Vlahovic, l’illusion de la Juve. Abraham a égalisé et seuls les Roms se sont réjouis

TURIN – Match nul 1-1 de la Juventus à domicile face à la Roma. Beau et vif, court et rapide au départ, avec un beau but de Dusan Vlahovico sur un coup franc sous la barre. Ensuite, c’est une femme distraite et énergique. Le rythme baisse et l’équipe d’Allegri perd son mordant : alors le cobra Abraham coups et tirages. Même les débuts de Milik sous le maillot noir et blanc ne suffisent pas à récolter trois points qui valaient beaucoup. L’entrejeu est trop vallonné, trop de blessés (Rabiot cette fois) et peu de ressources quand il faut régler le match. Kostic ne pique toujours pas, Cuadrado ne rayonne pas beaucoup et quelque chose ne va pas. En définitive, elle manque de contenu pour dominer et retenir la Roma. Demi Joya, pourrait-on dire. Celui qui reste suspendu… Pour les deux équipes. Mais au final Mou applaudit plus que Max et la Juventus commence à perdre trop de points au classement. Ce n’est pas assez, en championnat et en Ligue des champions ce sera pire : on a besoin de l’homme qui donne des idées, Leandro Paredes, et on a besoin d’Angel pour revenir de Maria et Paul Pogba. Ce n’est qu’avec eux que la différence se fera, sinon cela deviendra souffrance. Avec tout. Et Dybala? Placez l’aide, sort en applaudissant. Le sien l’a fait. La Juve, en revanche, reste dans les limbes.

LES CHOIX Allegri déploie une arrière-garde brésilienne avec Danilo au centre avec Bremer et Alex Sandro à gauche (dans les tribunes Matheus Bachi et Fabio Mahseredjian, deux émissaires de l’entraîneur verdeoro Tite, venus surtout voir Gleison de près). Au milieu, il se concentre sur Miretti avec Locatelli et Rabiot ; pour Kostic et Cuadrado avec Vlahovic, Milik part du banc. Mourinho place Matic avec Cristante et place Dybala et Pellegrini derrière Abraham.

LA FOUDRE DE DUSAN Ambiance palpitante dans le stade et premier refrain de la Juventus Sud pour Joya : « Dybala under the curve ». Ovation pour l’Argentin alors que les formations lisaient à haute voix, en particulier les autres Giallorossi et Mourinho étaient hués. Un gros câlin entre le Portugais et Allegri, pour la dispute qui vaut beaucoup, en ce début de saison. A 2′, après une entame endiablée, la Juve passe avec Vlahovic sur coup franc (bon Cuadrado pour avoir pris la faute de Matic) : laissé sous la barre comme un grand bombardier. Golazooo par Dusan et le stade explose. Attitude agressive des bianconeri et Kostic essaie aussi. Bremer est sous pression : l’équipe est très grande, traînée dans les tribunes par le public. Le premier jaune est pour Locatelli qui barre la route à Dybala. Les cœurs s’échauffent, le stade est un gouffre à mille décibels. A 1, Alex Sandro l’écarte un peu de loin. Spinazzola, en revanche, est une horreur, par intermittence. Moult Patricio de main en main évite le danger. Bref, un beat and beat remarquable. Contre-attaque fracassante de la Juve à la 16′, emmenée par Miretti : Cuadrado tire au but, mais Rui Patricio réagit. Miretti a de la personnalité : il nettoie les balles et mène les danses en avant, jouant toujours verticalement ; Rabiot est aussi dans la journée. A la 25′ encore un break de Vlahovic, puis de Cuadrado vers Locatelli qui double d’une frappe à effet placé. Pourtant, le Var annule avec le handball de Dusan ; juste comme ça. Matic au milieu fait une porte. Splendide Kostic pour Miretti : Smalling dans le corner. Sur coup franc, Cuadrado intervient sur Rui Patricio, mais prend le devant de la scène. Le deuxième coup franc du match de Vlahovic va dans le coin, une occasion manquée. Jaune aussi pour Cristante sur Rabiot. Et une bonne première mi-temps se termine par un score de 1-0 pour la Juve.

ESCARGOT D’ABRAHAM Changements de protocole d’entente : au sein d’El Shaarawy et de Zalewski. Le début est noir et blanc. Puis la Roma place le centre de gravité plus haut : beau duel Bremer-Abraham. Minute 53 : Cuadrado s’échappe mais tire mal, dans la surface. Rabiot s’arrête et demande de la monnaie (se touche la cuisse). Zakaria entre. Les équipes reprennent un peu leur souffle, par contre le rythme a été remarquable et la Juve contrôle du mieux qu’elle peut. Abraham est constamment dangereux. Szczesny est ici. Mais quelques secondes et l’Anglais a égalisé à la 69e minute. Belle assistance au vol de Dybala (cinquantième en Serie A) et Stadium réduit au silence. La Juve tente de répliquer avec Zakaria, les Giallorossi sont prêts à tirer. Désormais tout résultat est possible, la course est très ouverte. En dehors de Miretti et Cuadrado, à l’intérieur de Milik, au début, et McKennie. Joya sort également, sous les applaudissements et les sifflets. Maintenant, l’équipe d’Allegri risque gros, avec les rafales de Giallorossi. A 83 minutes le bout du monde dans la Juve : des trucs Var Locatelli sortent, voilà Rovella. Alors Kean pour Vlahovic. Ça va par éclairs, avec un esprit brouillé. Il y a aussi Chiesa sur la touche qui souffre des arrêts de jeu. Et c’est ainsi que ça se termine, 1-1 avec les heureux garçons de Mourinho et les déçus Bianconeri.

Les premières formations

JUVENTUS (4-3-3) : Szczesny ; De Sciglio, Danilo, Bremer, Alex Sandro ; Miretti, Locatelli, Rabiot; Cuadrado, Vlahovic, Kostic. Troupeaux d’Allegri.
ROME (3-4-2-1) : Moult Patricio ; Mancini, Smalling, Ibanez ; Karsdorp, Cristante, Matic, Spinazzola ; Pellegrini, Dybala; Abraham. Troupeaux de Mourinho.
ARBITRE: Irrati de Pistoia

Inscrivez-vous au Tuttosport League Fantasy Championship et gagnez de superbes prix !

Leave a Comment