Milan, De Ketelaere en conférence : “Longues négociations”

De Milanello, voici les premiers mots de la nouvelle recrue de l’AC Milan : “Ibra ? J’apprendrai beaucoup de lui et ce sera un plaisir d’être avec lui sur le terrain et dans le vestiaire”

De notre correspondant Stefano Cantalupi

La chaleur de Milanello commence déjà à se faire sentir, Charles De Ketelaere. Un peu parce que le thermomètre indique 35 degrés, un peu parce que plusieurs dizaines de fans sont devant la porte dans l’espoir de le voir, d’obtenir un salut ou même un autographe. Le jour de sa présentation officielle, le succès milanais du marché des transferts trône devant les micros face à Gazidis, Maldini et Massara, qui le chouchoutent à bout portant : “J’aime la passion des supporters, c’est pour eux que nous jouons – il commence CDK – Je suis prêt à suivre les rythmes d’entraînement avec intensité, seulement maintenant je vais le faire à un niveau supérieur J’ai été très impressionné par les séances auxquelles j’ai assisté, il y a eu une grande implication du début à la fin ” . Milanello est la fin d’un voyage commencé il y a des mois : “Les dernières semaines ont été difficiles pour moi, les clubs se sont contactés et ensuite c’était aux courtiers de poursuivre les négociations. J’ai exprimé mon souhait de déménager à Milan”. ” bien que pour être ici aujourd’hui, j’ai dû faire un petit sacrifice (la référence est à Bruges, éd). Mais je voulais vraiment venir ici.”

VERDICT ET COMPARAISONS

Il plaisante encore sur la prononciation de son nom, De Ketelaere : “On m’appelle un peu anglais et un peu français, mais ce n’est pas si important… et non, je n’ai pas de surnoms sur les jeunes talents. J’ai vu combien les joueurs de ce club ont grandi et se sont améliorés.” A propos des comparaisons qu’il a entendues avec Kakà ces derniers jours, le Belge se dit flatté : “J’ai vu beaucoup de vidéos de Kakà, c’était un joueur fantastique. J’ai mes caractéristiques, mais j’espère apporter ici une contribution comparable à ce qu’il a fait Milan a une grande histoire et tradition, de nombreuses légendes ont joué ici, mais je pense qu’il est approprié, comme le club, de se concentrer sur l’avenir. Le numéro 90 ? le champion que j’admirais le plus, je réponds Cristiano Ronaldo… pour un garçon de mon âge pourtant, impossible pour l’instant d’approcher ce niveau”. Ibrahimovic pourrait lui apprendre quelque chose : “Avec lui à mes côtés ce sera une grande émotion, il va m’aider avec son expérience”.

SUR LE TERRAIN DE VICENZA

Arriver en août, c’est devoir tout faire rapidement pour rattraper son retard : “Je me suis senti très bien accueilli dès le début par mes coéquipiers – explique Charles – je découvre petit à petit cette nouvelle réalité, mais l’impression est positive. J’ai eu beaucoup à faire en subissant essais, hier j’ai eu un moment de détente mais l’envie d’y aller tôt est telle qu’il n’y a pas de temps pour la détente”. L’équipe nationale trouvera aussi une place parmi ses engagements de saison : “Le sélectionneur Martinez ne m’a pas influencé dans le choix de l’équipe, mais il était conscient que j’irais dans un club de haut niveau où je pourrais jouer l’ami Jozefien” Non, je n’ai même pas eu à négocier avec elle pour venir à Milan… il faudra qu’elle finisse ses études, on verra comment on s’organise.” Demain il sera sur le terrain en match amical à Vicence : “Oui, Pioli m’a dit que j’avais quelques minutes à ma disposition”.

OÙ JOUER ?

De Ketelaere est convaincu d’avoir fait le bon choix avec les couleurs Rossoneri : “Ce fut un honneur d’être contacté par Maldini, c’est une légende du club qui joue aussi un rôle très important. Le plus convaincu était le projet”. Il y a beaucoup de curiosité quant à sa position sur le terrain : “J’ai de la technique et du toucher, de l’aide à la finition, mais j’arrive aussi à m’abaisser et à récupérer le ballon. J’ai été utilisé sur de nombreuses parties du terrain, je préfère le phase offensive Un milieu de terrain offensif qui joue très près du premier attaquant.” Les adversaires de haut niveau ne manqueront pas en Serie A: “Il y a beaucoup de stars dans cette ligue, mais je ne pense pas trop au seul rival ou à la seule équipe que je dois affronter. Ensuite, il y a la Ligue des champions et l’un des objectifs est de surmonter la phase A. groupe”. Abandonner le tennis, “sacrifier” le sport enfant pour faire place au football : “Jusqu’à 12 ans, je jouais beaucoup au tennis, c’est un sport qu’on ne fait qu’avec soi-même et qui aide mentalement à la concentration et à la coordination. Choisir le football, c’est la cire facile parce que je jouais avec des amis, tout était plus léger”.

Leave a Comment