»DON MAURO QUITTE PREMANA APRÈS 20 ANS. SERA FERMÉ DANS L’ÉGLISE DU BIENHEUREUX SERAFINO MORAZZONE

PREMANA – Il a salué tout le monde visiblement ému et a été salué par tout le monde Don Mauro Ghislanzoni pasteur sortant de Premana: à partir de septembre, il sera remplacé par don Matteo Albanie qu’il quittera après neuf ans Communauté pastorale de Santa Maria della Rocchetta dans la Briance. Le prêtre a dû partir à cause d’un problème de vue qui, comme il l’a souligné dans l’homélie, « … ne me permet pas d’accomplir ma tâche, mais ne m’aveugle pas dans ma vocation. Au contraire, cela me permet de réfléchir sur la bienveillance du Seigneur envers moi, que vous m’avez tous manifestée ». Fin août, Don Mauro, en tant que prêtre résident dans le quartier de Lecco de Fermé à clédans l’église celle de Bienheureux Serafino Morazzone dans Communauté pastorale de Chiuso et Maggianico.

Personne ne manquait dans le Premanese Paroisse de San Dionigi invités à se présenter avec les T-shirts de référence : des membres du conseil des affaires pastorales et économiques, au maire de l’administration communale et à toutes les associations, avec les enfants et les jeunes des oratoire d’été.

“Le pasteur” il n’est pas né appris, tu m’as appris à être pasteur – commence Don Mauro dans son sermon -. Faire disparaître l’aspect humain Petit Prince Je peux dire que je t’ai laissé m’apprivoiser pour te rejoindre dans le sillage de ton histoire. Alors doucement, cette année, je me suis apprivoisé à partir, justement parce qu’il faut du temps pour qu’un cœur s’éduque à rester loin de ce qu’il a aimé. Nous avons partagé avec des adolescents et des préadolescents tellement de fois que l’essentiel n’est pas toujours visible à nos yeux. Dans ce cœur un peu confus dans la liberté de choix et en même temps dressé à laisser derrière ceux qui ont connu des larmes parfois violentes et dramatiques, je trouve la force de dire Merci Monsieur et pour vous remercier, petits et grands, de m’avoir permis de vivre cette année les pages que l’Archevêque nous avait données : c’étaient les pages de l’adieu à Jésus que dans l’Évangile de Jean à ses apôtres. Quand Jésus a dit, je t’aimais, je t’aimais. Ici : aimez-vous les uns les autres comme le Seigneur nous a appris à nous aimer les uns les autres. Encore une fois, le Seigneur a dit: Ici, je retourne vers mon Père et votre Père, mais on vous donnera un consolateur et, selon la sentence écrite sur les marches de l’autel, pas Don Mauro mais le Seigneur elle est toujours avec vous pour que vous ayez à être une Église libre, une Église reconnaissante, heureuse mais surtout unie.

« Dans cette Eucharistie d’action de grâce dans mon cœur un peu confus, je ne peux que dire merci. Je suis allé réécouter la chanson quand le Te Deumcomment Prix ​​Mariala Chant des trois rois pour capturer des phrases qui m’aideraient à partager cette gratitude avec vous. J’ai choisi une autre chanson qui dit : L’è ciarà l’è bèla l’è white comme cousin, Parfois les rayons du soleil, chauffant un panneau, illuminent un chemin qui est dans l’obscurité. Vive les Prémanes ! ».

A la fin de la célébration, ils ont tourné leurs pensées vers le curé le maire et se sont souvenus de la façon dont les années ont vécu Communauté Premana ils n’ont pas été peu nombreux « … mais nous t’aimions depuis longtemps. Au cours de ces vingt années, vous êtes entrés dans nos vies avec grâce et bienveillance, toujours à l’écoute des besoins de chacun, nous connaissant un à un par notre nom : cette dernière caractéristique de Bon berger et en effet, oui, elle l’était : une merveilleuse bergère pour notre communauté qui a immédiatement appris à aimer dans ses forces et ses faiblesses. En embrassant leurs traditions et en suivant leur humeur. D’une part, il a été capable de stimuler un esprit d’unité en nous encourageant à grandir ensemble, non seulement dans la prière, mais aussi dans le jeu et l’amusement, en vivant avec nos enfants les oratorios en semaine et les campings inoubliables. D’autre part, il n’a jamais oublié chaque individu : il n’a jamais oublié les personnes âgées et les malades qui ont apporté la joie d’être écoutés et compris. Beaucoup d’entre nous, dans des moments de désespoir, ont cherché en elle les mots qui peuvent apaiser la douleur qu’ils affrontent : même ici, elle n’a jamais reculé, donnant toujours son temps et son cœur. L’écoute et l’attention continues sont les caractéristiques qui nous manqueront le plus et qu’en tant que maire j’essaierai d’imiter le plus possible. Ce n’est pas un au revoir car elle quitte notre pays mais déménage à quelques kilomètres d’ici, nous espérons donc tous rester dans ses pensées et nous espérons la voir souvent lors de ces occasions religieuses et non religieuses qui rendent Premana unique. façon. . Nous vous souhaitons d’être un bon berger, mais aussi de porter dans votre cœur tous les Baar qui veulent un monde de bien pour vous à Premana. Alors je vous salue : A rivedes a l’ann che vè ».

La Conseil pastoral pour sa part, il a dit au revoir au prêtre : « Vous avez été choisi pour être une présence active et sincère dans notre communauté. Pour manifester concrètement l’amour de Dieu pour son peuple. L’amour, comme il nous l’a appris ces dernières années, a parfois besoin de mots et de gestes concrets. Je voudrais que tout le monde sache que dans le Seigneur J’aime cette Église et j’essaierai d’aimer jusqu’au bout et je voudrais que chacun reconnaisse dans cet amour un tout pâle mais vrai de l’immense amour de Dieu, Père, Fils et Saint-Esprit. Ce sont les premiers mots que Don Mauro a voulu adresser à notre communauté dimanche 13 octobre 2002 lorsqu’il est officiellement devenu notre pasteur et notre guide. Ce sont des mots empruntés à l’archevêque de Milan de l’époque Dionigi Tettamanzi exprimant avec simplicité ce qu’elle avait dans son cœur et renfermant parmi nous l’essence de son ministère sacerdotal. Il nous a tout de suite parlé d’amour et a continué à le faire tous les jours pendant 20 ans. Il l’a fait avec sa cordialité avec enthousiasme, il l’a fait avec des choix pastoraux, avec la patience de marcher devant et à nos côtés. Il a continué à le faire inlassablement lors de la célébration des sacrements et dans les gestes de proximité avec tous ceux qui ont traversé l’épreuve de la douleur. C’était un signe de l’amour de Dieu pour les yeux de nos enfants, de générations entières qui ont grandi avec elle. Un signe visible de tous, alors qu’il s’approchait de tout le monde et se souvenait du nom de chacun. Vous nous avez acceptés tels que nous sommes, avec nos forces et nos faiblesses. Tu nous as aimés avec force et énergie et à cet amour tu es resté fidèle, même dans les moments difficiles que la vie ne t’a pas épargnés. Tu nous as aimés de la meilleure façon possible, non pas parce que c’était toujours facile et spontané, mais au nom d’un plus grand amour auquel tu as donné ta vie. Cher Don Mauro, tout de suite et pendant 20 ans, tu nous as proclamé l’amour de Dieu, même avec des paroles ; cet amour que le monde ne semble pas reconnaître, mais dont nous portons au cœur le profond besoin d’une vieille nostalgie. Depuis 20 ans, à la fin de chaque célébration, vous faites appel au bénédiction de Dieu Tout-Puissant qui est amour. Nous avons maintenant fait nôtres ces paroles que vous avez prononcées comme la prière que nous avons toujours connue, une incantation mémorisée. Ce sont des paroles que nous gardons dans notre cœur et que nous nous répéterons peut-être pendant la bénédiction, en nous souvenant de toi Don Mauro et de ce Père qui est le sens et l’origine de tout amour. Au nom du Conseil Pastoral et de toute la Communauté et au nom des adultes, des enfants et même des intermédiaires : Merci Don Mauro » !

Leave a Comment