ÉLECTIONS : SI ÇA FAIT BIEN… « VESTE ». POUR LA ZONE PROGRESSISTE ATTEINT UNE DEBACLE EPOCAL SANS APPEL | Première page

Ce matin, la journaliste Andrea Scanzi a publié une “simulation” de ce à quoi pourrait ressembler la Chambre des députés après le 25 septembre. Une simulation créée à partir d’un sondage. Mais, note Scanzi, “presque tous les sondages indiquent les mêmes chiffres”. Il pense donc que c’est fiable.

Voici les données de recherche telles que rapportées par Scanzi :

« Des melons vers 24 ;

Pd au dessus de 20 mais derrière Meloni :

Ligue entre 11 et 13 (bas);

5 étoiles entre 11 et 13 (en croissance) ;

Forza Italia 8 (certains le donnent au-dessus de 10);

Renzi-Calenda à 7h00 ;

autour de 3, mais avec le grand risque de ne pas y arriver, GroenLinks Alliantie et + Europe ;

juste en dessous de l’équation 3 (mais quelqu’un la donne au-dessus);

sous 2 Toti et les fascistes mêlés au bigot ;

autour de 1 Di Maio (ahahahahah) et Le Magistris ».

Selon le journaliste d’Arezzo et à mon avis ce serait déjà un résultat louche. Mais le résultat réel en termes de sièges pourrait être considérablement plus sombre.

Etant donné que la loi électorale dite “Rosatellum” n’est pas proportionnelle, mais que 30% des sièges sont attribués au scrutin majoritaire – dans les circonscriptions à un seul élu est le vainqueur et celui qui en vote un plus que les autres – il est donc fort probable que la quasi-totalité , sinon la totalité, des sièges individuels de la droite sont pris, même en cas d’égalité significative des voix effectives. En bref, 20% du Parti démocrate ou 15% des M5 ne suffiront peut-être pas à capturer ne serait-ce qu’une seule des circonscriptions uninominales. Cela donnerait à la loi un énorme point de départ et un avantage incontestable. Une alliance Pd-M5S aurait pu atténuer la situation, mais les deux ont décidé différemment et se sont pratiquement suicidés.

“A ce jour, la situation est la suivante : ce serait déjà un miracle si la droite n’obtenait “que” la majorité absolue à la Chambre et au Sénat, et même pas la majorité qualifiée (c’est-à-dire les 2/3, avec laquelle elle pourrait passer la Réécriture de la Constitution). Condoléances et bonne catastrophe !” écrit Scanzi. Oui : la catastrophe électorale est imminente.

Pour l’amour du ciel, les électeurs pourraient aussi refuser les urnes et les urnes. C’est arrivé plus d’une fois. Mais le tableau est vraiment décourageant et peint une défaite historique pour la zone progressiste. Pendant ce temps, d’après les chiffres de l’enquête, la marginalité absolue, sinon l’incohérence totale de gauche à gauche, semble claire du Parti démocrate, à la fois le parti affilié au Parti démocrate et le parti “alternatif”. Si l’Union populaire reste vraiment autour de 1% et obtient les mêmes voix que Di Maio, cela signifie que l’espace à gauche n’existe plus, que les solutions proposées ne pourront certainement pas inverser la tendance. Les mêmes “forces d’interposition”, celles du milieu comme M5S et Terzo Polo Renzi-Calenda, resteraient d’une voix plutôt faible.

Bien sûr, si les élections devaient se dérouler selon le sondage cité par Scanzi, et éventuellement la droite aurait même une majorité qualifiée pour changer la constitution et transformer l’Italie en une république présidentielle, ce qui détruirait la zone progressiste (toute) à un défaite du genre doit avoir la décence de lever les mains et enfin sortir de ses couilles. Pas de mea culpa qu’ils prennent. Bien sûr, pour toujours. Ce qui se profile, c’est une défaite annoncée. Recherché et presque scientifiquement poursuivi par la capataz des forces progressistes défendant chacune leur arrière-cour, visant à décrocher une candidature et rien de plus, plongés dans leur “bulle” souvent loin des problèmes des gens ordinaires, incapables de faire face à la moindre synthèse entre eux ,

Qu’aucun des stratèges de centre-gauche et de gauche alternative qui remettront le pays à Meloni dans vingt jours sans même se battre ne revienne pour expliquer la défaite, ni pour chercher des justifications et des circonstances atténuantes, ni, pire, pour dicter la règle du redémarrage. Rien de plus, merci.

Peut-être y aura-t-il aussi un redémarrage après la débâcle. Parfois il faut vraiment toucher le fond pour remonter à la surface, mais il va falloir changer la musique ainsi que les musiciens et surtout les chefs d’orchestre et tous leurs trompettistes. A tous les niveaux, de Rome aux zones les plus périphériques. Qui a réduit le Parti démocrate à un nouveau petit DC sans hommes d’État, la gauche italienne à une annexe utile uniquement pour assurer (peut-être) un siège à Fratoianni ou à l’un des siens, qui après d’innombrables tentatives échoue à gauche à gauche du Parti démocrate Parti au-dessus de 1% devra nécessairement se retirer. Et ne plus jamais nous revoir.

Si, en revanche, l’humeur est différente, nous serons les premiers à le reconnaître et à nous en réjouir.

Quant au « nouveau » qui se profile à l’horizon, qui est une majorité écrasante et un gouvernement post-fasciste (la flamme sur le symbole du parti Meloni est sans équivoque), il faut dire qu’encore une fois il a peu ou rien car Giorgia Meloni et Salvini ils ont déjà servi au gouvernement avec Berlusconi, Brunetta et d’autres champions du centre-droit. Et certains d’entre eux (Lupi) également dans les gouvernements dirigés par Letta et Renzi (dans le nouveau centre droit). Centre-droit et centre-gauche règnent ensemble depuis des années. Et pas seulement pour soutenir des gouvernements techniques comme ceux de Monti et Draghi, mais aussi pour soutenir des gouvernements politiques. Face à l’irrésistible nous ou eux…

ml

Sur la photo (Ansa): Berlusconi, Meloni et Salvini


0 Torches



Twitter


0





Tweet
“/>



Facebook


0





“/>



Google+


0





(function() { var po = document.createElement("script"); po.type = "text/javascript"; po.async = true; po.src = "https://apis.google.com/js/plusone.js"; var s = document.getElementsByTagName("script")[0]; s.parentNode.insertBefore(po, s); })(); “/>



E-mail








LinkedIn


0





“/>



Épinglez-le partager


0





0 Torches

×

Leave a Comment