la pharmacie municipale de Valmontone est mal partie

La pharmacie municipale du Valmontone Outlet est à bout de souffle. Et un dur rapport de la Special Company explique pourquoi

La pharmacie municipale de Valmontone ne va pas. Selon des sources qualifiées, des pertes économiques auraient été subies dans les premiers mois de gestion et seraient absorbées. D’ici la fin de l’année, les comptes pourraient s’améliorer sous certaines conditions, mais la gestion de l’activité pourrait aussi absorber les bénéfices que réalise chaque année la société municipale spéciale.

Pour améliorer les performances de l’entreprise, il serait nécessaire d’étendre les services, peut-être de mieux aligner l’activité avec les magasins du centre commercial, ou éventuellement de déménager. Fondamentalement, vous devez “redresser la barre”. Comme l’a dit le conseiller municipal Piero Attiani : “La pharmacie est devenue un problème : elle devait nous sauver et à la place il faut la sauver”.

Le dur rapport signé par le directeur de la Valmontone Special Company

Quels sont les problèmes?Le directeur général de la société spéciale de Valmontone, Antonio Filonardi, les a mis noir sur blanc dans un rapport dur qui a été largement enregistré il y a un mois. « Le manque de définition des rôles et des compétences – a écrit le réalisateur – a conduit à des biais par rapport au projet initial, qui a au moins gardé l’objectif d’ouvrir l’entreprise de pharmacie ».

“La réalité est des complications bureaucratiques, des difficultés à recruter du personnel spécialisé, un manque de convergence pour l’identification des directeurs de pharmacie, des problèmes structurels – a poursuivi Filonardi -, a entraîné un report de l’ouverture initialement prévue en novembre 2021 et pas avant avril 2022 ″.

Dans le projet initial, le magasin devait être “Profiter des millions de fréquentations prévues au point de vente chaque année”. Et au lieu de « La réalité de ces quatre mois de gestion – a écrit le réalisateur – voit que le projet initial dépend de possibilités qui ont été négligées”. Le problème? L’emplacement “Defilata s’est avéré carrément négatif et contre-productif”. La Compagnie et la municipalité ont donc dû se mettre à l’abri. Et à partir du 4 mai, ils ont trouvé un accord avec l’Outlet pour fixer à nouveau le loyer à trente mille euros “Avec la reconnaissance d’une prime liée aux six premiers mois d’ouverture”.

Le “cours au choix” nécessaire et la proposition de location de l’unité commerciale

De la compagnie est venu un appel désespéré à la municipalité. Celui de faire un “choix de terrain” pour donner des résultats immédiats, et c’est en même temps “Risqué et non étayé par des résultats possibles qui pourraient objectivement conduire à un brillant avenir de développement”. Le choix est de donner au service un “Connotation purement personnelle”. Comment faire cela sans perdre la gestion du service ? La proposition de la société spéciale est de louer l’unité commerciale à un particulier.

“La pharmacie municipale devait être le sauvetage et au lieu de cela, c’est devenu un problème”

Des mots inquiets viennent de la politique valmontonaise. Les prononcer était Piero Attiani, conseiller de l’opposition, selon qui la gestion de la pharmacie est devenue un problème pour la même municipalité de Valmontone.

« Je suis préoccupé par la gestion par la société municipale ASSIC – dit Attiani –, le pouvoir exécutif de la municipalité. Apparemment la direction n’est pas à la hauteur de son rôle. Toutes les prévisions faites pour 2022 se sont révélées fausses : les frais de personnel ont augmenté et des recrutements ont également été faits pour la pharmacie municipale, qui pèsent sur l’entreprise 200 000 euros par an ».

L’administration Latini nous avait dit qu’avec l’ouverture de la pharmacie tous les problèmes seraient résolus – poursuit l’échevin –, car le point de vente aurait apporté à l’entreprise un énorme revenu. Mais il n’en est rien, en effet la pharmacie est à bout de souffle durant ces quatre mois, à tel point que l’administration envisage d’en confier la gestion à quelques particuliers. La pharmacie devait résoudre les problèmes de chacun – ajoute Attiani – et à la place c’est devenu un problème : il fallait sauver l’église et à la place il faut la sauver ».

« Les objectifs seront atteints d’ici 12 à 18 mois. Nous confions la gestion à une personne privée”

Le conseil municipal, de son côté, tente de “faire un morceau”. Il ne s’agit pas de perdre, il s’agit de “Il faut du temps pour faire fructifier les bénéfices”. Le maire Alberto Latini et le commissaire Giulio Pizzuti confirment essentiellement que les objectifs déclarés seront atteints dans les 12 à 18 mois estimés. Mais en même temps, ils annoncent qu’ils ont décidé de faire don de la pharmacie à un particulier moyennant une cotisation annuelle. À cet égard, voici la position du maire Alberto Latini et du commissaire Giulio Pizzuti :

Comme toute nouvelle activité commerciale, la pharmacie communautaire de Valmontone a besoin de temps pour augmenter ses revenus et atteindre son niveau économique attendu. Cependant, la tendance de cette première phase est positive car la croissance est progressive et constante et atteindra ses objectifs dans les 12/18 mois habituels.

La municipalité de Valmontone, en tant qu’organisme public lié aux budgets rigides, a manifestement des difficultés à gérer les fluctuations normales dans le secteur privé et afin d’assurer la stabilité des comptes, nous avons décidé de reprendre la gestion de la pharmacie à travers un organisme public appel d’offres, à un particulier qui nous garantit un revenu fixe et sécurisé au moyen d’une cotisation annuelle.

Cependant, il faut dire que, par rapport à l’investissement réalisé dans l’aménagement des locaux dans lesquels elle se trouve, le lancement de la pharmacie a apporté un certain avantage économique à la commune, puisque la propriété de la pharmacie avec la commune reste . Municipalité et pour la start-up, nous avons augmenté le capital de départ environ 3 fois. Sans oublier qu’avec la pharmacie, nous avons créé des emplois à Valmontone, fourni un service importé aux citoyens et contribué à l’économie locale..

Hormis les attentes en rose, le service s’occupera du paiement des salaires, du besoin d’encaisser et éventuellement du paiement du loyer à l’Outlet. Et chacun espère, dans l’intérêt du trésor public, que la situation sera maîtrisée.

Aime rester informé

Leave a Comment