« CILENTO, TERRA MATRIGNA : ÉMIGRATION, DÉPEUPLEMENT, DIASPORA DES JEUNES » VALLO DELLA LUCANIA 27 AOÛT 2022. Rapport de la conférence.

Publicité

“CILENTO, TERRA MATRIGNA : ÉMIGRATION, DÉPEUPLEMENT, DIASPORA DES JEUNES”

VALLO DELLA LUCANIA 27 AOÛT 2022. Rapport de la conférence.

Publicité

Par Luigi Leuzzi

Le 27 août 20022, à 18 heures, le dernier d’une série d’événements visant à diffuser les documents d’une étude sur le thème de l’émigration dans le Cilento a eu lieu dans la salle du conseil de la municipalité de Vallo della Lucania, combinés dans le texte intitulé « Cilento, belle-mère, dépeuplement, jeunesse de la diaspora ». Publié par Amazon en juin 2022 par le professeur Ezio Martuscelli.

Il représente le résultat programmatique d’une opération culturelle dans laquelle il a été possible de contextualiser les contributions historiques et sociales, anthropologiques, philosophiques et littéraires dans le domaine exploré par divers chercheurs et connaisseurs de l’identité passée et contemporaine du Cilento.

Les objectifs qui sous-tendent la conférence peuvent être résumés comme suit :

1) comparer les différents phénomènes qui ont influencé le Cilento, à commencer par l’émigration historique et massive d’Italie (1870-1960) avec le contemporain avec des jeunes de haute connaissance (instruits).

2) donner une vision interprétative sans ambiguïté des phénomènes étudiés, identifier des propositions et des actions susceptibles de réduire le processus de dépeuplement des zones internes.

Parmi les conférenciers, outre le professeur Ezio Martuscelli, promoteur du projet Centola, président du groupe culturel Lambro-Mingardo et coordinateur et conservateur de la recherche ainsi décrite dans la prémisse et dans les articulations thématiques exprimées, le sociologue et journaliste Pasquale Martucci, Prof. Angelo Perriello, professeur de langues étrangères et expert en masterclasses et Dr. Leuzzi Luigi, psychiatre et anthropologue culturel.

Le professeur. Ezio Martuscelli a placé les récits de vie des émigrés au centre de ses réflexions avec un récit exemplaire et anecdotique étayé par des documents officiels et des témoignages personnels (bottom-up) à intégrer dans une vision globale du phénomène (top-down) ; il a également porté une attention particulière à l’appauvrissement économique et culturel résultant de “l’émigration qualifiée”.

Le sociologue Pasquale Martucci a approfondi sur le plan épistémique la complexité de l’abandon et la conscience de l’errance.

Le moment de partir vient quand l’homme se prend en charge en faisant un choix en réalisant les objectifs qu’il s’est fixés sans attendre les événements.

La conscience est liée à une action de subjectivation qui définit notre identité.

Autrement dit, un processus d’auto-approfondissement de la connaissance de soi est une méta-victoire de l’histoire individuelle et ainsi le sujet se réorganise en se complexifiant en sortant d’un anonymat collectif pour devenir acteur à part entière. le choix individuel, et donc la personne, ne sont plus jetés dans l’état anodin d’être là.

Le professeur. Angelo Perriello identifie des réponses stratégiques individualisées face à l’accélération des processus de fluidité identitaire dans les lieux où il n’y a pas de travail, donnant lieu à l’épiphénomène de l’émigration.

Pour faire face à ce fléau, des instruments à valeur institutionnelle ont été mis en place dans lesquels un plan de réponse immédiate est élaboré, lançant des accords de coopération internationale entre municipalités italiennes et étrangères, ouverts à la participation d’écoles, d’universités et de start-ups.

Le Dr Leuzzi Luigi explore la métaphore du « pli » qui, au sens de De Leuze et Foucalt, met l’accent sur la correspondance antinomique des parties opposées du moi et, dans ce cas particulier, fournit une interface de résilience face aux expériences nostalgiques de tranquillité et l’errance comme possibilité coexistante qui permet de se transcender vers un autre état comme celui d’émigré.

Quant à l’identité, le mythe d’Ulysse est à reconsidérer, car Télémaque n’attend plus son père, ni n’a besoin de son témoignage pour hériter de son exemple.

Il assume lui-même l’héritage de l’errance et est pareillement revêtu de la nostalgie d’un retour métaphorique à Ithaque, qui n’est plus la patrie des pères. Actuellement, dans les complexes familiaux, on assiste à une évaporation de cette fonction parentale dans un contexte équivalent où la parole divisant symboliquement la dyade mère-enfant et donc le plaisir mortifère ne s’articule plus ; ainsi, la consommation illimitée, et donc le désir d’autre chose, priment sur la reconnaissance mutuelle.

Il est donc presque improbable que nous puissions transmettre cette connaissance spécifique des communautés réglementées qui ont habité notre territoire de génération en génération. Par exemple, on assiste à un déclin démographique, à la perte de l’artisanat et de l’agro-pastoral et il n’est pas possible de gérer en continu les entreprises ou activités restantes.

un journal

Des informations équitables et impartiales, donnant une voix à toutes les sources d’information

Publicité

Leave a Comment