Les énergies renouvelables en hausse en Italie : données MiTe

La énergies renouvelables en Italie ils ne sont pas en retard et jouent au contraire un rôle important dans le mix énergétique national. Ce fait est souvent sous-estimé, tant dans le débat politique que dans les médias, mais il faut l’apprécier : l’Italie existe comme puissance des énergies renouvelables avant même que la transition énergétique ne devienne un sujet incontournable du débat politique et économique. Les dernières recherches du ministère de la Transition écologique, le Rapport annuel Situation énergétique nationale l’analyse des tendances de la consommation et de la production d’énergie en Italie pour l’année 2021 le confirme.

Le rapport commence par un état des lieux des écarts entre la situation de consommation et de production en 2021 et celle de 2020, marquée par la pandémie : en 2021, la consommation d’énergie finale a augmenté de 11,4 % au total par rapport à l’année précédente, pour 114 781 milliers de tonnes d’équivalent pétrole. Le gaz et le pétrole représentent la majorité (40,9 % et 32,9 %, respectivement) des ressources utilisées pour la production d’électricité, mais la les renouvelables sont en bonne position à 19,5% dans leur contribution à la production nationale d’électricité.

Dans les énergies renouvelables, la production est passée de 27,339 à 27,665 millions de tonnes équivalent pétrole en termes de production (+1,18%). Toujours en 2021, indique le rapport, les entreprises de production d’électricité ont bénéficié d’incitations liées à la production de sources renouvelables et assimilées, estimées à 5,8 milliards d’euros, sur une valeur totale des incitations versées égale à 9,8 milliards d’euros. Fin 2021, grâce au démarrage des projets qui seront liés à Plan National de Relance et de Résilience (Pnrr), le total des installations de production d’électricité stimulée à partir de sources renouvelables a atteint un million d’unités, pour une capacité d’environ 38 GW et une énergie renouvelable stimulée de 65 TWh (65 000 GWh). Une tonne d’équivalent pétrole étant égale à 0,01163 GWh, le quota incitatif a permis d’utiliser 3,988 millions de tonnes d’équivalent pétrole, soit 14,41 % de la production italienne à partir de sources d’énergie renouvelables. Ceci, d’autre part, signifie que plus de 85 % de la production italienne à partir de sources d’énergie renouvelables provient d’entreprises actives qui ont leur propre accès structuré au marché et n’ont pas besoin de fonds publics.

Le rapport du ministère dirigé par Roberto Cingolanic montre donc qu’en 2021 les sources d’énergie renouvelables ont trouvé une distribution large et structurée en Italie, tant pour la production d’électricité que pour la production de chaleur et sous forme de biocarburants. Dans le secteur de la production d’électricité, le seul point négatif enregistré a été la baisse importante de l’hydraulique (-5,9% par rapport à 2020), principalement due à la baisse des précipitations, qui a de toute façon contribué à la production totale à partir de sources d’énergie renouvelables pendant 15 , sept%. Cependant, poursuite de la hausse du parc éolien (+10,8%), qui atteint le record historique de 21 TWh de production, l’équivalent de 1,806 millions de tonnes d’équivalent pétrole ; celle-ci et la source photovoltaïque ont atteint ensemble une couverture de 16,1 % de la production brute ; les 8,5 % restants de la production nationale attribuée aux énergies renouvelables étaient garantis pargéothermie et bioénergie.

le PNR, les investissements débloqués en 2022, les opportunités internationales et la croissance de l’attention à tous les niveaux (des grands projets aux communautés énergétiques) pour la transition peut renforcer cette attitude positive indiquée par le rapport MiTe et contribuer également à accroître le potentiel d’emploi. La production d’électricité à partir de sources renouvelables a contribué directement ou indirectement à la création de 14 000 nouveaux emplois en 2021, tandis que ceux à des fins thermiques en ont créé 29 300. Les données, selon nous, seront proches de la croissance à l’avenir : Rome sur les énergies renouvelables ne part pas de zéro. Et s’il promeut une transition pragmatique, en cherchant à créer des secteurs et des marchés avec du gaz de transition, il peut continuer à jouer un rôle de premier plan à l’avenir.

Leave a Comment