Inondation en Ombrie, premiers secours pour 300 mille euros. Interventions urgentes sur 100 km de flux // Umbria24.it

de Chia.Fa.

Cent kilomètres de voies navigables nécessitant une action urgente et un budget de 300 000 € “bloqué” dans le budget régional pour restaurer les cinq municipalités ombriennes touchées par l’inondation, qui devront présenter une demande formelle de remboursement des frais engagés dans cette phase . Dans le même temps, le conseil réitère que même en Ombrie “il existe les conditions pour une demande d’urgence nationale” suite à l’événement qui a frappé la région d’Alto Chiascio, ainsi que les Marches, le 15 septembre. Une étape, celle de la reconnaissance par le gouvernement de l’urgence, indispensable pour trouver des fonds suffisants pour la sécurité des flux qui ont fait sauter les banques.

VIDÉO : « TOUT EST DÉTRUIT, JAMAIS RIEN VU »
PHOTOS : DES MAISONS AUX ENTREPRISES, LES DOMMAGES

Inondation, premiers secours pour 300 mille euros de la Région Cela est apparu à la fin de la session extraordinaire de Palazzo Donini, lorsqu’il a été décidé d’anticiper, avec des ressources du budget régional, l’aide à allouer aux municipalités de Scheggia et Pascelupo, Pietralunga, Costacciaro, Gubbio et Montone, en attendant gouvernement déclare l’état d’urgence. Ce sera ensuite à la même Région, dès réception des demandes des cinq communes, bien qu’il ne soit pas exclu pour l’instant que d’autres communes que cinq puissent en faire la demande, d’allouer les fonds en fonction des disponibilités budget. Actuellement, la trésorerie s’élève à 300 mille euros, auxquels s’ajoutent au moins les fonds qui préparent la province de Pérouse et d’Anas à intervenir sur les routes sous leur juridiction.

VIDÉO: LA NUIT À PIETRAUNGA PARMI LES GENS ÉVOLUÉS
VIDÉO : LES ZONES INONDÉES VUES DE L’HÉLICOPTÈRE

“Extreme Gravity” pour trois flux Naturellement, les voies navigables de l’Alto Chiascio sont sous surveillance spéciale, pour laquelle le service régional compétent a été chargé “d’activer des interventions urgentes pour rétablir les conditions de sécurité afin d’assurer une régulation appropriée”. En particulier, précise une note de l’institution, l’étude a confirmé une “situation d’extrême gravité” sur le ruisseau Carpinella, qui est actuellement “presque complètement bloqué” sur une longueur de 19 km ; le ruisseau Carpina, où des « obstructions parfois graves » ont été relevées sur une longueur de 28 km ; Torrent Assino présentant des “obstacles fréquents” sur une longueur de 24 kilomètres. Cependant, il existe également des problèmes critiques sur le Sentino, Burano, San Donato et Fosso della Pezza. Ce sont des ruisseaux qui, en plus des cinq municipalités les plus touchées par l’inondation, traversent également Umbertide, Sigillo et Gualdo Tadino.

PIETRALUGA ISOLÉ
ANAS PRÈS DE DEUX ÉTATS

Melasecche : “Il faut des millions” En ce sens, la Région elle-même « suppose qu’elle devra intervenir sur une longueur de cours d’eau égale à environ 100 kilomètres ». Les inspections pour la vérification et la quantification exacte des dégâts sont toujours en cours, mais en attendant, pour répondre aux premiers besoins immédiats, des interventions très urgentes ont été activées, confiées à l’Aménagement régional des forêts (Afor), mais « il est clair – a appelé Melasecche a. Ombrie24 – qu’il faut des millions d’euros pour des interventions structurelles sur les rivières où il faut reconstruire le lit, consolider et reconstruire les digues, installer des gabions, refaire les passerelles crevées pour piétons, aussi pour nous éviter d’être partout à la prochaine tempête se situent à nouveau “.

VIDÉO : LES ROUTES DEVIENNENT DES RIVIÈRES
VIDÉO : INONDATION À CANTIANO
VIDÉO: INONDÉ AUSSI SPLASH

L’état d’urgence Il est clair que des ressources aussi considérables ne peuvent venir qu’avec la déclaration de l’état d’urgence par le gouvernement “et nous travaillons – répète le commissaire – sur un rapport détaillé et complet, qui inclura les données marquantes de l’événement et les grandes lignes de la zones les plus touchées de l’Ombrie, avec une première estimation concise des dommages subis », déclare Melasecche, répétant que « la loi sur la protection civile régionale, sur laquelle je travaille depuis un an et demi, qui divise les phénomènes en trois catégories : celles où, en termes d’intensité et d’étendue, de nombreuses communes et/ou plusieurs régions sont concernées et sont donc couvertes par la déclaration d’urgence nationale ; celles à compétence régionale qui concernent plus de communes ; et, enfin, celles limitées à une seule commune ».

PHOTO : CONDUCTEURS BLOQUÉS
PIETRALUGA : UN MUR TOMBE SUR UNE VOITURE

A Gubbio, les ponts ont été déblayés Depuis Gubbio lundi matin, la municipalité a confirmé “la compromission des voiries en raison d’éboulements, de glissements de terrain et d’érosion de la chaussée”, mais aussi de “l’obstruction des puits routiers et l’arrachage d’arbres”. Beaucoup d’énergie est encore dépensée dans “certaines zones de Gubbio proches des cours d’eau, en particulier le ruisseau Burano, le ruisseau San Giorgio et ses affluents, l’Assino et le ruisseau San Donato, qui ont également été touchés par une onde de crue majeure provoquant dommages importants aux habitations. » Cela implique les autorités « à Camporeggiano et San Bartolomeo pour nettoyer les ponts de gravats et en même temps, les routes sont en cours de réparation, pour assurer la réouverture des voies de communication ». En même temps, des travaux sont en cours sur le ruisseau San Donato “où les berges se sont érodées ou amincies par endroits. Plus précisément, jeudi soir, il “a inondé le Burano, causant des dommages importants aux voitures, aux bâtiments, aux lignes électriques et aux lignes téléphoniques”. Les inspections du lendemain l’ont forcé. “faire sortir une personne de son domicile par sécurité, à qui les services communaux ont bien sûr garanti un logement”. dommages, nuisances et interventions et pour information vous pouvez contacter l’Urp pendant les heures de bureau via le 075 923 7366/253 et la police de la circulation également en dehors des heures de bureau jusqu’à 20h via le 075 927 3770.

Aide de l’Ombrie à Senigallia Lundi à l’aube, 25 volontaires de la protection civile sont partis lundi à l’aube pour apporter des renforts à Senigallia, Ancône, où les dégâts causés par les inondations sont encore visibles. Le cortège mobile est parti de Foligno à 6h30, emmenant avec lui quatre pompes à eau pour libérer les bâtiments encore sous les eaux jeudi soir, une benne avec grue, deux pelles mécaniques, deux lampadaires et un réservoir plein de gasoil. Les volontaires ombriens qui se sont rendus disponibles pour l’état d’urgence dans les Marches font partie des groupes municipaux de Marsciano, Orvieto et Gubbio, mais aussi de la Rosa dell’Umbria (Todi), du groupe Valnestore (Piegaro), de l’Albatros (Stroncone) et du groupe Valnerina (Cascia). Ils sont accompagnés de deux agents de la protection civile de la région d’Ombrie, qui coordonneront l’intervention. L’envoi de la colonne mobile, explique une note du Palazzo Donini, “a eu lieu en consultation avec le Service national de la protection civile et en réponse à l’appel des autorités de Senigallia”, mais surtout après avoir répondu au “besoin prioritaire d’intervenir dans des situations d’urgence causées par des précipitations soudaines et excessives dans les zones ombriennes, qui jusqu’à présent nous avaient empêchés d’aider les communautés des Marches “, déclare dans une note de la région.

Leave a Comment