Comment la trahison se prouve-t-elle devant un tribunal ?

Quelles sont les conséquences juridiques de l’infidélité ? Par quels moyens la relation adultère du mari peut-elle être prouvée ? Des preuves illégales peuvent-elles être utilisées ?

L’infidélité est un manquement grave aux devoirs découlant du mariage. Il ne s’agit donc pas d’un pur vice moral, mais d’une véritable violation de l’État de droit. En effet, lorsqu’on se marie, des droits et obligations réciproques naissent pour les deux époux, comme ceux de la cohabitation et, précisément, de la fidélité. Avec cet article, nous nous concentrerons sur un aspect : nous verrons qu’il comment la trahison est montrée au tribunal.

Comme nous le verrons ci-dessous, la jurisprudence est très permissive en termes de preuve d’infidélité : il y a même ceux qui croient que les preuves recueillies illégalement sont acceptables, comme les écoutes téléphoniques et autres comportements qui violent la vie privée. Sans oublier les dossiers de détectives privés, pacifiquement admis. Si le sujet vous intéresse, lisez la suite : on verra ensemble comment la trahison est montrée au tribunal.

Trahison conjugale : que dit la loi ?

La trahison représente un infraction les obligations découlant du mariage. La loi sur ce point est très claire : l’obligation réciproque naît du mariage fidélitéaide morale et matérielle, coopération dans l’intérêt de la famille et cohabitation [1].

La loyauté doit être comprise non seulement dans un sens « physique », mais aussi dans un sens moral. Cela signifie que vous pouvez aussi tromper votre partenaire avec relation platonique.

Ainsi, la fidélité ne signifie pas seulement s’abstenir de relations sexuelles avec d’autres personnes, mais en général s’abstenir de toute sorte de relation romantique.

Trahison : quelles sont les conséquences ?

Les conséquences de l’infidélité peuvent être très graves : la loi [2] en fait, il permet au mari trahi de demanderfardeau du divorce. Qu’est-ce que ça veut dire?

Cela signifie que le conjoint victime de la trahison peut non seulement rompre mais aussi demander au juge d’attribuer la culpabilité avant la fin du mariage à la partie infidèle.

Du fait des accusations, le conjoint tenu pour responsable de la crise conjugale droit à l’entretien et celle de succéder à l’autre époux en cas de décès.

Ainsi, si la femme a trahi son mari, il pourra obtenir le paiement du divorce, de sorte que la femme, même si elle n’a pas de biens, n’a pas droit à la pension alimentaire. En revanche, le droit de garde des enfants reste intact.

Dans des cas extrêmes, ceux qui ont subi la trahison peuvent même demander la indemnisation des dommages si sa dignité a été violée.

Par exemple, la femme trahie peut faire face non seulement à l’accusation de divorce mais aussi à l’indemnisation résultant du fait que son mari l’a humiliée pendant des années en exhibant sa relation adultère.

Cela souligne l’importance de fournir des preuves rigoureuses de trahison devant les tribunaux. Dans la section suivante, nous verrons comment procéder.

Trahison : comment est-elle prouvée devant un tribunal ?

Comment la trahison se prouve-t-elle devant un tribunal ? Vous pouvez le faire de toutes les manières possibles.

Par exemple, vous pouvez prouver l’infidélité de votre conjoint en appelant un témoin les personnes qui ont été témoins de l’affaire extraconjugale. Cependant, les témoins doivent être immédiatement conscients du fait : il n’est pas possible de convoquer des sujets de test qui ont seulement « entendu » parler de la trahison. En effet, l’amant lui-même pourrait être appelé à témoigner.

L’infidélité peut également être prouvée par : Photos, vidéos et documents. C’est le cas du cliché qui surprend les deux amants en flagrant délit en train de s’embrasser, ou de la lettre d’amour que la femme trouve par hasard dans le portefeuille de son mari.

E-mails et messages: Ils peuvent être imprimés, portés devant les tribunaux et utilisés comme preuves (nous reviendrons plus en détail à ce sujet dans la dernière section).

Il est même possible de “demander” les aveux du conjoint infidèle et de demander qu’il soit soumis à interrogatoire. Cependant, il peut mentir de manière flagrante sans conséquences juridiques.

Trahison : Peut-on le juger avec un détective privé ?

Il est possible de chercheur recueillir des preuves de l’infidélité d’un conjoint. Cependant, une chose doit devenir immédiatement claire : le détective privé n’a pas de pouvoirs supérieurs à ceux d’un simple citoyen.

Cela signifie que le chercheur ne peut pas faire des choses qui sont réservées à : Policecomme la perquisition ou l’inspection d’une maison. Tout ce qu’un détective privé peut faire, c’est patiemment traquer son mari infidèle et attendre qu’il se présente avec son amant pour qu’il puisse le photographier ou le filmer dans un lieu public ou ouvert au public.

Les éléments recueillis par l’enquêteur peuvent certainement être utilisés devant les tribunaux pour prouver la trahison. Même détective il peut être appelé comme témoin et dire au juge ce qu’il a vu.

Trahison : peut-elle être prouvée par une atteinte à la vie privée ?

Le problème avec les preuves de trahison est qu’elles ne peuvent souvent être obtenues qu’en enfreignant la loi intimité. C’est le cas, par exemple, des messages et e-mails “volés” du téléphone portable du conjoint adultère, ou des écoutes clandestines par espionnage sur le smartphone ou le PC.

La trahison peut-elle être prouvée avec des preuves obtenues illégalement ? La jurisprudence n’est pas unanime sur ce point :

  • une orientation croit que de telles preuves sont inutilisable. Cette conclusion est atteinte en appliquant également au procès civil la norme prévue pour les jugements criminels selon laquelle la preuve illégale est absolument inutile dans la procédure. [3]. Par exemple, la Cour suprême a déclaré : “L’accès aux éléments de preuve dont l’acquisition effective est directe est exclu” atteinte aux libertés fondamentales et garantis par la Constitution tels que la liberté personnelle, le secret de la correspondance, l’inviolabilité du domicile, se référant à la partie contre laquelle la preuve est utilisée. [4];
  • une autre thèse soutient au contraire qu’en l’absence de règle spécifique prévoyant l’utilité des preuves recueillies illégalement, même dans le cadre d’une procédure civile, ce matériel serait utile, mais le juge peut juger de la portée à sa discrétion.

L’approche la plus restrictive semble préférable, selon laquelle, pour prouver ses raisons, il ne faut pas aller jusqu’à violer la loi et notamment la droit à la vie privée. En conséquence, il ne sera pas possible de prouver la trahison par des preuves illégales.


Remarque

[1] Article 143 cod. civil.

[2] Article 151 cod. civil.

[3] Article 191 cod. pour. stylo.

[4] Étui, expédié. n.m. 8459 du 05/05/2020.

Image de l’auteur : depotphotos.com

Leave a Comment