‘Ndrangheta, maxi opération à Cosenza. Ecoute du maire de Rende : “Il doit tenir ses promesses”

“Je t’ai fait la campagne, le promesses ce sont des promesses… maintenant que c’est toi et moi, je viens te le rappeler”. C’est l’une des nombreuses écoute clandestine finir dans l’enquête “Réinitialiser”coordonné par Dda de Catanzaroqui a conduit à l’arrestation de 202 sous enquête, dont le maire de Rende Marcello Manneaccusé de corruption électorale et prêt pour ça assignation à domicile avec son échevin des travaux publics Pino Munno.

À travers lui, Manna ferait des promesses aux… ‘ndrangheta’. Le Procureur de la République Nicolas Gratteric et ses accusateurs ne doutent pas : le clan D’Ambrosio conditionné “le libre exercice de” voter dans la ville de Cela fait pour le concours des élections administratives de 26 mai 2019achat voix utiles à la candidature de Marcello Manna, qui aboutira en fait (à l’issue du tour de bulletin de vote du 9 juin 2019) réélu maire ». Extorsion, drogue, usure, escroqueries gagner de l’argent en finançant Invitations. Tout est dans la recherche “Réinitialiser”. Jamais relations entre clans et politique sont sans aucun doute la partie la plus intéressante de la recherche que carabiniersau police financière et à équipe mobile réalisé par Fabio Catalano détachez-le “Système Cosenza” faire la lumière sur ce que les magistrats ont évoqué “Confédération de ‘Ndrangheta”dirigé par le patron Francesco Patitucci.

« Il doit tenir ses promesses… Je lui garantis les votes… il doit dire oui ou non, sur… coopératives. Il prend 20 familles, il doit leur donner 20 emplois“. C’est comme ça que ça s’est passé à Rende où la politique allait de pair avec les patrons qui n’étaient pas contents de quelques embauches dans les coopératives de la municipalité. La considération porterait aussi sur le deal Salle de sport. Massimo D’Ambrosio en a discuté avec sa femme à qui il a raconté la rencontre qui a eu lieu entre son frère patron (Adolfo d’Ambrosio, éd) et le maire : « A l’époque (Manna, éd) il a dit … au moment où nous ne pouvions plus le faire une course de plus il a dit … quand je vous dis que tous les jours le DDA est venu ici … nous avons dû fermer ce putain de truc … nous n’avons jamais fermé et nous ne les avons jamais chassés de moi … si tu veux revenir maintenant, il a dit … maintenant je vais rejoindre j’ouvre l’appel… il (le patron Adolfo D’Ambrosio, éd) il lui a dit je veux la direction … je veux faire le bar … le buraliste … il a dit … apporte moi ça ici et puis tu vois là aussi … que tu peux faire ça . .. une loi qui expire maintenant mais qui expirera bientôt il avait déjà fait le gouvernement d’abord … précédent … que “Je reste dans le sud” vous pouvez avoir cinquante mille euros par personne… trente-cinq mille euros de fonds non remboursables… et vous devez les autres… dans huit ans… vous vous préparez, dit le comptable… Région.. . nous pouvons le faire en famille”.

Pour le juge d’instruction, la photo est à la commune de Rende “inquiétant”: “Manna, – lit l’ordonnance – n’est pas seulement maire, mais aussi avocat criminalisteet cette position qualifiée détermine non seulement une plus grande prise de conscience des sujets avec lesquels il a parlé, mais aussi de l’illégalité des accords”. Le ciment entre le maire et le D’Ambrosio aurait été… Pino Munno, le commissaire aux travaux publics, quelqu’un qui “ne ferme jamais la porte”. C’est lui, selon les procureurs, qui a signé l’accord au nom de Manna sur le Palazzetto dello Sport. “Je mène à Manna et Munno”. C’est le fil rouge de Massimo D’Ambrosio qui a été intercepté par les enquêteurs qui, de sa voix, entendent aussi qu’il a le “classique 100 euros par vote« Préférence » autres “utilitaire” plus rentable.

Si l’échevin a fait la nomination, le maire de Rende était l’un partie intégrante: “L’enquête conjointe de toutes les urgences indirectes – écrit le juge d’instruction – exclut que Munno se contente vanté la disponibilité de la Manna “qui, bien qu’avec un palmarès propre, a démontré selon le juge préliminaire”prédisposition à commettre un crime s’entendre avec des membres d’une association mafieuse, notamment avec le groupe D’Ambrosio ». Certains parlaient de Manna employés de la justice. Parmi ceux-ci, les repentants Adolfo Foggetti selon laquelle l’homme politique local aurait également été soutenu par les clans lors des élections de 2014 : « En ce qui concerne la municipalité de Rende – a déclaré l’employé – je peux en outre signaler des questions liées à l’avocat Macello Marcello. Tous les membres du clan fédéré Rango-Zingari et Lanzino-Ruà se sont mobilisés pour faire campagne pour l’avocat Manna, à l’exception de Maurizio Rango ». Ils sont passés sept ans de ces déclarations confirmées, selon la DDA, par les interceptions qui se sont soldées par l’enquête “Reset”.

Leave a Comment