Comptes consolidés 2021 au 30 septembre avec le projet de rapport de l’organe de contrôle de la CNDCEC

Pleinement opérationnel à partir de l’exercice 2016, en référence à l’exercice 2015 e obligé pour le communes de plus de 5 000 habitantsla établissement des comptes consolidés vise à fournir des éléments d’information sur la performance globale de la gouvernance de l’administration locale et des sociétés non cotées dans lesquelles des investissements sont réalisés, sur la base des états financiers de l’entité et des états financiers des entités, organismes et sociétés inclus dans le périmètre de consolidation sont inclus, conformément au principe de responsabilité de l’administration publique, de responsabilité pour les résultats obtenus dans la gestion des ressources publiques, en étendant l’horizon également aux structures organisationnelles, aux organes instrumentaux et aux filiales et entreprises investies, à des sujets autres que les autorités locales, qui utilisent de toute façon des fonds publics.

La compte annuel consolidé représente le document final du cycle de planification, de gestion et de rapport du groupe des administrations publiques, qui se fonde sur l’art. 147 TUEL et qui repose sur la définition et l’attribution des objectifs de gestionbasé sur la mesure de Réalisationssur l’analyse de déviations et de mesures correctives à prendre pour éviter des effets défavorables sur l’équilibre de l’entité en utilisant un système d’information approprié qui vise, entre autres, à identifier les relations financières entre l’entité propriétaire et l’entreprise, en fournissant une vision complète des capitaux propres et de la situation financière du groupe, y compris la résultat économique.

Les activités de consolidation des comptes du groupe soulignent précisément la capacité de la société mère à mettre en place un système de contrôle efficace sur ses filiales, et représentent également une étape supplémentaire vers le système comptable commun des actifs économiques pour les pouvoirs publics selon la méthode de la comptabilité d’exercice, ce qui pose un défi pour Objectif du PNRR à atteindre d’ici 2026.

Comptes consolidés : de quoi s’agit-il ?

Les comptes annuels consolidés, établis conformément aux articles 11-BIS à 11 heures-quinquies du décret législatif n° 118/2011 et de la norme comptable jointe, se compose de :

– compte de profits et pertes;

– solde;

– rapport de gestion consolidé incluant les annexes ;

Le rapport de l’auditeur.

Il doit être établi par référence au périmètre de consolidation, déterminé par la société mère, au 31 décembre de l’exercice auquel il se rapporte, avec une décision du conseil d’administration, pour l’approbation de laquelle un avis spécifique du organe de contrôle est demandé. non requis. La consolidation est fondée sur les données comptables fournies à la société mère dans le délai prévu par la réglementation comptable ou par tout autre acte ou, à défaut, dans le délai fixé par la loi.

Pour le première foiscette année, des modifications ont été apportées au schémas et ai principes comptables de la 13e Arconet Ajustement sur l’harmonisation comptable. (DM 1er septembre 2021).

Concrètement, par exemple :

– les cotisations pluriannuelles auxquelles se rapportent les crédits comprennent également celles des titres I et III en raison des délais et pas seulement celles liées aux revenus du titre V ;

– la impôts cibles ils peuvent être reportés ;

– les règles d’évaluation des capitaux propres des filiales et sociétés dans lesquelles des participations ont été réalisées ont été modifiées (virement direct à la réserve indisponible des éventuelles réévaluations) ;

– de nouvelles dispositions sur les fonds propres nets ont été approuvées (la colonne 2020 ne peut être valorisée qu’au niveau agrégé, comme cela a été fait pour le rapport 2021) ;

– les comptes consolidés ont été retraités des variations des éléments de capitaux propres. La part des tiers ne doit plus être présentée comme un « dont » mais comme un montant à additionner.

Pour soutenir les activités des commissaires aux comptes, la CNDCEC a préparé un projet de “Rapport de l’Organe de contrôle sur le projet de résolution du conseil d’administration et sur les comptes consolidés pour 2021”, sur la base des orientations de la Cour dans les résolutions des Autonomies section n. 18/SEZAUT/2019/INPR et 16/SEZAUT/2020/INPR, mis à jour avec les modifications apportées par l’arrêté ministériel du 1er septembre 2021.

Ramasser

Le document se compose d’un texte Word avec une piste de relation et de tableaux Excel pour la saisie des données, accompagné d’un Liste de contrôleun soutien utile dans la réalisation des contrôles et couvre toutes les étapes nécessaires

Vérifier la zone de consolidation

Le conseil doit vérifier l’exactitude de l’identification du groupe des administrations publiques et du périmètre de consolidation.

L’organisme, par un acte spécifique du conseil, identifie la liste des organismes, sociétés et entreprises qui font partie du groupement administration publique (GAP) et met en évidence ceux qui dirigent à leur tour un groupement (liste n° 1 visée au 3.1 du le principe comptable appliqué à l’annexe 4/4 du décret législatif n° 118/2011) ainsi que la liste des entités, sociétés et sociétés incluses dans la consolidation (Liste n° Principe comptable appliqué à l’annexe 4/4 du décret législatif n° 118 /2011), avec des preuves spécifiques dans le rapport, même s’il n’y a pas d’entités/sociétés soumises à consolidation.

Ils peuvent être exclus des listes n. Entités/Entreprises n°1 et n°2 pour :

1. Non-pertinence au cas où

– Actifs totaux,

– Capitaux propres e

– Revenu caractéristique total

avoir une incidence inférieure à 3% par rapport aux mêmes valeurs comptables de la société mère (si les fonds propres de la société mère sont négatifs, la vérification de l’absence de pertinence doit être faite au regard des deux autres paramètres).

Dans ce cas, il convient de vérifier que la somme des entités/sociétés exclues ne dépasse pas 10 % des paramètres individuels décrits ci-dessus, et le cas échéant dans ce cas, il convient de déterminer que l’entité a identifié sous ceux-ci sont les associés jugées les plus pertinentes à consolider, de porter la somme des états financiers exclus pour non-pertinence à une incidence inférieure à 10 %.

2. Manque d’information (à justifier dans la note complémentaire uniquement dans des cas exceptionnels).

Vérifier le processus de consolidation

Le collège doit vérifier :

– que toutes les mesures nécessaires ont été prises pour rendre les états financiers des entités/sociétés appartenant au groupe de consolidation formels, limités dans le temps et matériellement uniformes.

– la régularité des opérations de circularisation des postes comptables, et des ajustements et éliminations qui en résultent, étape au cours de laquelle l’organisme de contrôle, dans l’exercice de ses fonctions de contrôle, doit vérifier les anomalies qui pourraient démontrer l’existence de hors-bilan- comptabiliser les dettes immédiatement et en tout état de cause au plus tard à la fin de l’exercice en cours ;

– la détermination correcte de la part des capitaux propres attribuable aux actionnaires minoritaires et de la part du résultat attribuable aux intérêts minoritaires, dans le cas des filiales, c’est-à-dire consolidées ligne à ligne).

L’activité de l’organisme de contrôle ne s’arrête pas avec le rapport, je examinateurs devront surveillance sur l’incident expédition à la BDAP, avec un résultat positif dans les 30 jours suivant l’approbation, de sorte que l’entité n’encourt pas la sanction de l’interdiction d’emploi (pour quelque raison que ce soit et avec tout type de contrat) visée à l’art. 9, paragraphe 1-quinquies, DL n. 113/2016 et dans la suspension du paiement des ressources financières dues à quelque titre que ce soit par la Direction des Affaires Intérieures et Territoriales du Ministère de l’Intérieur, y compris celle destinée au Fonds de Solidarité Municipale (art.161 TUEL, tel que modifié par l’art. . 1, paragraphe 903, loi n° 145/2018).

Copyright © – Reproduction réservée

Leave a Comment