En Espagne, les anciens partenaires qui maltraitent les animaux ne peuvent pas obtenir la garde des enfants mineurs

L’Espagne a reconnu que les animaux sont des “êtres vivants dotés d’une sensibilité physique et mentale” et franchit une nouvelle étape importante dans la protection des animaux. corrélation entre maltraitance et danger social.

Comme l’ont rapporté le journal La Vanguardia et d’autres médias espagnols, les nouvelles règles du Code civil catalan prévoiront que : quiconque est responsable de cruauté envers les animaux ne peut pas obtenir la garde des enfants en cas de séparation ou de divorce. La nouvelle devrait devenir officielle en octobre, avec l’adoption d’une nouvelle réforme du code civil par le Conseil exécutif de Catalogne et son élaboration parlementaire ultérieure.

La réforme prévoit que les juges ne peuvent accorder la garde d’enfants mineurs aux parents qui reconnu coupable de crimes contre les animauxet qu’ils peuvent révoquer la garde conjointe des enfants dont les parents ont menacé ou maltraité les animaux de compagnie.

Le lien entre la cruauté envers les animaux et la violence sexiste

Si la réforme était approuvée, l’Espagne serait le premier pays à reconnaître le soi-disant “lien”, ou le lien entre la cruauté envers les animaux et le danger social. En Italie, Francesca Sorcinelli, fondatrice et présidente du projet Link, y travaille depuis des années, qui concerne la diffusion et la sensibilisation au thème de la cruauté envers les animaux liée à la violencesurtout à ceux du genre.

Sorcinelli lui-même avait expliqué à Kodami que “la violence et la cruauté sont envers les animaux” caractéristiques spécifiques du danger social. Inséré dans un contexte domestique, si c’est le partenaire qui commet cette violence, c’est un sonnette d’alarme pour les femmes et aussi pour les mineurs. Le projet Link Italia étudie précisément ce “lien”, à savoir la cruauté envers les animaux comme indicateur de danger social et comportements tels que la violence domestique et le harcèlement. Des centaines de cas que nous avons traités ont montré qu’à la maison, en présence d’un partenaire violent, ce dernier menace souvent de blesser et de tuer l’animal, ou blesse et tue afin de créer un climat de terreur envers la femme ou l’enfant. il abuse”.

Menacer de blesser ou de tuer des animaux de compagnie, ou avoir une intention violente en est un stratégie prédatrice très efficace. Toujours Sorcinelli a expliqué que “les femmes ne quittent souvent pas la maison pour ne pas laisser l’animal à la merci du partenaire violent : les données italiennes proviennent de 70%, et ne tient pas compte d’un énorme travail au noir. En Italie, en particulier pour les femmes maltraitées, il est également difficile de décrire cet aspect de la violence, c’est-à-dire le traumatisme et la dévastation psychologique qui découlent du fait de voir un chien, un chat ou un animal de compagnie soumis à la violence ou de savoir qu’il risque d’être torturé ou tué”.

La décision d’inclure dans le Code civil une règle interdisant aux hommes qui ont manifesté des intentions violentes ou un comportement violent reconnaît ces cas et attire l’attention non seulement sur la nécessité de protéger les animaux, mais aussi d’éviter les comportements dangereux et cruels tels que la cruauté envers les animaux. la Violence liée au genre: “Une personne violente maltraite des animaux, maltraite des conjoints et maltraite des enfants – a souligné l’avocate Lourdes Ciurò, conseillère à la justice du gouvernement de Catalogne – La violence envers les animaux n’est pas anodine, toute personne qui maltraite un animal est susceptible d’être maltraitée. Et c’est pour cette raison que nous voulons assimiler le Code civil catalan aux plus modernes et protéger les animaux de ce qui arrive aux familles ».

La nouvelle loi sur la protection des animaux : alimentation et tutelle partagée ou exclusive pour les animaux aussi

Le gouvernement catalan travaille également sur une nouvelle loi sur la protection des animaux qui prendra en compte leurs besoins en cas de : séparation ou séparation. En fait, à ce jour, aucune loi ne l’établit comment se comporter en garde à vueun vide juridique dans lequel le bien-être de l’animal a été établi à la discrétion des juges, peut-être avec l’attribution à qui est propriétaire de la propriétécertifié avec la puce électronique, mais qui en fait ne peut pas s’en occuper.

La nouvelle loi sur la protection des animaux sur laquelle travaille le gouvernement catalan tentera également de combler cette lacune, en permettant aux juges de prendre en compte non seulement les besoins des mineurs, mais également ceux des animaux, établissant ainsi que l’animal “la personne avec lui a un lien émotionnel plus étroit» Et aussi des règles pour la garde partagée et le paiement de aliments pour prendre en charge les soins et les frais nécessaires.

Leave a Comment