un engagement fort pour réduire la présence de sangliers

Un engagement fort pour réduire la présence de sangliers, en commençant dans les zones les plus critiques, afin d’éviter que la maladie ne se propage aux porcs domestiques si elle survenait à l’état sauvage en Émilie-Romagne. C’est l’un des objectifs du Plan d’intervention urgente approuvé par le gouvernement régional pour le contrôle, le contrôle et l’éradication de la peste porcine africaine chez les porcs reproducteurs et les sangliers.

Le plan a été adopté sur proposition de l’échevin de la politique de santé, de l’échevin de l’agriculture, de la chasse et de la pêche et de l’échevin de la montagne. Pour le moment, l’Émilie-Romagne est hors de la zone contaminée, mais la municipalité a donné son feu vert au document qui prédéfinit un ensemble d’objectifs et de priorités spécifiques.

La maladie, qui affecte les porcs domestiques et les sangliers et n’est pas transmissible à l’homme, pourrait, si elle n’est pas arrêtée, causer de graves dommages économiques aux entreprises d’Émilie-Romagne actives dans le secteur de l’élevage et de la chaîne d’approvisionnement porcine. L’objectif du plan est donc de définir la stratégie régionale pour limiter le risque d’introduction de la peste porcine africaine.

La stratégie du plan

L’un des objectifs est de renforcer la surveillance des animaux sauvages et domestiques pour l’identification rapide des cas de maladie, et de développer et mettre en œuvre des méthodes et procédures opérationnelles pour l’élimination des carcasses d’animaux sauvages atteints de peste porcine africaine courante et suspectée. Et encore, le renforcement de la biosécurité dans les élevages de porcs domestiques pour la protection des populations sauvages, avec un accent particulier sur les zones identifiées comme critiques par l’évaluation des risques. Augmentez ensuite la formation, l’information et les mises à jour des vétérinaires, des éleveurs, des chasseurs et d’autres catégories pour améliorer l’encadrement et favoriser l’adoption de comportements corrects. Le plan prévoit également la mise en œuvre d’une campagne de communication destinée à tous les citoyens pour encourager les signalements de carcasses de sangliers, qui doivent faire l’objet d’une enquête immédiate, et pour diffuser les comportements corrects afin de prévenir l’introduction de l’infection en Émilie-Romagne.

Selon le document élaboré par la Région, pour la lutte contre la peste porcine, il n’est pas jugé faisable ni utile de prévoir une réduction générale de la population de sangliers à grande échelle, un objectif indiqué depuis des années dans la planification régionale outils. Au lieu de cela, il est conseillé d’identifier des zones bien définies à haut risque où des actions de confinement de l’espèce peuvent être menées. Mais surtout, il est considéré comme fondamental que ces animaux soient systématiquement abattus à proximité des élevages de porcs domestiques, notamment en plein air, sans toutefois exclure toute autre forme d’élevage.

Compte tenu de la baisse drastique du nombre de chasseurs, la récolte de sangliers en Émilie-Romagne a atteint son plus haut niveau l’an dernier avec l’abattage de plus de 30 500 individus. Les instruments régionaux permettent toutes les actions prévues par la loi, dont certaines (“sélection” et “contrôle”) peuvent être menées tout au long de l’année civile. L’abattage à lui seul ne peut suffire à protéger les élevages porcins, en effet les exploitations familiales, qui comptent parmi les exploitations les plus à risque d’introduire la maladie, ont été dépeuplées sur ordre du président de la Giunta en mai. Pour les élevages de plein air, l’installation d’un triple réseau de clôtures est prévue dès 2008, pour les élevages porcins d’intérieur, la Région est sur le point de valider un appel d’offres pour octroyer des aides à l’installation de clôtures.

La filière porcine régionale : les chiffres

En Italie, selon les données Assica 2019, l’Émilie-Romagne est la deuxième région d’abattage de porcs avec 34 %, après la Lombardie avec 39 %. La filière porcine régionale compte environ 1 200 élevages, 1,2 million de têtes et une production brute commercialisable estimée à 307 millions d’euros, dont les différentes AOP régionales : jambons de Parme et de Modène et de nombreuses charcuteries. Les produits carnés AOP et IGP en particulier ont une valeur de production de 1,93 milliard d’euros et une valeur de consommation de 4,98 milliards d’euros. L’exportation s’élève à 601 millions d’euros. 53% du chiffre d’affaires national lié aux produits carnés AOP et IGP est attribuable à l’Émilie-Romagne.

Signaler les morts ou restes de sangliers

Pour empêcher la propagation du Psa, la région d’Émilie-Romagne a depuis longtemps mis en place un service téléphonique pour signaler les morts ou les restes de sangliers. La campagne s’adresse aux civils, en particulier les randonneurs, les chasseurs, les cueilleurs de champignons et les chasseurs de truffes. “Dans le cas où vous croiseriez un sanglier mort (ou ses restes), après avoir mémorisé votre position géographique, l’invitation est d’appeler le 051 6092124 et de prendre une photo, qui pourra ensuite être envoyée aux services”, lit-on expliqué.

Il est également recommandé “d’éviter les comportements inappropriés qui pourraient conduire à l’introduction de la maladie dans les populations de sangliers et dans les élevages domestiques, par les restes de nourriture et la contamination des chaussures et des vêtements”. Les documents imprimés de la campagne d’information sont disponibles dans les bureaux de les services vétérinaires des départements de santé publique de l’Ausl, dans les départements provinciaux de l’Institut zooprophylactique expérimental de Lombardie et d’Émilie-Romagne et dans les centres d’accueil des parcs et des zones protégées ». Plus d’informations sont disponibles sur le site régional https://www.alimenti-salute.it/salute-animali/psa-peste-suina-africana.

Leave a Comment