Anna Fusco : “Comment vit-on d’une main dans un monde conçu pour les gens à deux ?”

Depuis que j’étais jeune Anna Fusco, une belle Romaine de 31 ans, a dû s’adapter à un monde fait et conçu par des gens à deux mains, même si elle n’en a qu’une. JUSQU’À Lumière! il écrit pour raconter son histoire : « Je suis né sans main ni avant-bras gauche. Les médecins n’ont jamais été capables d’expliquer pourquoi. J’ai dû apprendre à affronter la vie en m’adaptant. Mes parents m’ont tout de suite placé devant la réalité et m’ont dit ce que je pouvais faire et ce que je ne pouvais pas faire. La découverte de moi-même, dès mon plus jeune âge, a été traumatique. Je n’étais qu’une petite fille, je devais grandir vite et je n’avais pas le choix. Mais les gens qui m’aimaient m’ont dit : ‘Si tu vois le problème, les autres le verront aussi’. Plus tard, j’ai réalisé qu’ils avaient raison. Malgré les nombreuses difficultés, Anna s’est battue pour le droit à une vie normale, et chaque fois qu’elle est tombée dans sa vie, elle s’est toujours relevée plus forte qu’avant. “Avec le temps, j’ai aussi réalisé que si je n’étais pas le premier à m’accepter, les autres ne le pourraient pas.”

Anna Fusco, 31 ans, romaine, née sans avant-bras ni main gauche

C’est pourquoi Anna a commencé à étudier chanter, jouer et danser, ses plus grandes passions. Il a appris un jouer du piano utilisant la prothèse, il a participé à plusieurs concours de chant, dont “Sanremo Area” et deux fois au concours Miss Italie, en 2014 et 2018, dans les deux cas la finale régionale. “En 2014, j’ai marché avec la prothèse et j’ai été la première fille à concourir à Miss Italie avec une prothèse de membre. En 2018, je suis revenu dans le jeu, mais cette fois sans avoir à porter ni cacher la prothèse. Et je ne l’ai jamais porté à l’un des autres soirs des sélections, parce que c’est moi et que je n’ai pas honte. je m’aime tellement comme ils sont. C’est le message que je veux envoyer à moi-même et à ceux qui sont comme moi. Depuis, Anna militant des droits l’égalité des chances et c’est coach motivationnel qui aide les personnes (handicapées ou non) à atteindre leurs objectifs. Mais elle est aussi chanteuse, actrice, mannequin et danseuse de reggaeton et en février 2020 on l’a vue à la “Milan Fashion Week”.

Anna, l’État aide-t-il les personnes handicapées comme la vôtre ?
« Dans mon cas, très peu. Il m’a toujours “donné” la prothèse, mais elle était moche, lourde, beaucoup plus lourde que mon bras droit. Aujourd’hui j’ai enfin réussi à obtenir de l’ASL la prothèse esthétique et légère que j’utilise exclusivement pour jouer. Je veux dire, je devais juste m’en sortir. Cependant, je peux dire que j’ai vaincu tous mes démons, que je n’ai jamais permis à la vie de me terminer ou de faire de moi une personne différente de ce que je suis. J’ai réussi à rester moi-même, plus ensoleillé, souriant et bon au fil du temps. J’ai appris à demander de l’aide et surtout à en donner sans rien attendre en retour. J’ai jeté toute cette fierté que j’avais et ce n’était vraiment qu’un masque.

Elle est bénévole dans diverses associations, n’est-ce pas ?
“Exactement. Je fais du bénévolat avec Disability Pride Network, Knock Down Barriers, Energy Family Project APS et Reach Onlus. Surtout, je me concentre sur les associations italiennes qui aident les enfants comme moi, beaucoup plus nombreuses que par le passé. Je parle des enfants nés avec des membres déformés ou même sans. J’apporte mon expérience, je remplis mon rôle de coach. Je m’engage avant tout auprès de leurs familles, qui sont souvent le vrai problème. J’explique aux enfants qu’il faut s’accepter, les parents que leurs enfants sont bons comme ils sont Pour une mère et un père, surmonter le traumatisme n’est pas facile parce qu’ils pensent qu’ils ont beaucoup de difficultés avec une main et qu’il manque quelque chose Mais la vérité est que vous ne pouvez pas manquer quelque chose qui vous n’en avez jamais eu. Il y a des parents qui essaient de forcer leurs enfants à porter des prothèses, même s’ils n’en veulent pas, et ce n’est pas bien.

Anna Fusco
Anna Fusco est une coach de vie et mentale, actrice et mannequin, ainsi qu’une militante pour les droits des personnes handicapées

Y a-t-il beaucoup de gens qui préféreraient ne pas porter de prothèse?
« Oui, beaucoup me contactent parce qu’ils veulent les enlever mais ne peuvent pas. J’ai eu de la chance parce que mes parents n’étaient pas trop protecteurs envers moi. Les premières années, quand j’allais à l’école, je devais porter la prothèse à cause de la posture, mais une fois rentrée à la maison, je l’ai enlevée immédiatement et mes parents m’ont laissé décider. Chacun de nous est unique et n’a pas besoin de se cacher. En 2014, lors de Miss Italie, j’ai enlevé la prothèse parce que ça me gênait, ce n’était pas moi qui décollais et je voulais arrêter de me cacher. Beaucoup de gens, en revanche, recouvrent même le moignon à l’âge adulte, car ils en ont honte. Je ne le fais pas, mais pas parce que je recherche la pitié, simplement parce que je crois que même avec un membre seul ou déformé, on peut tout faire et être heureux. Les gens qui me voient défiler sans prothèse me contactent et me disent : ‘Mais alors mon fils peut s’en débarrasser aussi, s’il veut !'”.

Le port de la prothèse n’est-il pas une attitude sociale ?
‘Non, c’est juste mon choix. Certains préfèrent les porter, d’autres non. Je ne le porte pas pour deux raisons : à la fois parce que je ne l’aime pas, et pour montrer aux gens comme moi que vous pouvez aussi choisir de ne pas le porter, si vous le souhaitez. Je me bats pour l’égalité des droits, contre les discriminations sociales, pour l’égalité et l’égalité. Je suis un activiste des médias sociaux, mais je suis aussi conférencier et je donne mon témoignage dans les différentes villes italiennes, en utilisant mon travail de coaching. Mes armes sont un sourire et une bonne dose d’autodérision. Une fois que je me suis accepté, je n’ai plus eu de problèmes avec le reste de la société.

Il a déclaré que le nombre de personnes nées sans membre ou avec des malformations augmentait. Ça dépend de quoi?
‘Nous ne savons pas. Même dans mon cas, ils n’ont pas été en mesure de me donner une explication. On pense que cela peut dépendre de la formation de la bride du liquide amniotique pendant la grossesse, qui empêcherait la croissance du membre. Mais la déclaration n’est pas tout à fait convaincante, car dans ce cas, le membre devrait encore grandir, même s’il est déformé. De mon temps, très peu de gens naissaient avec un seul membre. Quelqu’un a émis l’hypothèse que cela pourrait dépendre de l’effet secondaire d’un médicament qui existait à cette époque et a appelé le problème “syndrome de la thalidonide”. Mais cette affirmation n’est pas non plus entièrement convaincante car elle ne justifie pas l’augmentation actuelle des naissances avec des malformations ou des moignons. Enfin, certains font l’hypothèse du rayonnement du nuage de Tchernobyl ».

Anna Fusco
Anna a participé deux fois aux sélections pour Miss Italia, en 2014 avec la prothèse, en 2018 avec fierté le moignon

En quoi consiste votre activité de coaching ?
“Je fais des séances privées et en ligne, j’aide les gens à atteindre leurs objectifs de vie. Je suis coach sportif, professionnel et coach de vie. Dans le sport, je peux avoir des séances individuelles avec l’athlète ou sur le terrain, ou avec l’ensemble du club sportif. En entreprise, les séances se font en équipe, jusqu’à 15 personnes. Je me concentre avant tout sur le Business Coach et le Life Coach ».

Quels seront vos prochains projets ?
« Je vais avoir un bon mois de septembre. Du 16 au 18, je serai à Livourne pour participer en tant que conférencier à un événement sportif inclusif. Je présente ici le court métrage de science-fiction ‘Artemisia’ de Gabriel Cash, dont je suis le personnage principal et qui affirme le droit à l’égalité, soulignant que les problèmes ne sont que dans la tête des gens. Le 24 septembre, je participerai à la Disability Pride à Rome, qui marchera de la Piazza Colonna à la Piazza del Popolo. Il s’agit d’un défilé national qui rassemble des personnes revendiquant l’égalité des droits. Je vais raconter mon expérience et présenter le court métrage. Cependant, le 2 octobre, je serai à un événement à Ravenne où nous parlerons d’entrepreneuriat, dans ce cas, je serai coach et donnerai un discours de motivation.”

Quel message voudriez-vous faire passer aux personnes handicapées ?
« Cette vie vous impose des obstacles, mais vous vous fixez des limites. Ne te cache jamais, tu es comme ça, tu es né comme ça, tu n’as pas à te couvrir, sois autonome avec ton corps car chacun de nous est unique et ne doit pas avoir peur de se montrer pour ce qu’il est. Je suis reconnaissante d’être moi-même, pour la personne que je suis devenue parce que tout a été conquis, il suffit de le vouloir vraiment.

Leave a Comment