obligations de sécurité (et amendes) pour l’employeur

A partir du 1er septembre pour pouvoir s’occuper du travail dans la modalité travailler intelligement un accord individuel entre l’entreprise et l’employé et la communication électronique avec le ministère du Travail sont obligatoires.

Mais quels changements sous-tendent l’aspect de ? protection de la santé et de la sécurité des responsabilités des employés et de l’employeur? Voyons ce que le obligations commerciales elle réalisations en relation.

Modification des procédures de fonctionnement de la performance au travail et de l’évaluation des risques

Le travail agile a connu une augmentation notable et élevée pendant la période pandémique et est devenu un mode simple: garantir continuité de l’activité dans de nombreuses entreprises.

Les entreprises qui étaient auparavant réticentes à opérer et à proposer ce mode d’entreprise constatent qu’elles privilégient le travail intelligent et concluent des accords avec leurs employés même après la fin de l’urgence épidémiologique.

La employeurqui est obligé de l’évaluation des risques, devrait procéder immédiatement à une mise à jour en cas de changements majeurs dans l’organisation du travail. La changements opérationnels impliquant un changement du lieu de travail doivent être compris comme des changements significatifs car ils peuvent modifier les risques pour la santé et la sécurité auxquels le travailleur est exposé pendant le travail.

Par conséquent, il est nécessaire de mesures préventives appropriées et de protection en ce qui concerne l’exercice d’activités extérieures au siège social.

Le changement partiel de lieu de travail (comme pour le smart working, en tout cas une partie de l’activité est exercée au sein du siège de l’entreprise) n’entraîne pas de changements en ce qui concerne règles de surveillance de la santé et donc s’il y a un minimum de vingt heures par semaine de travail sur écran, les examens médicaux pour la libération des qualifications professionnelles se poursuivront.

Stress lié au travail

L’objectif premier du travail agile reste de concilier le temps de travail et le temps privé du salarié, mais il vise également à bénéficier d’éventuelles augmentations de la productivité individuelle et d’une réduction des coûts internes pour les entreprises.

L’atteinte des objectifs de conciliation travail-vie personnelle du salarié pourrait également, au moins à moyen terme, entraîner une baisse des valeurs liées à l’évaluation du stress lié au travail. A l’inverse, la travail isolé fait il peut faire référence à la place changements négatifs du stress.

Compte tenu des changements opérationnels susmentionnés, l’avis sur la mise à jour de l’évaluation des risques sera également utile pour nouvelle évaluation stress lié au travail pour surveiller précisément ces résultats.

Pour prévenir les formes d’isolement des salariés, il est important de : formes inclusives de travailleurs aux groupes de travail en entreprise et donc des formes d’implication tant lors de l’exécution d’activités sur place que de moments de partage lors de représentations extérieures.

Information et formation des employés. instrumentation technologique utilisée

Une mesure préventive fondamentale est la préparation en temps opportun d’informations sur les risques généraux et spécifiques de l’activité destinées au salarié avec lequel l’entreprise a conclu l’accord individuel. Conformément à la loi, ces informations doivent être préparées sur une base annuelle et également soumis au RLS (Workers’ Safety Representative).

De plus, l’employeur est responsable de la sécurité et du bon fonctionnement des outils technologiques confiés au salarié pour l’exécution de l’activité de travail. Cela signifie que l’employé doit savoir identifier l’équipement approprié et l’utiliser correctement.

Par conséquent, l’employeur doit fournir un une formation adéquate en ce qui concerne les performances du activité en mode agile: l’exercice de ses fonctions en dehors du siège de l’entreprise, car il peut impliquer des risques différents, implique que la formation est diversifiée par rapport aux formations sur des risques spécifiques déjà réalisées. Cette nouvelle formation peut être qualifiée si la mise à jour est prévue dans les cinq ans suivant la première formation (ou la dernière mise à jour). Il peut en avoir un durée variable et pas nécessairement 4 heures, car la durée de l’ensemble du cours est spécifique aux activités à faible risque (normalement effectuées par ceux qui exercent des activités utilisant du matériel informatique).

En plus d’une bonne utilisation d’un point de vue informatique, il est important de continuer à se former à la fois suradéquation des environnements de travail et la bonne ergonomie pendant le travail. Cela concerne le choix de lieux de travail adaptés (bien éclairés, sans moisissures ni courants d’air, avec des installations électriques conformes à la loi, avec une utilisation correcte des équipements électriques, …), ordinateur de préférence au portable).

Au cours de la formation, il est important de rappeler à l’employé qu’il a toujours le devoir de prendre soin de sa propre santé et des autres personnes qui pourraient subir les conséquences de ses actes et qu’il a le devoir de compenser tout manque de ressources ou équipements à son interlocuteur dans l’entreprise.

Contrairement au travail solitaire au siège social ou chez des tiers, avec le travail intelligent ce n’est pas obligatoire organiser la nomination et la formation de l’employé en tant que pompier ou secouriste.

Assurance contre les accidents du travail et les maladies professionnelles

Ne pas changer le type de service effectué ou les outils informatiques utilisés (ni le salaire), les conditions ne changent pas en matière d’assurance contre les accidents et les maladies professionnelles et donc classement des taux c’est le même. Par exemple, si des instruments électriques et électroniques sont utilisés, cela est couvert par l’assurance obligatoire.

Ainsi, le salarié est couvert contre les accidents survenus à l’occasion de : Je travaille en dehors du siège de l’entreprise, si l’événement est causé par la survenance d’un risque lié à l’exécution du travail lui-même, également en relation avec les travaux préparatoires à l’exécution du travail lui-même. également accidents en voyageuniquement lorsque le choix du lieu de service est déterminé par des besoins liés au service lui-même ou par le besoin du travailleur de concilier les besoins de la vie avec ceux du travail et répond aux critères de raisonnabilité.

jeINAIL se réserve en tout état de cause le droit, en vue de l’indemnisation de l’accident, enquêtes spécifiques visant à vérifier l’existence des conditions essentielles, c’est-à-dire si l’activité exercée par le salarié au moment de l’événement est étroitement liée au travailleur, même si elle est exercée en dehors des locaux de l’entreprise.

Obligations de l’employeur

Les obligations commerciales sont résumées ci-dessous :

L’évaluation des risques

Mettez à jour le DVR concernant le service hors site (en supposant que l’employeur a déjà traité le DVR auparavant). Surveiller l’évaluation du stress lié au travail.

Révélation

Sur les risques génériques et spécifiques (y compris en rapport avec les mesures de premiers secours et de prévention des incendies), sur une base annuelle, également à fournir au RLS – s’il est élu ou nommé

Éducation

Spécification pour l’exécution d’activités avec des outils informatiques en dehors du siège – reconnaissable comme une formation continue de durée variable.

Livraison de matériel de travail

La fourniture par l’employeur n’est pas obligatoire, mais le choix et l’utilisation corrects de l’équipement doivent faire l’objet d’une formation.

Inspection sanitaire

Il passe pour les activités de la borne vidéo qui tournent au moins vingt heures par semaine.

Nomination des pompiers et des secouristes

Il n’y a aucune obligation de nommer ou de former un pompier et secouriste.

INAIL assurance

Couverture des accidents du travail et des maladies professionnelles, sous réserve de contrôles spécifiques de l’institut sur l’événement survenu.

Sanctions prévues

En cas de non-accomplissement de la obligation de sécuritéles sanctions suivantes sont prévues par le décret législatif n° 81/08 et ses modifications ultérieures :

jusqu’à) évaluation des risques inappropriée (en supposant que l’employeur a déjà traité le DVR auparavant) – sanctions pénales pour l’employeur :

– amende de 2 457,02 € à 4 914,03 € si le traitement ne contient pas d’indications sur les mesures de prévention et de protection et sur les EPI, ou sans mentionner le programme de mesures jugées appropriées pour améliorer le niveau de sécurité, ou sans procédures ou indication des rôles des l’organisation, ou si le traitement est effectué sans concertation préalable avec le RLS ou s’il n’est pas révisé en cas d’évolution des processus ou d’organisations de travail importantes ;

– amende de 1 228,50 € à 2 457,02 € si le traitement implique l’évaluation de tous les risques et les critères adoptés pour les évaluer, ou l’identification de tâches qui exposent les employés à des risques spécifiques pour lesquelles la compétence professionnelle, l’expérience spécifique, l’éducation et la formation adéquates font défaut .

b) manque d’information sur les risques d’hygiène et de sécurité et sur les procédures de premiers secours, de lutte contre l’incendie et d’évacuation – sanctions pénales pour l’employeur et le gestionnaire :

– arrestation de 2 à 4 mois ou amende de 1 474,21 € à 6 388,23 €

c) manque d’entraînement – sanctions pénales pour l’employeur et le dirigeant :

– arrestation de 2 à 4 mois ou amende de 1 474,21 € à 6 388,23 € (si l’infraction concerne plus de cinq salariés, les montants de la sanction sont doublés, si l’infraction concerne plus de dix salariés, les montants de l’amende sont triplés )

ré) livraison de matériel non conforme – sanctions pénales pour l’employeur et le dirigeant :

– arrestation de 3 à 6 mois ou amende de 3 071,21 € à 7 862,44 €

Et) ne pas envoyer de l’employé à examen médical préventif et périodique – sanctions pénales pour l’employeur et le dirigeant :

– amende de 2 457,02 € à 4 914,03 € (si l’infraction concerne plus de cinq salariés, la sanction est doublée, si l’infraction concerne plus de dix salariés, la sanction est triplée).

Les amendes peuvent être périodiquement mises à jour en fonction des ratios de réévaluation.

Copyright © – Reproduction réservée

Leave a Comment