“Pour” The Times “La Calabre est le centre de la mafia, je suis prêt à signaler”

CATANZARO « Pour « The Times », la Calabre est le centre de la mafia. Un titre inquiétant (modifié par la suite), imprégné de stéréotypes banals, pour un article qui parle de l’entente avec les médecins cubains. Notre Région en a marre de ces clichés. Je suis prêt à dénoncer le journal britannique ». Il l’écrit Twitter Roberto Occhiuto, Président de la Région Calabre.

Magorno : “Titre honteux”

« « Le cœur de la mafia engage des médecins cubains » : c’est le titre changé par la suite par Fois concernant l’histoire de l’arrivée des médecins cubains en Calabre. C’est un acte honteux, le nôtre est un beau pays habité par d’honnêtes citoyens qui oeuvrent chaque jour pour un avenir meilleur, loin de tout stéréotype. Nous continuerons à parler des nombreux talents de la Calabre pour briser ce mur absurde de préjugés ». Le sénateur d’Italia Viva, Ernesto Magorno, l’a rapporté sur Facebook.

Mancuso : “Représentation révélatrice de la matité”

Même le président du conseil régional Filippo Mancuso critique la publication du journal britannique : « Un rendu culturellement agrammatical, révélateur de la lourdeur mentale et des intentions délibérément calomnieuses d’une région italienne dont l’écrasante majorité de citoyens souffrent et s’opposent à la mafia. L’action de rationalisation que la Région met en place dans des secteurs fondamentaux comme la santé dissuade naturellement ceux qui ne veulent rien changer. Mais le renouveau, en toute légalité, se poursuivra, malgré le fait que circulent de vieux stéréotypes et préjugés sur la Calabre que pour “The Times” même, par rapport à l’histoire des médecins cubains, “le centre de la mafia”. Mais peut-on être aussi grossier et plein de préjugés sans en subir les conséquences ? ».

Le slip de “The Times”

L’affaire est survenue le matin, lorsque le journal anglais “The Times” définit la Calabre comme le centre de la mafia. L’article a été rédigé par Tom Kington, correspondant italien du journal britannique : « Le cœur de la mafia embauche des médecins cubains, tandis que les médecins italiens fuient la région. Un billet commenté par le journaliste : “Pour remplacer les médecins italiens fuyant la bureaucratie, les dirigeants locaux incompétents aux nominations politiques, la corruption et les clans mafieux qui régulent les contrats, la Calabre va prendre près de 500 médecins cubains.” L’article est également paru dans la version imprimée du journal britannique sous le titre Encore plus controversé (Médecins cubains embauchés pour les “hôpitaux de la mafia” ou “Médecins cubains embauchés pour les “hôpitaux de la mafia”)cite ensuite l’ancien commissaire calabrais à la santé Massimo Scura “qui a géré les soins de santé dans la région de 2015 à 2018” et a déclaré “il avait embauché des médecins en Calabre mais a déclaré que personne n’accepterait une ville, Locri, où l’hôpital était contrôlé par le ” mafia Ndrangheta.” Dans la suite de l’article on lit que “Un médecin a été tué par la mafia pour avoir tenté de changer les choses” et un directeur d’hôpital qui essayait juste de déplacer des infirmières d’un service à un autre s’est fait dire qu’il ne pouvait pas. Ensuite, il y a de la place pour Nicola Altiero, un enquêteur anti-mafia italien de haut niveau, qui, écrit le journal, « a déclaré en février que le contrôle de la ‘Ndrangheta sur les hôpitaux calabrais signifiait que les hommes avaient la garantie d’un traitement prioritaire ». Le système de santé de la région est géré par Rome depuis 2010 – écrit le Times – ajoutant : “Une couche de bureaucratie qui a ralenti l’embauche de nouveaux médecins”, citant Anna Sergi, professeur de criminologie calabraise qui enseigne à l’Université d’Essex. “Une partie du budget annuel de la santé de la Calabre de 3,5 milliards d’euros a diminué en raison de la corruption”, a-t-il ajouté. Le titre a ensuite été changé au cours de la matinée.

Leave a Comment