Combien coûte la révision des millièmes tables ?

Dans une copropriété, les tables des millièmes servent à identifier la valeur des unités foncières individuelles pour la répartition des charges communes et à calculer les quorums aux assemblées. Créer, corriger et modifier les millièmes tableaux.

L’appartement que vous habitez, qui est le vôtre, est situé dans une copropriété. Si vous vous comparez aux autres copropriétés, vous pensez que vous payez le coût de la copropriété plus que ce que vous devez. Comment pouvons-nous résoudre le problème? Simple, il faut demander la révision des millièmes tables. Dans cet article nous allons vous expliquer la démarche à suivre pour cet e combien coûte la révision des millièmes tables ?. Ces derniers ne sont en effet pas immuables, mais peuvent être modifiés ou corrigés en fonction des besoins spécifiques.

Par exemple, considérons la copropriété qui achète l’appartement à côté du sien et de la fusion des deux unités immobilières, il obtient une maison plus grande. Dans ce cas, il est nécessaire de modifier les millièmes tables, puisque les proportions initiales de la propriété détenue par la copropriété en question ont été modifiées. A l’inverse, si une erreur est constatée dans les millièmes tables, une correction doit être apportée.

Mais voyons d’abord concrètement comment il est possible de changer les millièmes tables et combien coûte leur révision, il est bon de préciser ce que sont les millièmes tableaux et comment ils sont préparés.

Quelles sont les millièmes tables ?

La millième tableaux ils font partie intégrante du règlement de copropriété et représentent les parts de propriété dans la copropriété. Ils s’expriment par le rapport entre la valeur de chaque unité foncière et la valeur de l’ensemble de l’immeuble, égale à 1 000, d’où leur nom.

D’une part, les millièmes tableaux visent à établir le montant de la contribution de chaque copropriété dans la répartition des charges liées aux biens communs, d’autre part ils servent à déterminer les quorums constitutifs et délibératifs en copropriété- pour calculer les assemblées.

Dans chaque copropriété il peut y avoir plusieurs millièmes tables :

  1. le plus important, normalement “tableau des propriétés», qui représente les valeurs proportionnelles des différents biens et sert à répartir l’essentiel des charges de la copropriété ;
  2. et ceux associés àutilisation de propriétés communes. Il est possible que toutes les copropriétés n’utilisent pas les parties communes de la même manière (voir par exemple l’utilisation de l’ascenseur par le propriétaire d’un appartement au rez-de-chaussée par rapport à celle du propriétaire d’un appartement au dernier étage). Ainsi, dans un immeuble à appartements, il peut y avoir le tableau pour les escaliers (tableau B), pour l’ascenseur (tableau C), pour le chauffage (tableau D), pour le nettoyage et l’éclairage du couloir (tableau E), pour le coût de toit et toits plats (tableau F), pour le coût des égouts (tableau G), etc.

Les tableaux des millièmes sont obligatoires lorsque le nombre de bémols est supérieur à 10.

Comment sont disposées les millièmes tables ?

Là bas rédaction des millièmes tableaux elle doit être réalisée par un technicien (un géomètre, un architecte ou un ingénieur), compte tenu de la complexité du calcul. En effet, les volumes et les surfaces doivent être pris en compte et les caractéristiques de chaque unité foncière doivent être évaluées.

La préparation des millièmes tableaux se décompose en plusieurs étapes. Nous devons d’abord tenir compte de la surface de chaque logement individuel. Dans certains cas, la surface calculée en mètres carrés n’est pas utilisée, mais le mètre cube, en particulier en présence de pièces dans lesquelles il existe un écart assez important entre la surface et le volume, comme cela peut arriver dans l’hypothèse d’une pièce mansardée très basse. . Le calcul de surface prend également en compte les balcons, les terrasses plates et les toits plats à usage exclusif. De plus, lors de la préparation des millièmes tableaux, il a été tenu compte de l’extension des unités d’habitation individuelles et de leurs éventuelles dépendances (par exemple les jardins).

Outre ces éléments, la loi précise les paramètres qui ne doivent pas être pris en compte pour le calcul des millièmes (par exemple, les loyers ou l’état d’entretien de chaque unité de bien immobilier).

Enfin, moi coefficients de réduction, qui se réfèrent à la surface des environnements individuels, réduisent l’entité et la transforment d’une surface réelle en une surface virtuelle. Ce sont par exemple des coefficients de réduction : la destination de la pièce par rapport à son utilité (voir la cuisine et les salles de bains, pour lesquelles le coefficient de réduction est de 0,90, alors que pour les chambres il est de 1), l’orientation, c’est-à-dire l’exposition relative aux points cardinaux, la hauteur, à entendre au sens des ouvertures du bâtiment sur les façades du bâtiment, le sol, c’est-à-dire la hauteur de l’appartement.

Millesimi : comment sont-ils comptés ?

Pour calculer les millièmes le technicien doit :

  • diviser idéalement le bâtiment en unités immobilières distinctes qui le composent ;
  • vérifier les pièces de chaque logement (par exemple, l’appartement n°1 au premier étage se compose de : 1 cuisine, 2 salles de bains, 1 salon et 2 chambres) ;
  • mesurer la superficie réelle (mètres carrés) des pièces individuelles de chaque appartement et la multiplier par les coefficients de réduction. Il obtient ainsi la surface virtuelle des pièces individuelles ;
  • ajouter la surface virtuelle des chambres individuelles pour obtenir la surface virtuelle totale de chaque logement ;
  • ajoutez la surface virtuelle de chaque appartement et obtenez la surface virtuelle de tout le bâtiment ;
  • faire le rapport entre la surface virtuelle de chaque appartement individuel et la surface virtuelle de tout le bâtiment, c’est-à-dire que la surface virtuelle de l’appartement est la surface virtuelle de tout le bâtiment si X (la millième part de le logement individuel) est de 1 000. De cette façon, la millième part de chaque appartement est déterminée. Par exemple, si la surface virtuelle d’une maison est de 90 et celle du bâtiment est de 3 000, alors le rapport est de 90 : 3 000 = X : 1 000, donc 90 × 1 000 / 3 000 = 30, ce qui correspond à millième partie de l’appartement.

Les millièmes parts ainsi calculées affluent alors dans les millièmes tables.

Comment visualiser les millièmes tableaux ?

Pour le révision des millièmes tablesà la fois dans le cas de rectification à la fois dans le cas de monnaieil y a deux façons de suivre.

Tout d’abord, la ou les copropriétés intéressées peuvent en présenter une spéciale Exemple jusqu’àréunion de copropriétéqui peut approuver la révision avec une décision prise surunanimité.

Si, en revanche, la rectification ou la modification des millièmes tableaux résulte d’une erreur ou si, en raison du changement d’état d’une partie de l’immeuble, à la suite d’élévations, d’augmentations de surfaces ou d’augmentations ou diminutions d’immeubles unités, elle est modifiée de plus d’un cinquième de la valeur proportionnelle de l’unité de propriété, même d’une seule copropriété, la décision relative doit être prise par majorité de ceux qui ont assisté à la réunion et d’au moins demi de la valeur de l’immeuble [1].

L’assemblée peut confier la révision des millièmes tables à un technicien ou à un avocat.

Si l’assemblée n’est pas d’accord avec l’évaluation, le ou les appartements concernés peuvent engager une affaire civile devant le tribunal, appelez l’administrateur devant le tribunal. Ce dernier doit en informer immédiatement l’assemblée des immeubles à appartements. S’il ne remplit pas cette obligation, il peut être révoqué et il est tenu de verser une indemnité pour tout dommage.

Au cours de la procédure, le ou les appartements comparus devant l’autorité judiciaire doivent démontrer qu’ils sont défavorisés par les barèmes millièmes applicables. La preuve peut être fournie, par exemple, en soumettant un rapport technique d’une pièce.

La révision des millièmes tables prend effet lorsque la sentence devient définitive ; de plus, il remonte à l’époque où l’affaire civile a été portée devant le tribunal.

Combien coûte la révision des millièmes tables ?

Le coût de la révision des millièmes tables dépend de plusieurs facteurs :

  1. la taille de la copropriété;
  2. le type d’examen lui-même, ou s’il a été obtenu à l’amiable ou après le dépôt d’une action civile devant un tribunal.

Dans l’hypothèse de évaluation extrajudiciaire il sera nécessaire de désigner un technicien pour procéder à la rectification ou à la modification des tableaux, donc son propre technicien devra être rémunéré honoraire. Le montant de la parcelle changera proportionnellement à la taille de la copropriété.

Habituellement, le coût moyen d’une copropriété est de :

  • de 6 à 10 lots immobiliers (petite copropriété), il sera compris entre 100 euros et 200 euros par appartement HT ;
  • de 11 à 15 unités immobilières (copropriété de taille moyenne), équivaudra à environ 150/250 euros par maison, hors TVA ;
  • de 16 à 20 unités immobilières (grande copropriété), sera d’environ 120/220 EUR par logement, hors TVA ;
  • à partir de 20 lots immobiliers (très grande copropriété), il sera de 100/200 euros par logement HTVA.

Dans tous les cas, il est toujours conseillé de demander d’abord plus de devis.

En cas de révision par jugement de justice, le juge conseiller bureau technique (Ctu), qui se poursuivra avec la correction/modification des millièmes tableaux. L’indemnisation de la Ctu est payée par le ou les appartement(s) qui ont engagé l’action civile. Cependant, les coûts ne peuvent pas être estimés car ils dépendent de l’état d’avancement de la décision.


Remarque

[1] Article 69, dis. att. morue. civil.

Leave a Comment