Citoyenneté active, les candidatures pour coopérer à la gestion des biens communs sont ouvertes à Legnano


Il est disponible sur le site institutionnel de la Commune de Legnano à formulaire de soumission de propositions de coopération au conseil municipal pour la garde et la gestion partagées des biens communs urbains. La possibilité de coopérer avec le conseil municipal fait suite à l’approbation par le conseil municipal du règlement pertinent, qui a eu lieu le 31 mai. Le but du règlement est : promouvoir la citoyenneté active, c’est-à-dire permettre et faciliter la réalisation d’activités au profit de la communauté et l’intérêt public à but non lucratif.

“Il devient de plus en plus clair pour tout le monde que” l’habitabilité et le décorum d’une ville dépendent aussi dans une large mesure du comportement de ses habitants – clarifie l’échevin du journal Monica Berna Nasca -. Notre administration croit à la subsidiarité et rôle actif que les citoyens peuvent jouer dans la gestion de certains biens publics et a choisi de mettre en place à cet effet un dispositif permettant et encourageant des formes de coopération. Au cours de ces presque deux années d’administration, nous avons reçu de nombreux rapports de citoyens sur des problèmes critiques qu’ils ont rencontrés à Legnano ; Nous les avons rapidement remerciés pour cela et avons pris des mesures pour trouver une solution. Mais nous avons également enregistré la volonté de ceux qui voulaient travailler pour améliorer cette situation; et cela nous a définitivement convaincus de la nécessité d’entamer une certaine forme de coopération avec les citoyens. Le temps est maintenant venu d’essayer d’aborder ces problèmes critiques sous un angle différent; Quiconque voit des situations problématiques peut se donner beaucoup de mal pour les résoudre en concertation avec l’administration. C’est un changement de paradigme : chaque citoyen peut devenir responsable de la gestion d’un bien en travaillant au profit de notre communauté“.

Rappelez-vous que la participation à la garde partagée et à la gestion des biens communs urbains est ouverte à tous et que, dans le cas des citoyens mineurs, la participation peut être sous la responsabilité d’un citoyen majeur et avec le consentement des parents. L’expression biens communs urbains fait référence à des biens matériels qui, indépendamment de leur propriété, « reconnaissent les citoyens et le gouvernement comme instrumentalement liés à la réalisation des intérêts de tous les citoyens ». Les citoyens intéressés à traiter des biens communs doivent formuler une proposition de coopération réalisation d’une intervention de traitement, gestion partagée des biens communs urbains qui, si elle est acceptée, conduira à la détermination d’une convention de coopération, c’est-à-dire la convention par laquelle l’administration et les citoyens actifs définissent les buts, les objectifs et les résultats attendus, les modalités de gestion des interventions sur les biens communs et dans lequel les domaines de responsabilité de chacune des parties sont explicites. Sur la base du règlement, la durée des travaux ne dépasse normalement pas trois ans, mais en raison du type d’accord, des durées plus longues peuvent être convenues. Les accords de coopération régissent également la des activités de suivi et de contrôle des activités pour apprécier l’actualité de l’intérêt poursuivi au cours des travauxla congruence entre les buts, les objectifs, les résultats, la durabilité et l’identification des opportunités d’amélioration.

Il existe deux manières de signer des pactes de citoyenneté active : l’administration propose aux citoyens actifs des propositions de coopération par la publication d’avis magazines et collecte de manifestations d’intérêt ou les citoyens actifs peuvent faire des propositions de manière autonome, avec un rapport illustratif sur l’intervention, le but et les conditions de faisabilité. L’accord de coopération est précédé d’une phase de recherche, nécessaire pour obtenir les accords et autorisations nécessaires et pour déterminer les termes définitifs de l’accord lui-même en concertation avec les promoteurs. Si les citoyens n’en ont pas, l’administration activera en leur faveur, en ce qui concerne les activités prévues dans les accords de coopération, une assurance appropriée dans les branches d’accident et de responsabilité civile pour les dommages causés aux tiers ou aux biens soumis à la accord de coopération. . La participation est ouverte toute l’année. Dans le cadre des accords de coopération il n’y a aucun moyen pour l’administration d’allouer des contributions en espèces aux citoyens actifs.

Leave a Comment