de querelle. Ensuite, j’ai été la première personne, autre que sa femme, à voir Fede après avoir reçu un diagnostic de cancer. Nous sommes donc passés de nous voir comme super méchant en paroles de réconfort et d’amitié ».

Et de nouvelles chansons ensemble ?

“Pour l’instant, ce n’est pas prévu, mais ce n’est pas exclu. Chacun fait son truc, je suis content du succès de mon podcast “Don’t open that podcast” auquel je pense que je vais répondre, mais si la réponse était “jamais” avant, c’est “boh” maintenant ».

Avec Articolo 31, il a violé avant que l’Italie ne découvre le rap. Comment c’était ?
« Il y avait du pour et du contre. Nous étions moins nombreux, mais l’Italie est insensible à l’actualité, donc tout cela a été très difficile. Mais il y avait le pouvoir de se sentir bien ».

Quand tu entends des rappeurs insulter le public, tu penses quoi ?

« Ça m’énerve que d’autres artistes aient leur mot à dire, je fais mes propres scènes et je compatis avec ceux qui débutent : c’est très stressant, vous avez tous les yeux sur vous. Et les choses se sont amplifiées, comme ce fut le cas pour Alessandra Amoroso lorsqu’elle a préféré ne pas signer pour ne pas vexer les autres. Ce qu’on a dit d’elle, une personne extrêmement facile à vivre, pas une trappeuse, c’est honteux.”

Les nouveaux rappeurs se prennent-ils trop au sérieux ?

« Nous nous sommes aussi pris au sérieux, même si j’aime l’ironie dans l’écriture. Il y avait des gens qui avaient l’impression que nous étions des “idiots de couleur”, comme je pense qu’ils nous appelaient dans une interview, mais il y a toujours eu des choses non colorées aussi. Nous parlions des mêmes choses qui sont perplexes maintenant, cette imagination de violence populaire, de misogynie latente qui ne peut venir que de la fille que vous venez de larguer et ce n’est pas une vraie misogynie, ça a toujours été comme ça : il n’y a rien de tel avant que la génération n’ait Je ne l’ai pas encore dit, seulement maintenant le rap est populaire ».

En réécoutant “2030”, certains vers semblent prophétiques. Seul “Amber est la première femme présidente” manque.

“Je l’ai rencontrée à San Siro avec Max Pezzali et je lui ai dit de se lancer en politique. Dans cet article de 1996, je n’ai fait que traduire ce qui se passait déjà. Mais j’avais le sentiment qu’une fois la Ligue réussie, elle cesserait de blâmer les sudistes et passerait aux immigrés.

Comment vivez-vous la campagne électorale cet été ?

« Je vais voter, mais nous savons tous ce qui va se passer, même si nous espérons un miracle. La gauche ne se soucie plus du bonheur des gens, à certains égards, c’est pire que la droite. Quelque chose de nouveau doit naître car si j’ai toujours pensé que Salvini était un politicien au sens le plus péjoratif, quelqu’un qui se modère au pouvoir, nous sommes maintenant face à quelque chose comme Trump, en grave difficulté”.

Elle a déjà été victime d’intimidation. Que se dirait-il alors ?

“Pour faire ce que j’ai appris plus tard : transformer les ennuis en énergie positive, qui, même en tant qu’artiste, continue à venir, avec des ennemis.”

L’idée des haters vous fait-elle peur d’avoir un petit enfant ?

“Ma génération n’avait pas de réseaux sociaux, mais ils mouraient d’héroïne, un problème plus grave que TikTok. Je n’ai pas craqué grâce à l’éducation de mes parents, donc c’est mieux d’élever les enfants et de ne pas blâmer le monde extérieur ».

Votre fils l’a-t-il changé ?

« Heureusement, je pense que j’ai changé avant. Maintenant, je suis juste beaucoup plus nerveux. Mais gardez-le.”

2 août 2022 (changement 2 août 2022 | 20h45)

Leave a Comment