Le propriétaire peut-il interdire la garde d’animaux ?

La propriétaire d’une maison peut empêcher les locataires de garder des animaux domestiques ? Un doute qui peut facilement surgir lors de la recherche d’un appartement comme auprès d’un locataire. Mais que dit la loi en ces occasions, et à quel moment l’opinion des autres dans un immeuble importe-t-elle ?

A cet égard, la jurisprudence est assez claire : il est fondamental lorsqu’ils sont insérés les éventuelles clauses relatives à la possibilité de garder des animaux sont incluses dans le contrat de bail. Voyons donc ci-dessous comment cela fonctionne et quelles sont les obligations des propriétaires et des propriétaires d’animaux dans ces situations.

Quand le propriétaire peut interdire la garde d’animaux

Le propriétaire n’a pas le droit ou la capacité d’interdire un locataire d’amener et de garder un ou plusieurs animaux de compagnie, sauf si cela est explicitement indiqué par une clause spécifique du contrat. Cette interdiction, à savoir que le propriétaire du bien a le droit d’entrer, n’est pas présente dans les contrats types et doit être ajoutée explicitement à la demande du bailleur.

pratique, quand tu loues une maison le locataire ne peut être empêché de détenir des animaux, sauf si cela a été préalablement ajouté au contrat et également précisé au locataire, qui doit avoir pris connaissance dudit contrat, y compris la clause, l’accepter librement, signer le contrat. Sinon, le locataire a toujours le droit de garder un ou plusieurs animaux avec lui, même après être entré dans la maison, tant que cela n’entre pas en conflit avec le règlement de la copropriété.

La le propriétaire ne peut pas menacer d’expulsion le locataire après l’adoption d’un animal dans les cas où la clause correspondante n’est pas présente. Il ne peut être ajouté ultérieurement au contrat obligeant le locataire à l’accepter sauf s’il expire et peut être renouvelé. Si, en revanche, il était présent depuis le début et que vous emmenez un animal, son non-respect entraînerait la résiliation du contrat pour inexécution par le locataire, l’obligeant à quitter la maison.

Si vous vivez à louer, vous devez avant d’adopter un animal de compagnie:

  • assurez-vous que ce n’est pas interdit par le bail;
  • vérifier qu’il n’enfreint pas les règles de construction.

Interdit sur la copropriété

Avec la réforme de la code civil 2012 les copropriétés ne peuvent interdire aux copropriétés, louées ou non, de garder des animaux. Cela signifie que, sauf dans certaines situations, un immeuble ne peut pas empêcher une personne d’avoir un animal de compagnie et il n’y a généralement pas d’appartements sans animaux en Italie.

Cependant, cette règle n’empêche pas un propriétaire d’interdire aux locataires d’adopter et d’ajouter une clause au contrat. Mais dans quelles situations l’ensemble de la copropriété a-t-il la capacité d’empêcher un locataire de garder des animaux de compagnie ?

Unanimité des copropriétés

En cas de tous les appartements, propriétaires d’appartements, décidez d’inclure une interdiction de garder des animaux dans le statut de copropriété ou choisissez d’introduire des limites (telles que le nombre ou la taille), alors le bâtiment peut être considéré comme sans animaux. Dans cette situation, donc, l’avis d’une personne habitant la location n’a pas d’importance, puisqu’elle ne peut assister et voter aux assemblées de copropriété qu’avec une procuration spécifique.

L’ambiance dans ce cas devrait être absolument unanime, et ne peut être votée à la majorité simple, et l’interdiction peut être discutée et levée lors des prochaines assemblées, sous réserve de la procédure requise par la copropriété, avec un seul vote contre ou abstention. Un propriétaire qui loue un appartement dans une copropriété sans animaux a le devoir d’avertir les locataires potentiels de cette situation.

Au cas où le l’interdiction a été discutée plus tard qu’un bail a été signé, le bailleur devra discuter de la situation avec les locataires et leur demander leur avis (notamment en cas de location longue durée), afin d’éviter tout malentendu.

Enfin, rappelez-vous que le tribunal de Cagliari, avec le règlement n. 7170/2014 du 22.07.2016 a déterminé que toutes les interdictions de copropriété incluses dans les différents règlements, également adoptés à l’unanimité, doivent être considérées comme nulles et non avenues avant la réforme susmentionnée et doivent donc être rediscutées et révisées, conformément au nouveau lois dans ce domaine. .

Devoirs et droits du propriétaire de l’animal

La propriétaire d’un animalQu’il soit loué ou non, il a certaines obligations envers les autres copropriétés. C’est pour s’assurer que l’animal ne dérange pas les autres occupants de l’immeuble, dans les limites du bon sens, et qu’il ne contamine ni ne détruit les parties communes, en réparant immédiatement tout dommage.

La locataire de plus, il doit également s’assurer que son animal de compagnie n’endommage pas les meubles et les bâtiments d’autrui. Dans les deux cas, il est impératif que toutes les parties impliquées agissent avec bon sens. Il est normal qu’un chien aboie de temps en temps. Le bruit, surtout en ville et dans un immeuble, est normal. Au contraire, il est bon de rappeler la présence de règles spécifiques concernant la quantité et les délais dans lesquels il est permis de faire du bruit sans que des tiers puissent s’en plaindre.

Mais si cela arrive trop souvent, et/ou toujours pendant les heures de repos, et que de plus en plus de personnes se plaignent, il faudra procéder par exemple à l’isolation acoustique de votre bâtiment.

En général, cependant, le propriétaire d’un animal de compagnie est protégé par ce qui est stipulé dans le Code civil, qui stipule : à l’article 1138 dans un immeuble, “les règles de l’ordonnance ne peuvent interdire la possession ou la garde d’animaux de compagnieCes relations sont en effet considérées comme garanties comme toute autre relation familiale.

Leave a Comment