Arpat présente le rapport annuel sur la qualité de l’air en Toscane

Situation globalement positive. Certains problèmes critiques pour l’ozone, les PM10 et le NO2 ont été confirmés

FLORENCE. Le panorama de l’état de la qualité de l’air en Toscane, résultant de l’analyse des données du réseau régional de surveillance de la qualité de l’air, des données des stations locales et de l’analyse des séries historiques, évaluées par rapport à la législation nationale , confirme une situation globalement positive, comme c’est le cas depuis plusieurs années maintenant.

La criticité la plus évidente est confirmée conformément aux valeurs cibles pour l’ozone qui, malgré des valeurs nettement inférieures à celles des saisons précédentes depuis deux ans, ne sont actuellement pas atteintes dans la plupart des cas. du territoire.


Il ressort des données du réseau régional que certains problèmes critiques subsistent pour les deux polluants PMdix et non2 pour lesquels le respect des limites n’est pas encore totalement atteint.

Les valeurs quotidiennes des indicateurs pour le PMdix ont été évalués par rapport aux valeurs limites indiquées par la législation italienne (annexe XI du décret législatif 155/2010 et modifications ultérieures). La limite maximale de 35 jours pour dépasser la valeur quotidienne moyenne de 50 g / m3 a été respectée dans tous les endroits, sauf dans une station de la région de Valdarno Pisano et Piana Lucchese, tandis que la limite de 40 μg/m3 en moyenne annuelle, il sera également respecté en 2021 dans toutes les gares du réseau régional.

Plusieurs événements se sont produits en 2021 avec des advections de poudres d’origine naturelle qui ont été évaluées selon les lignes directrices définies par la « Ligne directrice [SEC (2011) 2008 final] pour démontrer et soustraire les dépassements imputables aux sources naturelles conformément à la directive 2008/50/CE relative à la qualité de l’air ambiant et à un air pur en Europe », préparé par la Commission du travail le 15.02.2011. Les jours où ces événements se sont produits ont été déduits du nombre de jours annuels de dépassement de la valeur limite journalière, comme l’exige la loi.

La valeur limite de la PM2.5 en moyenne annuelle, il a été respecté dans toutes les gares du réseau régional.

Pour le dioxyde d’azote la limite de 40 g/m3 en moyenne annuelle, elle a été respectée dans toutes les gares, sauf dans une des gares routières de l’agglomération de Florence, alors que la limite maximale de 18 dépassait la moyenne horaire de 200 g/m3 elle était respectée dans toutes les gares ; de plus, il n’y a pas eu d’épisode de dépassement du seuil d’alerte.

jeozone confirme l’importance de ce paramètre dans la région. Les deux valeurs cibles n’ont pas été respectées dans 40 % des stations pour la valeur cible de protection de la population et dans 60 % des stations pour la valeur cible de protection de la végétation, respectivement.

Les valeurs de monoxyde de carbone, Le dioxyde de soufre et de benzène détectés par la surveillance relative à 2021, confirment l’absence de points critiques et le plein respect des valeurs limites.

Enverssulfure d’hydrogène les valeurs mesurées aux stations du réseau régional sont bien inférieures à la valeur de référence OMS – OMS pour les deux points de mesure. Quant à l’inconfort olfactif, le pourcentage d’heures pendant lesquelles les niveaux de concentration pourraient déclencher des épisodes d’un tel inconfort était présent sur les deux sites.

Pour quels soins ? benzo(a)pyrène la surveillance pour 2021 a confirmé la pleine conformité avec l’objectif de 1,0 ng/m .3 en moyenne annuelle dans toutes les gares du réseau régional.

à propos de moi métaux lourds le suivi pour 2021 a confirmé l’absence de points critiques pour l’arsenic, le cadmium, le nickel et le plomb et le plein respect des valeurs cibles pour l’arsenic, le nickel et le cadmium, en plus du respect de la valeur limite pour le plomb.

Leave a Comment