GIOBBE COVATTA ARRIVE À AVIGLIANA

Partie

Emploi Covatta

du BUREAU DE PRESSE “BORGATE DAL VIVO”

AVIGLIANA – Encore une fois le titre du nouveau spectacle de Giobbe Covatta est un chiffre, après 7 (comme les sept péchés capitaux) et 30 (comme les articles de la charte des droits de l’homme), arrivée à Avigliana le dimanche 7 août pour le ” Live Scenes » saison Et dans ce cas aussi, le chiffre 6 a une symbolique forte : il représente l’augmentation en degrés Celsius de la température de la planète Terre.

Tout ce qui est exposé pendant le spectacle se déroule dans le futur, dans des périodes historiques où la température moyenne sur Terre a augmenté de un, deux, trois, quatre, cinq et six degrés par rapport à la situation actuelle. Les personnages qui vivent à ces époques ne sont pas d’hypothétiques inconnus : ce sont nos descendants, enfants, petits-enfants ou arrière-petits-enfants, et ils auront hérité de nous le patrimoine économique, social et culturel, mais aussi le monde dans l’état où nous leur restera.

Et à quoi ressemblera ce monde ? Le grand comédien napolitain s’est posé la question : des modèles mathématiques appliqués à l’écologie, élaborés avec de solides fondements scientifiques, laissent penser que nos descendants les plus proches auront de sérieux problèmes et devront s’adapter à la (superv)vie sur une planète bien moins hospitalière qu’est devenue , si les problèmes d’environnement, de surpopulation et d’énergie ne sont pas résolus dès aujourd’hui.

Bien sûr, l’homme ne perdra pas la tête ; Covatta aime imaginer les inventions scientifiques, sociales et politiques dramatiques et extravagantes que l’humanité développera pour faire face à une urgence environnementale et sociale dramatique. Des personnages avec une grande verve comique vont sortir à la dernière minute pour réaliser ce que nous aurions dû faire depuis des années. Avec une possibilité à retenir : nos descendants risquent d’être fâchés avec leurs parents, grands-parents et arrière-grands-parents ; peut-être nous jugeront-ils sévèrement et trouveront-ils probablement notre mode de vie excessivement ridicule et dangereux.

Covatta crée un nouveau spectacle où la comédie, l’ironie et la satire vont de pair avec la révélation scientifique sur ce qui est sans aucun doute les grands thèmes de notre siècle : la durabilité de la planète et de ses habitants. L’occasion de se faire plaisir, mais aussi de comprendre les raisons pour lesquelles il faut agir aujourd’hui pour éviter notre fin, qui pourrait venir au siècle prochain.

6ème (SIX DEGRÉS)
avec Giobbe Covatta et cavec la collaboration d’Ugo Gangheri
Un spectacle de Giobbe Covatta et Paola Catella
Costumes : Chiara Defanti
Production: Papero srl

L’ARTISTE

GIOBBE COVATTA

Né à Tarente, il a grandi à Naples, où il a déménagé avec sa famille à l’âge de trois ans. Après ses débuts d’animateur touristique, Covatta débute son apprentissage sous le nom de scène “Job” en 1987 sur la chaîne Odeon TV avec l’émission Una notte all’Odeon, et en 1988 il fait ses débuts sur Rai 2 avec l’émission Tiramisù. La même année, il apparaît, toujours sur Rai 2, dans Play your game et Who’s there. En 1990, le tournant est venu et il a trouvé son tremplin dans le Maurizio Costanzo Show, qui lui a valu une renommée nationale. En 1991, il fait ses débuts au Théâtre Ciak de Milan avec l’opéra Parabole Iperboli. En 1994, avec l’aide de Greenpeace, il crée une émission sur la conservation des baleines intitulée Air Conditioning, avec le sous-titre irrévérencieux “et les baleines sont énervées…”. De 1995 à 1997, il est toujours sur scène, d’abord avec le spectacle Primate Assoluto, puis il fait ses débuts à Rome au Teatro Parioli avec Io e Lui, un spectacle écrit et mis en scène avec deux autres acteurs napolitains, Vincenzo Salemme et Francesco Paolantoni. et enfin avec Art, réalisé par Ricky Tognazzi. Le grand succès au niveau national est que son Dieu les fabrique puis les tue, à tel point qu’il le convainc de répondre avec Dieu. Il les fait… Troisième millénaire. Il a également fait ses débuts sur grand écran en 1993 avec Pacco, double pack et counterpaccotto, avant de passer à Chambers en 1997. En 1999, il a joué dans Muzungu – L’homme blanc. En 2001 et 2002, il revient au théâtre avec la comédie Double Act au Théâtre Parioli et apparaît également à nouveau sur Rai 2, avec Serena Dandini et Corrado Guzzanti, dans l’émission L’ottavo nano. La passion de la voile l’amène à être invité à Velisti et à devenir un gentil maître de la voile dans la voile, j’explique, diffusé sur le Zeilkanaal pour le diffuseur Sky. De 2003 à 2005, il a été l’invité régulier de deux éditions du programme Band Mai Dire Domenica de Gialappa, reproduisant les expériences sporadiques qu’il a eues avec Mai dire Gol dans les années 90. Même les livres ont toujours un bon succès auprès du public. Son premier Word of Job, une réinterprétation de la Bible, publié en 1991, a battu les palmarès avec un million d’exemplaires vendus. En 1993 et ​​1996, il a publié Pancreas – Transplant du livre Heart and Sex? Fais le toi-même!. En 1999 il revient avec Dieu les fait puis les marie, d’où il tire le spectacle théâtral, dans lequel il revisite la Création et le Déluge. En 2001, Cours et Appels, mais je n’y suis pas arrivé, représentation théâtrale portant le même titre qu’un livre paru en 2005, est mis en scène sous le nom de Melanina et Varechina, spectacle traitant des relations entre l’Afrique et le monde occidental, à partir de 2004 En janvier 2007, il fait ses débuts au théâtre avec Seven. La saison 2007-2008 de Zelig, animée par Claudio Bisio et Vanessa Incontrada, présente Covatta avec un nouveau personnage. À l’été 2008, il participe à une série télévisée produite par Mediaset, Medici My, dans laquelle il incarne le docteur Colantuono, médecin-chef de la clinique de Sanabel. En janvier 2010, il est de retour au théâtre avec 30, un spectacle consacré aux trente articles de la Déclaration universelle des droits de l’homme. En mars 2011, il partage la vedette avec Enzo Iacchetti dans la comédie Pas de projets pour l’avenir, avec 87 représentations dans les théâtres de toute l’Italie. Dès janvier 2012, il apporte 6° (six degrés) au théâtre. Dans ce cas également, le nombre a une forte signification symbolique : il représente l’augmentation en degrés Celsius de la température sur notre planète.

Le spectacle “Sei Gradi” avec Giobbe Covatta aura lieu le dimanche soir 7 août à 21h dans le Parco Alveare Verde du corso Laghi 151/A à Avigliana. Le prix du billet est de 10 euros (plein tarif) et de 8 euros (réduction membres Coop).

Partie

© Tous droits réservés

Leave a Comment