“Je télécharge Napoli sur un groupe WhatsApp. La vérité sur Totti, Insigne et Koulibaly”

La passion des fans de Napoli, la révolution estivale sur le marché, la relation avec Aurelio De Laurentiis et Francesco Totti. Luciano Spalletti était le personnage principal d’une longue conférence sur ‘DAZN’ pour le premier épisode de la nouvelle saison de Linea Diletta.

Spalletti et le nouveau Napoli: “Nous recommençons à partir du 4-3-3”

Dans l’interview avec Diletta Leotta, l’entraîneur de Naples a abordé plusieurs sujets, à commencer par le sien notion de football à appliquer à une place exigeante comme celle de la cité napolitaine : “Sur le terrain, j’aime voir une équipe qui veut rivaliser avec tous les adversaires, comme cela s’est produit l’année dernière contre Barcelone : nous avons fait match nul et perdu avec beaucoup de buts à domicile, mais j’ai préféré l’attitude. J’ai vu l’attitude à Naples, même si c’était difficile à dire parce que nous avons marqué deux buts en quelques minutes et fait tellement d’erreurs. En termes de football, Naples est une place importante et ambitieuse et aussi très passionnée. Vous voyez l’amour et la passion dès le début bonjour au matin, j’apprécie, je ne me fâche que lorsque je vois que l’effort des garçons n’est pas reconnu, les fans doivent être rassurés car cela ne manquera jamais. Tactiquement, nous recommencerons à partir du 4-3-3 cela nous a donné satisfaction, dans l’espoir qu’il y ait l’opportunité de développer un jeu remarquable pour un public aussi exigeant et connaisseur, qui a vu Maradona comme le plus fort de tous. Vous ne pouvez rien cacher aux fans de Napoli, ils vous attrapent avec une“.

Regardez dans la galerie

Kvara et Osimhen marquent directement, Napoli montre à Bentegodi : 5-2 à Vérone

Spalletti, Napoli et le groupe WhatsApp “Je serai avec toi”

Ensuite, nous passons aux nombreux changements qui ont traversé le marché cet été, mais qui n’ont pas diminué la personnalité et la compétitivité du groupe. Et il y a aussi de la place pour un retour sur la saison dernière concernant la veille délicate du match à l’extérieur de Turin contre Juventus :Cette année on a beaucoup changé, mais je vois que les nouveaux sont déjà dans la lignée de ceux qui étaient déjà là. Il nous faudra du temps, mais nous avons déjà des leaders et je pense à Di Lorenzo, Rrahmani, Anguissa et Osimhen qui peuvent le devenir. Lorenzo capitaine ? C’était un choix facile, il a les qualités pour se comparer à ses coéquipiers et adversaires. On a aussi un groupe WhatsApp où on se compare souvent, ça s’appelle “Je serai avec toi”, je l’ai utilisé dans les matchs où j’ai été obligé de rester à la maison, comme le match aller contre la Juventus. Je me souviens que tout le monde voulait qu’on ne joue pas pour toute la positivité au Covid mais j’ai écrit que j’étais content qu’ils nous laissent jouer parce qu’on s’entraînait bien et parce que ceux qui étaient là et jouaient peu jusque là s’amusaient bien avaient une opportunité à exploiter ?“.

Leadership Spalletti et Koulibaly : “C’était mon commandant”

L’adieu de Koulibaly e Insigne mais ils laissent un vide : “Koulibaly venait tous les matins dans mon bureau, c’était une caresse de muscles, c’était le vrai influenceur du vestiaire, le commandant : pour moi c’est comme si j’avais perdu un employé. Sur le terrain, il s’est montré avec sa voix et sa force physique, c’était comme être un entraîneur, il a toujours voulu attaquer, récupérer le ballon haut, il disait toujours “mange de la nourriture”, il voulait dire “Mange le terrain, sautons sur lui”. ‘. J’ai fait de mon mieux pour le laisser rester, mais il a pris la décision avec sa famille. Kvaratskhelia est un homme dont on attend beaucoup, il est parti remplacer un champion qui a décidé de faire de nouvelles connaissances. J’ai espéré jusqu’au bout que Lorenzo resterait avec nous, mais au final ça n’aurait pas été bien de le garder
Depuis le début“.

Spalletti et la Révolution de Naples :

voir la vidéo

Spalletti et la Révolution de Naples : “De très hautes ambitions. Et sur le marché…”

“Totti ? Excellente relation, il m’a rendu populaire auprès des séries TV”

Enfin, la relation avec Les Laurentides et celui avec Francesco Totide l’adieu au football du drapeau de Rome à la Séries TV concentré sur la relation entre l’ancien numéro 10 de Giallorossi et Spalletti lui-même : “Avec De Laurentiis, tout le monde parie qu’il serait difficile d’aller jusqu’au bout de la première saison, au contraire on se rencontre souvent. Nous avons nos points de vue, mais pour l’instant, il y a un bon dialogue. Cela me dérange d’apprendre qu’Icardi et Totti sont morts à cause de moi. Ce n’est pas vrai. Icardi n’est pas parti avec moi, mais avec Conte qui aurait pu l’utiliser car il était encore joueur de l’Inter. Totti a été fondamental pour moi en termes de contribution à l’équipe, en termes de personnalité, et si nous rembobinons la bande, tout est clair pour moi. Il a fini quand tout le monde a su que je partais à la fin de l’année, il pouvait continuer. Dans cette Rome, les gens étaient Keita, Maicon, Strootman, Nainggolan, De Rossi. Si je n’avais pas fait ce qu’il fallait, ça aurait été difficile à suivre : si j’avais vraiment fait une erreur avec Totti, il aurait été impossible de terminer deuxième derrière Napoli. La série TV? J’en ai entendu parler, je l’ai regardé un peu, ce qui ne va pas c’est qu’il avait la substance pour le faire tout seul et il l’a fait sur moi, ça a fait de moi un personnage très populaire. Il y avait deux ou trois scènes que s’il me l’avait demandé, je l’aurais volontiers prêtée, il aurait fait un boom d’audience. Un jour je ferai le mien…“.

Inscrivez-vous au Corriere dello Sport Fantasy Championship : Mister Calcio CUP

Leave a Comment