Les 5 chansons que vous devez absolument connaître de Blanco

Il est le phénomène musical de l’année et son succès auprès du public est évident à chaque étape de son Circuit Bleu Céleste, le premier de sa carrière. nous parlons de Blancle jeune de 19 ans de Brescia qui a envoyé les sites de musique en streaming dans une spirale descendante pendant près de deux ans, ce qui représente un véritable changement dans la musique italienne, surtout celle qu’écoutaient les plus jeunes de la GenZ.

Des grands succès avec lesquels il a commencé son voyage musical, tels que Notre chansonavec Salmo et Mace le tube de l’été 2021, Tu me rends fouà la chanson gagnante de Sanremo 2022, Des frissonschanté en tandem avec son ami et collègue Mahmood.

Il n’a qu’un seul album à son actif, bleu célestemais il y a beaucoup de chansons qu’ils ont apportées avec eux Riccardo Fabbriconic – son vrai nom – pour rester au sommet des charts italiens pendant des mois et des mois. Dans cet article, cependant, nous aimerions cinq chansons que seuls les vrais fans de Blanco connaissentc’est-à-dire ces chansons du passé, peut-être plus sourdes, mais cachant la véritable essence du jeune artiste Brescia.

bleu céleste

Quand, quand le ciel devient bleu
je ne pense qu’à toi
Qui sait comment tu es là-haut
chaque nuit
C’est bleu ciel
C’est bleu ciel
C’est bleu ciel
Le ciel est aussi bleu que ton nom
Bleu comme l’encre de ce stylo
Qui écrit des mots sans les penser ?
Et je ne peux pas vivre sans
J’ai la raison pour laquelle il ralentit
Toute ma culpabilité
Et il n’y a pas de monstre pour me le prendre
Et je me couvrirai
Comme j’apprends à accepter
Que si le temps a déjà fait ça
Maintenant tu es un souvenir de moi
Un souvenir imaginaire de moi
Du frère que je souhaite
Né au mois du Verseau
Je serais le poisson et toi le requin
Nous sommes parfaits pour rêver
tu serais majeur
J’ai seize ans maintenant
je pars pour dix-sept
je fêterai seul
Encore un anniversaire fou
Quand le ciel devient bleu
je ne pense qu’à toi
Qui sait comment tu es là-haut
chaque nuit
C’est bleu ciel
C’est bleu ciel
C’est bleu ciel
Quand le ciel devient bleu
je ne pense qu’à toi
Qui sait comment tu es là-haut
chaque nuit
C’est bleu ciel
C’est bleu ciel
C’est bleu ciel
J’avais un poids à l’intérieur
Un poids à soulever
J’ai mis du temps à te dire
Sous les lumières de cette chambre
Tout un désastre
Tout devait être parfait
Quand les lumières sont éteintes, j’aimerais t’écrire dans le noir
Comme, na-na-na, juillet
Comme vous écrivez inconsciemment
Comme, na-na-na, murmure
Comme, na-na-na, sombre
Dans le noir
Quand le ciel devient bleu
je ne pense qu’à toi
Qui sait comment tu es là-haut
chaque nuit
C’est bleu ciel
C’est bleu ciel
C’est bleu ciel
Quand le ciel devient bleu
je ne pense qu’à toi
Qui sait comment tu es là-haut
chaque nuit
C’est bleu ciel
C’est bleu ciel
C’est bleu ciel

lucioles

Si tu es mort la nuit dernière
Chante une chanson
Ici seul dans une voiture
Pour un million de lucioles
Colère et passion
Cent quatre vingt coeur
Tu me diras quoi ? (euh)
Tu ne me connais pas, non, tu ne me connais pas
Tu ne me connais pas

Ush, pa-pa, ush, pa-pa
J’ai peur tout-ta, tout-ta
Cette attente ne suffit pas
Il ne couvre pas la douleur
Comme si c’était une drogue
Ma dose de morphine

Je ne sais plus où est ta maison
Si tu es mort la nuit dernière
Dans un bûcher de flammes
Je vendrais mon âme, ah
Ce qui ne vaut pas un centime
Quelle larme, ah
Qui sait où ça a fini
je ne sais pas si
Si je la trahissais, si je la revoyais
Et dans ma vie beaucoup d’excuses merdiques
Seulement gratter après cette nuit
Sur mon corps comme un graffiti
ils me couvrent

Ce train n’a pas de freins
je veux arrêter
Il coule comme du poison
Je ne veux plus m’enfuir
J’embrasse la douleur
ferme tes yeux
Sans la peur de les rouvrir
La colère et la passion, oh
Cent quatre-vingts cœurs, oh
Tu me diras quoi ? Oh
Tu ne me connais pas, non, tu ne me connais pas
Tu ne me connais pas

Ush, pa-pa, ush, pa-pa
J’ai peur tout-ta, tout-ta
Cette attente ne suffit pas
Il ne couvre pas la douleur
Comme si c’était une drogue
Ma dose de morphine

Je ne sais plus où est ta maison
Si tu es mort la nuit dernière
Dans un bûcher de flammes
Je vendrais mon âme, ah
Ce qui ne vaut pas un centime
Quelle larme, ah
Qui sait où ça a fini
je ne sais pas si
Si je la trahissais, si je la revoyais
Et dans ma vie beaucoup d’excuses merdiques
Seulement gratter après cette nuit
Sur mon corps comme un graffiti
ils me couvrent

Aphrodite

Bébé Blanchito
Michel-Ange, donne-moi des ailes, ah

Tuer une émotion
Laissez-le brûler au soleil
L’étouffer avec de la drogue
Dans un bain d’alcool
Cette odeur d’été
Les fêtes sur les bateaux
Sous une mer calme

Droit comme l’asphalte

Le paradis, non, n’a pas de taches de rousseur ce soir
La lune, en revanche, est attachée aux fenêtres
Mes pupilles se retirent dans le noir
Je m’endors, dans ce trou je suis seul
Même si je me promène comme si j’étais un clochard
Et je me sens comme un gouffre sans fond
À la recherche de quelque chose de nouveau
Puis-je combler ce vide

Comme je me souviens de la première fois
La première fois en tant qu’amant
Je n’ai jamais essayé cette saveur
Tu es quelque chose qui n’a jamais été
J’ai rêvé de toi
Aphrodite, tu es quelque chose qui n’a jamais été

Paix
Que quand la peur est écrasante

Réessayer

Augmenter mes endorphines
Rends-moi plus heureux ce soir
Donne moi une raison de vivre
Une autre raison de sourire
Que ce vide me remplisse

Comme je me souviens de la première fois
La première fois en tant qu’amant
Je n’ai jamais essayé cette saveur
Tu es quelque chose qui n’a jamais été
J’ai rêvé de toi
Aphrodite, tu es quelque chose qui n’a jamais été
Tu es quelque chose qui n’a jamais été

Quand tu as appelé, je me suis enfui
je suis venu en courant
Nous sommes pieds nus
Au-dessus des barbelés
Je ne t’ai pas demandé pourquoi ?
sans vouloir les choses
je suis venu seul
Je ne cherche que toi

Tuer une émotion
Laissez-le brûler au soleil
L’étouffer avec de la drogue
Dans un bain d’alcool
Cette odeur d’été
Les fêtes sur les bateaux
Sous une mer calme
Droit comme l’asphalte

Jusqu’à ce qu’ils m’enterrent

Bébé Blanchito
Michel-Ange, donne-moi des ailes

Même si tu as la vie
Je suis d’accord
Jusqu’à ce qu’ils m’enterrent
Je suis d’accord
Je veux toujours vivre le frisson
Être avec toi
Être avec toi

Être avec toi

Pendant que tu dormais sur la pelouse, oh-oh-oh
Chaque erreur que j’ai appréciée, oh-oh-oh
Même tu m’as poignardé, oh-oh-oh
j’aurais aimé
j’aurais aimé

Et je dis “Ah” pendant que tu te frottes les yeux
Et je dis “Ah” pendant que tu fais encore des gestes
Non, non, tu ne comprends pas ce que je te fais
je peins ton corps
Même si tu as la vie
Je suis d’accord
Jusqu’à ce qu’ils m’enterrent
Je suis d’accord
Je veux toujours vivre le frisson
Être avec toi, être avec toi
Être avec toi

Même si tu as la vie
Je suis d’accord
Jusqu’à ce qu’ils m’enterrent
Je suis d’accord
Je veux toujours vivre le frisson
Être avec toi, être avec toi
Être avec toi

Je cherche un sentiment, mais ce n’est pas là, hein
Où est le sens alors ? euh
nous sommes lapidés
Mes articulations sont brûlées
Peu importe combien de temps
moi aussi je peux oublier
j’y pense à chaque fois
Maintenant ça ne fait plus mal

Et je dis “Ah” pendant que tu te frottes les yeux
Je dis “Ah” tout en gesticulant
Non, non, tu ne comprends pas ce que je te fais
je peins ton corps

Même si tu as la vie
Je suis d’accord
Jusqu’à ce qu’ils m’enterrent
Je suis d’accord
Je veux toujours vivre le frisson
Être avec toi, être avec toi
(être avec toi)
Même si tu as la vie
Je suis d’accord
Jusqu’à ce qu’ils m’enterrent
Je suis d’accord
Je veux toujours vivre le frisson
Être avec toi, être avec toi
Être avec toi

Pornographie

Bébé Blanchito
Michel-Ange, donne-moi des ailes, ah

Il y a des gens qui ne savent pas
Et je ne sais pas quoi faire, oh
Il y a des gens qui ne peuvent pas
Et tu ne peux pas me supporter, oh
Pour moi il n’y a pas de règles, pas de règles
Ceci, bébé, est ma disposition, disposition
J’aimerais que tu l’essayes, comme une drogue

Je voudrais te le donner, comme une rose

Tu le fais jusqu’à ce que tu te défoules
Jusqu’à ce que tu te calmes
(Un, deux, trois, hein, hein)

Oh, enlève cette robe (Eh-eh-eh)
Oh ciel blanc
Allongé sur les rails, fumant, se parlant à lui-même
Tu me touches et me regardes pendant une heure, hein
C’est de la pornographie, c’est de la pornographie

Ce sexe est de l’art
Un tableau gigantesque
Tout le monde peut comprendre que
Mais personne ne sait gérer
Pour moi il n’y a pas de règles, pas de règles
Ceci, bébé, est ma disposition, disposition
J’aimerais que tu l’essayes, comme une drogue
Je voudrais te le donner, comme une rose

Tu le fais jusqu’à ce que tu te défoules
Jusqu’à ce que tu te calmes
(Un, deux, trois, hein, hein)

Oh, enlève cette robe (Eh-eh-eh)
Oh ciel blanc
Allongé sur les rails, fumant, se parlant à lui-même
Toi qui me touche et me regarde pendant une heure
C’est de la pornographie, c’est de la pornographie
Oh, enlève cette robe (Eh-eh-eh)
Oh ciel blanc
Allongé sur les rails, fumant, se parlant à lui-même
Tu me touches et me regardes pendant une heure, hein
C’est de la pornographie, c’est de la pornographie

Leave a Comment