S. Teresa, “documents fantômes” sur le ruisseau Portosalvo: la région demande des explications

Non-respect de toutes les réglementations imposées pour commencer les travaux de sécurité


S. Teresa, “documents fantômes” sur le ruisseau Portosalvo: la région demande des explications

de Andrea Rifatto | aujourd’hui | NOUVELLES

Les travaux visent à sécuriser le lit de la rivière

Cela s’est avéré plus compliqué que prévu la voie pour démarrer les travaux de sécurité du ruisseau Portosalvo à Santa Teresa di Riva, financés en 2019 avec un million 345 mille 600 euros. La Région fait actuellement l’objet de la procédure de vérification du respect des exigences incluses dans la disposition relative à la vérification de l’objet d’une étude d’impact sur l’environnement, que la Division du Territoire et de l’Environnement n’a pas jugée nécessaire, mais a demandé le respect de neuf exigences, et enfin de l’examen des documents, la commission technique spécialisée a constaté que seuls deux des neuf règlements sont pleinement respectés (3 et 4) : par conséquent, ces derniers jours, une demande de documentation complémentaire a été envoyée à la municipalité et à l’ARPA Sicile . Cela pourrait donc retarder le début des travaux, qui avaient déjà été confiés à la société “Soter Srl” de Maletto. Les responsables du ministère ont relevé des carences administratives notamment en ce qui concerne la conférence des services, avec des “documents fantômes” dont l’absence ne permet pas d’apprécier pleinement et de vérifier le respect de la première prescription, s’agissant de l’avis de l’inspecteur en chef des services culturels et le patrimoine environnemental de Messine, nécessaires car les travaux concernent un tronçon protégé du lit de la rivière. “La municipalité de Santa Teresa a envoyé le rapport paysager et le rapport municipal avec la conclusion positive de la conférence des services – écrit la région – en supposant qu’en l’absence d’interventions, les avis sont considérés comme positifs, donc pour toutes les autorités concernées, y compris la Surintendance et la commune de Savoca, absentes de la conférence de services, la règle dite du consentement tacite s’applique. seule la note du rup contenant quelques constats et quelques notes d’ordre juridique et administratif) ; titre du projet qui semble différent de celui présenté ; la liste des instances invitées à la conférence de service et la date de sa tenue sont inconnues ; le rapport paysager transmis par la commune est daté d’avril 2022, à la date de la note de conclusions de la conférence ; absence de tout document de transmission du rapport au surintendant. Par conséquent, “les lacunes administratives liées à la Conférence des services et l’absence d’envoi du rapport paysager à l’inspecteur en chef de Messine ne permettent pas l’évaluation et la vérification complètes du respect de la règle 1”.

D’autres problèmes critiques ont été notés par la région en ce qui concerne le confinement de la propagation des poussières et les garanties pour le confinement d’une éventuelle contamination du sol et des eaux de surface et souterraines, l’exigence du plan de chantier n’ayant pas été respectée avec la localisation planimétrique des zones couvertes par le chantier de construction sont touchés et les mesures d’atténuation. La demande de plan de suivi environnemental des composantes végétation et faune, étendue à toutes les phases des travaux, a plutôt été accordée uniquement pour la phase de planification exécutive et il a été demandé au comité technique spécialisé de fournir les rapports de suivi environnemental pour les phases suivantes, tandis que sur le plan d’utilisation des terres et des roches excavées et sur le plan de surveillance des composantes air, bruit, eaux de surface et souterraines et sol, le ministère de l’Environnement a souligné la compétence d’Arpa Sicilia, en tant qu’organisme de surveillance. Deux autres réglementations, concernant l’abri des engins de chantier, le déversement des éventuels contaminants des sols et sous-sols et la réhabilitation des sites soumis aux terrassements et voiries ont été jugées non conformes et reportées à la phase d’exécution. Ainsi, les seules conditions remplies sont celles relatives à la déclaration de compatibilité urbaine par la Municipalité de Savoca et l’avis de l’Autorité de Bassin.

Leave a Comment