Il tourmente sa famille et son amant et la menace de mort : 50 ans arrêté

Le parquet d’Etnean, dans le cadre de l’enquête contre un homme de 50 ans de Catane qui fait l’objet d’une enquête pour violence domestique et extorsion de sa femme et de ses enfants et pour le délit de harcèlement d’une autre femme, a demandé et obtenu un procès détention dans la prison. L’ordre a été émis par le magistrat du tribunal de Catane et exécuté par les carabiniers de la gare de Piazza Dante. Le suspect serait responsable d’agressions à répétition et de violences familiales depuis une quinzaine d’années maintenant. Il aurait également été impliqué dans une liaison extraconjugale pendant environ un an, ce qui a encore aggravé son attitude. Ne manquant jamais une occasion de rabaisser sa femme, le quinquagénaire gaspillait régulièrement ce qu’il gagnait en s’achetant de la drogue et en admettant ses vices, sans contribuer aux dépenses familiales. Il aurait menacé de mort à plusieurs reprises la femme et ses deux enfants (même s’ils étaient mineurs), parfois avec une arme à feu ou un couteau détenu illégalement.

Sa femme a été « invitée » à quitter le domicile conjugal. “Va-t-en ou je te mets le feu à toi et à la maison aussi – dit-il – ou je te jette dans l’acide.” Elle a été poussée, battue, frappée par des jets d’objets divers et parfois elle a aussi dû assister aux coups de son fils qui s’était rendu coupable d’avoir défendu sa mère, puis a été battue à plusieurs reprises par son père à une occasion également avec un fer à repasser et en un autre, derrière lui, avec un poteau routier. Les demandes de sommes d’argent, devenues de plus en plus persistantes au fil du temps, auraient également été adressées aux enfants, qui avaient entre-temps repris un travail et qui, principalement pour éviter des réactions violentes contre la mère, tentaient pour satisfaire les exigences du père. , souvent en état de changement dû à la consommation de drogue et en état d’abstinence. Les relations familiales, rompues depuis un certain temps, étaient devenues insupportables. L’année dernière, la femme avait découvert une liaison extraconjugale de son mari, qui, d’ailleurs, affichant cette relation, aurait nui à sa figure féminine “C’est un modèle – lui aurait-elle dit – c’est mieux que toi, c’est ta maîtresse”.

Mais bientôt les pulsions agressives du quinquagénaire se manifesteraient aussi aux yeux du nouveau partenaire, si après une première connaissance il avait ressenti l’obsession et la nature de l’homme et tenté de l’avoir. Le détenu aurait menacé de mort la femme à plusieurs reprises en lui disant : « Non moi, personne, à moi ou à moi, je te ferai marcher en fauteuil roulant, je te tirerai une balle dans la jambe ». Et s’il refusait d’avoir des relations sexuelles, il l’aurait forcée à conduire avec lui pendant des jours ou à l’accompagner et à rester avec lui sur le lieu de travail. L’homme, conscient de l’addiction de la femme à la drogue, a profité de cette faiblesse pour la convaincre de poursuivre la relation, et a également remis l’argent (souvent extorqué par sa famille) pour prendre d’autres doses à acheter. Début 2022, pour intimider son nouveau coup de foudre, le quinquagénaire lui aurait montré une arme à feu, conservée dans le tableau de bord de la voiture, puis s’en serait également servie en faisant exploser au moins cinq coups contre sa compagne, elle.

La malheureuse, traquée et battue à plusieurs reprises dans la rue, jonchée d’appels téléphoniques et de messages, aurait été constamment recherchée par la quinquagénaire chez elle ou même par l’intermédiaire de sa famille. Agacée désormais, elle aurait jeté son téléphone portable pour ne plus l’entendre sonner et aurait également subi la fin de la relation aux mains de son nouveau partenaire, craignant pour sa propre sécurité, notamment après les coups de feu dans sa voiture. L’homme de 50 ans, bien qu’il ait également reçu un avertissement du commissaire, aurait eu des comportements récurrents, notamment une incapacité totale à se contrôler.

Leave a Comment