Aise.it – ​​​​​​​​Agence internationale de presse étrangère

GENÈVE \ aise \ – Ambassadrice de bonne volonté de l’UNICEF Priyanka Chopra Jonas cette semaine, il a effectué une mission sur le terrain Pologne où il m’a rencontré enfants et familles de réfugiés fuir la guerre Ukraine.
Chopra a visité un espace “Blue Dot” sur Centre d’accueil des réfugiés à Varsovieoù il a rencontré des mères et des enfants ukrainiens qui vivent désormais dans le centre, le plus grand du pays.
“Tous les enfants que j’ai rencontrés veulent rentrer chez eux”, a déclaré Chopra Jonas. « Les blessures invisibles de la guerre sont souvent celles dont on parle le moins, mais les plus dévastatrices pour un enfant. Il était incroyablement encourageant de voir la réponse rapide de l’UNICEF et son travail en partenariat avec le peuple et le gouvernement polonais pour offrir aux enfants et à leurs familles un sentiment de sécurité, un rétablissement de l’apprentissage, une prise de conscience de leurs droits et un soutien en matière de santé mentale. Tous les enfants, partout, ont droit à ce type d’aide, peu importe qui ils sont ou d’où ils viennent.
En deux jours, Chopra a rendu visite à Jonas divers programmes du nouveau bureau d’intervention de l’UNICEF en Pologne, fondée après la guerre en Ukraine. Il s’agit notamment d’un centre d’apprentissage soutenu par l’UNICEF qui, en collaboration avec la municipalité de Varsovie, soutient les enfants ukrainiens par le biais d’activités de rattrapage, de cours de langue, de compétences non techniques et d’autres activités avant le début de la nouvelle année scolaire. Au centre de développement de la petite enfance Spynka, qui fournit un soutien et une assistance aux réfugiés ukrainiens, Chopra Jonas a rencontré des enfants et des mères plus jeunes et a appris directement les défis auxquels les familles sont confrontées.
Environ les deux tiers des enfants sont déplacés en Ukraine ou dans les pays voisins, avec le nombre le plus élevé en Pologne.
“C’est une crise des femmes et des enfants”, a déclaré Chopra Jonas. « Les femmes que j’ai rencontrées ont été profondément impressionnées et m’ont inspirée. Pas seulement les mères qui ont dû fuir la guerre en laissant derrière elles leurs maris et leurs proches et qui sont désormais les seules à prendre soin d’eux. Ce sont les psychologues qui aident les enfants et calment leurs cauchemars de guerre. Ce sont les enseignants. Les bénévoles des Points Bleus. Ils ont mis leurs traumatismes de côté pour nourrir et protéger les enfants.”
Au camp d’été, organisé par une organisation partenaire de l’UNICEF, Chopra Jonas faisait partie des enfants inscrits âgés de 5 à 16 ans lors d’activités de rattrapage, de jeux éducatifs, d’activités de développement des compétences, de cours de polonais et d’activités sportives de plein air.
“Beaucoup de ces enfants fuyant la guerre en Ukraine ont tout laissé derrière eux”, a-t-il déclaré. Rashed Mustafa, coordinateur national de l’UNICEF en Pologne, responsable de l’aide d’urgence. “Leurs maisons, leurs amis, même leurs animaux de compagnie et leurs jouets préférés. Notre réponse en Pologne a été de les protéger, de leur donner accès à l’éducation et de leur fournir un soutien en matière de santé mentale. En seulement 21 semaines, nous avons mis en place des programmes et des partenariats solides. dans les domaines de l’éducation, de la santé, de la protection, de la santé mentale, du développement de la petite enfance et de l’engagement des jeunes, et nous sommes profondément reconnaissants à Priyanka Chopra Jonas, la première ambassadrice itinérante de l’UNICEF à nous rendre visite, pour avoir souligné ce travail vital. nous intensifions notre réponse et renforçons nos partenariats avec les gouvernements centraux et locaux et les partenaires de la société civile pour continuer à soutenir ces enfants les plus vulnérables.”
L’accès à l’éducation est un élément important de la réponse de l’UNICEF en Ukraine et dans la région, car la guerre – et la destruction provoquée par le système scolaire – a un impact dramatique sur la vie et l’avenir des 5,7 millions d’enfants d’âge scolaire dans le pays.
Pour environ 2,2 millions d’enfants ukrainiens qui ont trouvé refuge dans les pays voisins, toute possibilité de poursuivre leur éducation est cruciale. L’UNICEF soutient diverses filières, y compris l’école, l’enseignement à distance, les cours de rattrapage ou de langue, pour aider les enfants à rattraper les apprentissages manqués et à les intégrer dans les systèmes éducatifs nationaux des pays d’accueil.
Pour s’assurer que tous les élèves réfugiés ukrainiens bénéficient d’un soutien pour s’intégrer dans les systèmes scolaires locaux au début de la nouvelle année scolaire, l’UNICEF appelle les gouvernements hôtes, les organisations humanitaires et les donateurs à continuer de soutenir les programmes de rattrapage et d’apprentissage, notamment en vue de la nouvelle année scolaire. .
Les donateurs devraient – selon l’Agence – aider les gouvernements hôtes à renforcer les programmes de santé mentale et de soutien psychosocial et les activités récréatives, y compris par le biais des écoles.
Il incombe également aux gouvernements hôtes de veiller à ce que les enfants ukrainiens et leurs familles, ainsi que les enseignants des réfugiés ukrainiens, aient accès à un soutien linguistique et culturel.
L’une des demandes de l’Agence est que les gouvernements continuent de donner la priorité à l’intégration des enfants dans les systèmes scolaires traditionnels, dans les meilleurs délais, avec des enseignants qualifiés pour soutenir l’apprentissage et le bien-être et s’assurer que leurs enseignants sont dotés des compétences nécessaires pour intégrer de nouveaux étudiants ukrainiens dans leurs salles de classe, grâce à des opportunités de formation sur la santé mentale et le soutien psychosocial (SMSPS), l’éducation inclusive et la prévention de l’intimidation et de la violence en classe.
Les gouvernements des pays d’accueil devraient soutenir l’intégration des enseignants ukrainiens dans le système national en tant qu’enseignants, assistants pédagogiques ou médiateurs culturels afin de faciliter l’intégration des enfants ukrainiens. (aise)

Leave a Comment